LITTERATURE ET HISTOIRE

Rentrée littéraire 2021 : « Lorsque le dernier arbre » de Michael Christie (Albin-Michel et sa collection « Terres d’Amérique »)

L’Histoire : D’un futur proche aux années 1930, Michael Christie bâtit, à la manière d’un architecte, la généalogie d’une famille au destin assombri par les secrets et intimement lié à celui des forêts. 2038. Les vagues épidémiques du Grand Dépérissement ont décimé tous les arbres et transformé la planète en désert de poussière. L’un des derniers refuges est une île boisée au large de la Colombie-Britannique, qui accueille des touristes fortunés venus admirer l’ultime forêt primaire. Jacinda y travaille comme de guide, sans véritable espoir d’un avenir meilleur. Jusqu’au jour où un ami lui apprend qu’elle serait la descendante de Harris Greenwood, un magnat du bois à la réputation sulfureuse.

Je remercie très chaleureusement les Éditions Albin-Michel et sa collection « Terres d’Amérique » pour cette lecture et leur confiance !

Mon Avis : Coup de absolu💙!  💙💙💙💙💙/5

« Le temps ne va pas dans une direction donnée. Il s’accumule, c’est tout – dans le corps, dans le monde –, comme le bois. Couche après couche. Claire, puis sombre. Chacune reposant sur la précédente, impossible sans celle d’avant. Chaque triomphe, chaque désastre inscrit pour toujours dans sa structure. »

C’est de très loin, selon moi, LE roman de cette rentrée littéraire à ne surtout pas manquer. Si vous ne deviez en lire qu’un, c’est bien celui-ci qu’il faudrait acheter en librairie, afin d’engloutir ensuite ses 608 pages absolument époustouflantes. Avec Lorsque le dernier arbre, l’écrivain canadien Michael Christie s’inscrit d’ores et déjà comme l’un des plus grands auteurs contemporain nord américain. La construction narrative est des plus originale, en effet tel des dendrologues, nous allons remonter le temps de cerne annuel (ou de cerne de croissance) en cerne annuel, formant un cercle concentrique sur la section transversale du tronc d’un arbre, formé chaque année par le cambium. Le roman est structuré à la manière d’un tronc d’arbre : plus on s’approche des pages du milieu, et plus on recule dans le temps. Puis, une fois arrivé en 1908, on repart dans le sens inverse pour retrouver l’année 2038. Une histoire sur plusieurs générations, d’une ambition folle et pleine de souffle. Une fresque familiale d’une rare beauté. L’auteur a mis cinq longues années à l’écrire et cela s’en ressent. Son parcours atypique, Michael Christie a exercé plusieurs métiers avant d’être auteur, renforce ce côté protéiforme de son histoire, avec des personnages d’une rare densité psychologique ayant chacun leur part d’ombre et de lumière.

Lorsque le dernier arbre est un roman-monde, mélange de préoccupations écologiques, sociales et de dystopie dans sa description d’un futur où la Terre, en 2038, est confrontée aux changement climatiques entraînant des épidémies fongiques et autres invasions d’insectes ayant tués presque tous les arbres de la Terre. Ces nuages de poussières dans une Terre devenue inhospitalière renforce le clivage entre deux mondes : celui d’une minorité d’ultra riche pouvant se payer un séjour à la Cathédrale arboricole de Greenwood, et la grande masse des miséreux affamés. Les maladies se sont développées renforçant le chaos et l’apocalypse écologique. L’histoire nous raconte la généalogie des Greenwood, une famille dont Jake Greenwood ou Jacinda ignore tout, elle, la lointaine descendante et dendrologue de formation ayant la chance de travailler dans l’une des dernières forêts primaires de la terre, une île transformée en complexe de luxe au large de la Colombie-Britannique. Guide forestière, elle doit présenter quotidiennement à ces groupes de touristes richissimes, la magie des lieux. Un jour, Silas débarque sur l’île, c’est un juriste et il prétend que Jake n’est autre que l’arrière petite-fille de Harris Greenwood, un magnat du bois de la côte ouest qui aurait acheté l’île en 1934.

