Bilan : Les séries NETFLIX de l’année 2020 !

Nous aurons eu une année pour le moins troublée avec le Covid, mais fort heureusement mes ami(e)s nous avons pu compter sur Netflix pour nous permettre d’échapper à la longue litanie du décompte des morts de sieur Jérôme Salomon et Olivier Véran. Tristes sires qui mériteraient une sitcom tant leur incompétence fût criante. Notre prince Macron et le terriblement déprimant Castex ne sont pas restés en reste.. mais oublions ce cauchemar et ces personnes qui ne méritent que l’oubli et notre mépris le plus total. Voilà c’est dit ! Oublions les et songeons aux séries magnifiques qui nous ont changées les esprits, vidées la tête. Une belle année pour Netflix qui a battu des records d’audience du fait du confinement. Alors voilà, mon petit classement, qui vaut ce qu’il vaut, et qui surtout est très subjectif. Le temps pour moi de vous souhaiter de très belles fêtes de fin d’année🎉🎁, de vous remercier pour votre présence, vos messages chaleureux, nos échanges toujours si riches ! Je vous envoie mes bises bretonnes et Malzenn ses « doudous ». Malzenn qui vient de fêter ses 11 ans il y a quinze jours de cela. Que votre année 2021 soit belle, je vous souhaite la santé et je nous souhaite que cette année 2021 soit culturellement riche !! Frédéric. 😊

Ps: Exceptionnellement et compte tenu du contexte Covid, il n’y aura pas de classement des meilleurs films sortis au cinéma. C’est la première fois en 10 ans que je rompt avec cette habitude. Les cinémas étant fermés depuis de trop longs mois, l’intérêt de ce classement me parait être nul.

1. « UNORTHODOX» avec Shira Haas NETFLIX

Note : 5 sur 5.

L’Histoire : Une jeune femme de confession juive ultra-orthodoxe quitte New York pour vivre sa vie de femme libre à Berlin. Bientôt, son passé la rattrape.

Voilà pourquoi Netflix a toujours un temps d’avance sur ces concurrents et cela malgré les effets d’annonce de ces derniers. La plateforme de streaming est la seule à nous présenter des série aussi peu commune que la sublime « Unorthodox » qui signifie littéralement « peu orthodoxe ». Cette mini-série dramatique allemande en quatre épisodes de cinquante cinq minutes a été créée par Anna Winger et Alexa Karolinski. Il s’agit de l’adaptation de l’autobiographie Unorthodox: The Scandalous Rejection of My Hasidic Roots de Deborah Feldman. Nous sommes donc à Brooklyn aux Etats-Unis et plus précisément à Williamsburg, un quartier juif ultra orthodoxe où vit Esty, une jeune fille juive de dix-neuf ans. Esty décide de fuir un mariage arrangé par sa famille ultra-orthodoxe avec Yanky Shapiro, un jeune homme qu’elle a seulement vu une fois avant son mariage. Jetez vous sur « Unorthodox » vous ne le regretterez pas car cette série est absolument géniale, addictive. On y découvre beaucoup d’éléments de la vie de ces familles juives ultra-orthodoxe où les rites sont nombreux et font partie intégrante de leur quotidien du lever au coucher. La femme doit être avant tout une épouse obéissante pour son mari et elle doit enfanter, son rôle de mère étant lui aussi prépondérant. Mais Esty (et on la comprend) ne veut pas de cette vie. Yanky n’est pas méchant mais elle ne l’aime pas d’amour. Comment le pourrait-elle ? On assiste à son impuissance face à l’omniprésence de la famille du mari. Esty n’en pouvant plus décide de fuir pour Berlin en Allemagne. Après avoir appris la grossesse d’Esty, son mari Yanky décide de partir lui aussi pour l’Allemagne avec son cousin Moische dans le but de la retrouver et de la ramener au pays. On est captivé par la grâce, le talent inouï, l’expressivité du visage d’une toute jeune actrice Shira Haas qui en jouant Esty nous propulse véritablement dans une autre dimension où la vie semble ressembler à ce qu’elle pouvait être il y a deux mille ans.. C’est LA révélation de cette série, véritable phénomène sur Netflix. Beaucoup d’émotions, de justesse, une tension de tous les instants pour savoir si oui ou non Esty va pouvoir vivre la vie qu’elle souhaite mener en femme libre. J’ai également beaucoup apprécié le jeu tout en subtilité de Amit Rahav, formidable en jeune homme, Yanky, sur qui pèse le poids de la tradition, de la famille qui exige que sa femme se conforme à la règle. Le procédé est presque sectaire. Ils vivent entre eux, sans se mêler au reste de la population. Il y a des scènes si touchantes, si pleines d’émotion comme lorsque Esty se baigne pour la première fois dans un lac à Berlin. Comme un symbole elle y laisse la perruque qu’elle portait jusque là en tant que femme mariée dont les cheveux sont rasés (autre scène poignante) pour convenir à ce rôle d’épouse et de mère qui est au cœur de ce que l’on attend de ces femmes juives ultra orthodoxe. Le combat pour son émancipation est magnifique. Esty est un symbole. J’ai été très touché, ému par « Unorthodox » qui est LA série Netflix à ne manquer sous aucun prétexte !