Le récit ne nous perd jamais en route et ces changements d’époques forment un arc narratif passionnant à suivre. On y côtoie le père de Jake, charpentier menuisier fauché, sa grand mère Willow, militante écologiste radicale ou bien encore l’oncle de Jake, Everett (le frère de Harris futur magnat du bois) qui trouvera un nourrisson abandonné au cœur des bois. Certains événements vont s’inscrire durablement dans les interstices du temps. La découverte de ce bébé par Everett fait partie de ces événements qui font basculer une existence. A chaque fois, on est bouleversé et on s’attache drôlement à ces personnages qui ont une profondeur et une authenticité rare. Michael Christie fait défiler le temps en suivant les circonvolutions des cernes d’un arbre comme représentation de l’arbre généalogique de la famille Greenwood. Le style d’écriture est remarquable, profond car il nous fait méditer sur la vie, la mort, l’idée que nous ne sommes que des hôtes de passage sur Terre, tandis que les arbres nous contemplent, de leur hauteur gigantesque pour certains d’entre eux, et voient défiler les siècles et les hommes. Un livre qui sonne comme une mise en garde sur l’ampleur de la catastrophe qui nous menace si nous n’agissons pas. Un roman précieux pour ce qu’il a à nous dire servi par cette écriture vertigineuse de Michael Christie. Indispensable en cette rentrée littéraire.

Auteur Michael Christie

Traduction Sarah Gurcel

Editeur Albin Michel

Date de parution 18/08/2021

Collection Romans Etrangers

Nombre de pages 608

(77 commentaires)

  1. bonjour, comment vas tu? je t’avoue que depuis le covid, j’ai du mal avec les livres post apo. je ne pense pas être la seule. c’est dommage car le sujet est intéressant , mais je sais que cela m’affecterait trop. passe un bon week end et à bientôt!

    Aimé par 2 personnes

  2. Désolée je manque de régularité en ce moment 😉 j essaie de me rattraper 🙃 quant à demain haha du polar historique a l honneur mais pas que je suis en train de faire ma liste mais je crois que c est peine perdue 😂😂

    Aimé par 1 personne

  3. Déjà je suis même encore surprise que ma cagnotte soit encore vivante aujourd’hui 😂😂😂 tssst du polar historique je n en ai pas tant que ça… juste 5 ou 6… 😅 je sais je sais pes excuses valent ce qu elles valent 😄

    Aimé par 1 personne

  4. Coucou Frédéric ! Ta chronique donne drôlement envie de lire ce livre qui a l’air magnifique ! Comme chaque année, c’est dur de s’y retrouver dans cette rentrée littéraire, de savoir par quoi commencer, et ton blog est toujours une valeur sûre pour savoir quoi lire ! Merci beaucoup Frédéric, j’essaierai de me procurer ce livre au plus vite ! 😊
    Passe un bon dimanche et à très bientôt !

    Aimé par 2 personnes

  5. Coucou mon cher Frédéric 😁. J’espère que tout va bien de ton côté. Ici, dans ma région il fait soleil ☀️ et ça fait beaucoup de bien alors j’en profite…
    Concernant ton article, il y a pas mal de nouveautés pour cette année 2021, à ce que je vois…
    Notamment, ce roman qui m’a l’air très intéressant à lire, à découvrir…
    J’ai toujours aimé les arbres, surtout les baobabs par rapport à mon île natale, Madagascar ; alors je suis certaine que ce livre me plaira…
    La nature est vitale et il faut savoir la respecter… Un peu comme dans le film Avatar de James Cameron, où hélas on fait bien montrer que bien des humains n’ont aucun scrupule à détruire la nature, les arbres et c’est bien ça qui est triste….
    Merci encore pour ton partage littéraire….
    Et j’avoue que tu donnes toujours l’envie de découvrir certaines oeuvres que tu apprécies… Alors merci à toi…
    Passe un très bon Dimanche si possible ensoleillé…. Gros bisous à toi et sans oublier ta Maman ainsi que la jolie Malzenn 😁😁😁. À très bientôt !