2. « To The Lake » la série russe du moment ! NETFLIX

Note : 5 sur 5.

L’Histoire : Une mystérieuse épidémie transforme Moscou en ville fantôme. Il n’y a plus d’électricité, l’argent n’a plus aucune valeur, et les rares personnes qui n’ont pas été contaminées par le virus se battent désespérément pour trouver de la nourriture et de l’essence…

« To the Lake« , c’est la série russe post apocalyptique à voir en ce moment sur Netflix. Diffusé depuis début octobre 2020, la série russe est devenu un véritable phénomène. Porté par des acteurs et actrices extrêmement talentueux, le tout avec des paysages russes enneigés à couper le souffle, « To the lake » m’a envoûté. L’histoire est la suivante : à Moscou une étrange pandémie se développe tuant des milliers de personnes. La ville est encerclée et bloquée par l’armée russe. Toute sortie est officiellement impossible. Un petit groupe d’hommes et de femmes réussissent à s’échapper au péril de leur vie. Leur objectif est de rejoindre un lac isolé à 700 km de Moscou où l’un d’entre eux possède une maison-bateau établie au milieu du lac gelé. Leur voyage ne sera pas sans péripéties. Le scénario est intelligent, plausible et tiré d’un best-seller russe de 2011. Bien avant le Covid donc. Certains me diront qu’une série sur une pandémie, en plein Covid, n’est pas très indiqué, mais ce serait vraiment dommage de passer à côté car la série est belle, très réussie, dépaysante, car elle se passe en Russie. On s’attache aux personnages qui ont tous leur part d’ombre et de lumière. La saison 2 sortira en 2022. Le succès retentissant de « To the Lake » est amplement mérité. C’est un vrai coup de cœur.

3. « Barbares » la quintessence du péplum ! NETFLIX

Note : 5 sur 5.

L’Histoire : A travers le prisme de la Bataille de Teutobourg en l’an 9 après Jésus-Christ, le destin de trois jeunes gens qui de l’innocence à la culpabilité, de la loyauté à la trahison et de l’amour à la haine.

« Vare, legiones redde » ou « Varus, rends-moi mes légions ». les célèbres mots que l’on prête à l’empereur Auguste lorsqu’il reçoit la tête de Varus, général romain défait à la bataille de Teutobourg par les Germains en l’an 9 après Jésus-Christ. Trois légions romaines sont détruites suite à la trahison d’Arminius, fils du chef des Chérusques, envoyé enfant à Rome et qui trahira Varus son père adoptif romain. Cette histoire est connue, mais la force de ce péplum s’est de nous raconter cette histoire, faite de trahison, de violence, de sang mais également d’amour, avec un vrai sens du rythme et de la tension dramatique. Tous les ingrédients sont réunis pour offrir un grand spectacle digne des meilleurs films du genre. J’ai, pour ma part, songé au Gladiator de Ridley Scott. « Barbares » est la quintessence du péplum et cette mini série de six épisodes nous prouve une nouvelle fois la qualité des séries allemandes. Les moyens mis en œuvre pour rendre cette série crédible sont conséquents. Des costumes, au choix de faire parler en latin les Romains, tout est fait pour nous immerger au cœur de la bataille. Cette dernière est titanesque, pleine de fureur et de violence et donne lieu aux meilleurs moments de la série. J’ai été épaté par l’émotion dégagée par ce drame, cette trahison d’Arminius qui doit choisir entre son cœur et son sang germain et sa culture d’adoption, celle de Rome. Jusqu’au bout Varus pensera avec arrogance que ces barbares ne sont que des êtres insignifiants qu’il écrasera avec ses trois légions. Cette suffisance alliée à la cupidité de celui qui exige un impôt aux différentes tribus germaines, le mèneront à sa perte. Autre points forts, les effets spéciaux, le scénario retors et maîtrisé de bout en bout maintenant un suspens constant. Enfin, le casting est parfait avec un Arminius tout en nuance interprété par Laurence Rupp et surtout Jeanne Goursauden Thusnelda charismatique et sublime. Un péplum qui connaît un grand succès sur Netflix et qui aura logiquement le droit à une saison 2 que j’attends avec une grande impatience. Si vous aimez l’histoire, les fresques à grand spectacle, les péplums, cette mini série va vous régaler.

4. « Sex Education » saison 2 NETFLIX

Note : 5 sur 5.

L’Histoire : Otis doit désormais apprendre à contrôler ses tous nouveaux désirs et pulsions pour avancer dans sa relation avec sa petite-amie Ola, tout en gérant ses rapports tendus avec Maeve. Pendant ce temps, le lycée Moordale est touché par une épidémie de chlamydia, soulignant le besoin urgent d’offrir aux élèves une meilleure éducation sexuelle. De nouveaux étudiants arrivent en ville et remettent en cause le status-quo.

« Sex Education » est devenu en quelques mois une série phénomène sur Netflix. La saison 1 était une véritable pépite, en attendant de retrouver Otis Milburn dans une saison 3 d’ores et déjà annoncée pour 2021, cette saison 2 est-elle à la hauteur des attentes placées en elle ? « Sex Education » aborde sans aucun tabou, avec humour mais aussi avec émotion, des sujets de société très importants. Le sexe sous toutes ses formes est bien sûr, comme son nom l’indique, au cœur de cette série : homosexualité masculine et féminine, bisexualité, pratiques diverses et variées mais aussi prévention sur les maladies sexuellement transmissibles, sur la pilule du lendemain, sur la contraception. En plein mouvement « Me Too » la série se veut féministe et engagée en abordant les drames liés aux attouchements sexuels, aux abus sexuels, au harcèlement.. Je fais ici un rapide tour d’horizon mais c’est une série qui s’investit en prônant l’ouverture d’esprit, la tolérance, l’amour, le respect de l’autre.. D’autres sujets comme la pression, la compétition sont également abordés, tout comme la question de la drogue. C’est ce dosage parfait entre humour et émotion qui nous permet de nous attacher aux personnages et d’aller bien au delà de la simple série potache pour adolescents. Ici on ne se moque pas gratuitement car tous les personnages ont leurs qualités et leurs défauts. Comme dans la vie. Cette série anglaise brosse, avec un talent indéniable, le portrait de la jeunesse d’aujourd’hui. L’absence de méchanceté fait du bien. On rit beaucoup mais « Sex éducation » sait aussi ménager des moments de pause salutaire avec une sorte de mélancolie qui rend l’ensemble plus profond que le titre ne peut le suggérer de premier abord. Ainsi les problèmes de chacun(e)s, adultes ou adolescents trouvent une réponse. Le scénario est très malin, truffé de trouvailles très drôles. Les premiers épisodes sont plus légers alors qu’au fur et à mesure du déroulement de l’histoire, l’on ressent une montée de la tension dramatique. Nulle volonté de vous dévoilez plus en détails le contenu de cette saison 2, mais sachez seulement qu’Otis (Asa Butterfield génial) et sa mère sexologue campée par l’inénarrable Gilian Anderson seront confrontés à un tas de problèmes, tandis que le cœur d’Eric va s’enflammer, qu’Adam le fils du proviseur se cherche, que Jackson se lance dans le théâtre, que Aimée subit une agression sexuelle et qu’enfin Maeve cherche désespérément comment avouer son amour à Otis.. Pour moi, « Sex éducation » saison 2 est aussi réussie que la précédente et c’est une des séries phares de Netflix ! Doté d’un scénario malin, servi par des acteurs/actrices au diapason d’une série bien plus profonde qu’on ne le pense, je ne peux que vous encourager à vous jetez sur cette saison 2 !

5. « Warrior Nun » avec Alba Baptista NETFLIX

Note : 4.5 sur 5.

L’Histoire : Une jeune femme d’une vingtaine d’années se réveille à la morgue, vivante, avec un artefact implanté dans le dos. Elle découvre qu’elle est maintenant membre d’un ordre ancien qui s’est donné pour mission de combattre les démons sur Terre.

Il y a des projets plus improbables que d’autres, des idées farfelues que l’on penserait réservées à des fins de repas arrosés, des scénarios écrits sur un coin de table. Lorsque j’ai lu l’histoire de « Warrior Nun« , je me suis dit que le trip des décideurs de Netflix ce soir-là devait être intense. En effet, imaginer une jeune femme de 20 ans qui se réveille à la morgue avec l’artefact d’un ange planté dans le dos n’est pas à la portée de tous. Elle revient ainsi à la vie et se retrouve imbriquée dans un vaste complot planétaire visant à défaire l’antéchrist, les démons qui ont des entrées privilégiées au Vatican. Rien que ça, des nonnes guerrières avec épée et gros flingues, arbalètes, couteaux.. bref tout l’attirail pour donner une bonne dérouillée aux démons. Au milieu de tout cela, une scientifique cherche à ouvrir une porte sur un autre monde pour sauver son fils malade. Pour cela, elle utilise les artefacts de ce même ange qu’elle cherche à dérober à l’Église. Vu sous cet angle, vous l’aurez compris, il faut pour l’esprit cartésien se poser sur ce canapé et se dire que l’on met son cerveau en stand-by pendant 10 épisodes. Au début, on peut trouver ça grotesque, mais le pire c’est que l’on s’attache à l’héroïne jouée par la sublime Alba Baptista, très charismatique et pleine d’humour. Un petit côté « Indiana Jones et la dernière croisade ». Les acteurs sont excellents, le scénario est plutôt malin une fois que l’on accepte ce que je vous ai dit plus haut, on prend plaisir à suivre ces aventures. Les effets spéciaux, les décors et surtout une fin haletante, de l’humour, j’ai été conquis par cette série qu’il faut prendre pour ce qu’elle est : un bon gros divertissement estival. On espère une saison 2 et je ne serais pas surpris que cela fonctionne et trouve son public. « Warrior Nun » c’est sur Netflix et croyez-moi vous ne risquez pas de vous endormir devant !