    Aimé par 2 personnes

  6. encore un avis plus qu’enthousiaste!!!
    je voulais attendre encore car j’ai une liste de rentrée littéraire énorme déjà : c’est une valise!
    c’est dur de faire des choix, d’autant plus que j’ai encore « L’arbre monde » en attente 🙂
    beau dimanche à toi, profitons de ce mois de septembre si particulier (on ne dirait pas que l’automne est bientôt là) 🙂

    Aimé par 2 personnes

  7. Tu as raison Eve, cette arrière saison fait du bien avec ce soleil. Je peine également à me dire que c’est l’automne dans une semaine.🙂🌞
    Ce roman est d’une beauté rare. Vraiment, c’est LE roman qui m’a le plus touché de cette rentrée littéraire. Nos PAL sont remplis et je trouve cette rentrée littéraire riche en beaux romans. Passe une belle journée Eve 🙂 Ps: « L’arbre- monde » de Richard Powers est un magnifique roman également.

    J’aime

  8. Coucou ma chère Cécile, nous avons du soleil ici aussi en Bretagne, sans que cela soit étouffant. Juste la température qu’il faut 🌞🌊 C’est une rentrée littéraire riche en jolies romans et découvertes. Celui-ci est mon préféré de tous. L’auteur a mis cinq longues années à l’écrire. Je suis bluffé, quel talent ! Tu as parfaitement raison, la nature doit être protégé. C’est essentiel. J’adore les arbres également et ce roman comme « l’arbre monde » de Richard Powers m’a beaucoup touché. Avatar, j’ai hâte de voir la suite de James Cameron. C’est un film sublime ! Merci beaucoup Cécile. 😊 J’ai toujours autant de plaisir à partager mes coups de cœur.😊 11 ans que je suis sur WordPress. Déjà. Je n’y manquerais pour Maman et Malzenn qui va avoir 12 ans en décembre. 🌞 Gros bisous de Bretagne ! Cécile, @très vite ! 😊🌞

    Aimé par 1 personne

  9. De cette rentrée littéraire je crois que c’est celui qui tire son épingle
    du jeu, les avis sont unanimes et le tien lui fait vraiment honneur !😍
    L’auteur vient près de chez moi en salon, je pense aller lui rendre une petite visite… grâce à toi 😂

    Aimé par 2 personnes

  10. J’avais laissé un premier commentaire et il est parti dans le néant de WP ! Je disais que c’était le seul roman qui tirait son épingle du jeu de cette rentrée littéraire… l’auteur passe en salon près de chez moi, je crois que je vais devoir aller me le procurer, je ne dis pas merci à ta belle chronique qui lui fait vraiment honneur 😍

    Aimé par 1 personne

  11. Coucou ma chère Cécile, tu sais qu’on lui offre toujours un cadeau : une boîte de thon qu’elle adore et autres gourmandises ainsi qu’une balle pour qu’elle joue notre « p’tit bébé » comme on la surnomme 😉 Moi gage de ma chienne.. non 😅 Gros bisous, je te souhaite une belle journée et te dis @très vite 😊

    Aimé par 1 personne

  12. Dans la forêt dense et touffue des publications de rentrée, on en vient vite à perdre le Nord. Heureusement, tu es notre boussole littéraire, la pointe du crayon pointée dans la bonne direction. Si j’en crois ton article, ce roman aux cernes fascinant nous ramène à notre juste place da’s ce monde, et semble jouer de perspective en prospective dans un vertige d’écriture qui nous donnerait des sueurs froides.

    Aimé par 2 personnes

  13. Un roman sublime, ambitieux, porté par une écriture habitée. Merci beaucoup pour ce que tu m’écris là, ça fait plaisir. Je peux te dire que tu ais pour moi la référence en matière de cinéma sur WordPress. Toujours un plaisir de te lire et d’échanger avec toi. C’est de loin, mon roman préféré de cette rentrée littéraire 😊

    Aimé par 1 personne

  14. Merci beaucoup Frédéric, ça me touche. De mon côté, je peux te dire que je prends plaisir à savourer tes chroniques, même si je dois le confesser, je n’ai hélas pas le temps de découvrir toutes tes recommandations littéraires. En tout cas, ne change rien. 👍

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :