Netflix : »Mindhunter » saison 2 de David Fincher – « Eli » et « The Wounds »

2916015.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxL’Histoire : Avec le soutien de leur nouveau patron, les experts de l’Unité des sciences comportementales tentent de passer de la théorie à la pratique. Une succession d’affaires d’enfants assassinés à Atlanta est portée à la connaissance de l’agent Ford. Serait-ce l’œuvre d’une seule et même personne ?

La première saison avait été un triomphe critique et public pour « Mindhunter« . La série signée David Fincher est devenu culte et Netflix a donc eu la brillante idée de poursuivre l’aventure pour une seconde saison qui réalise l’exploit d’être encore un cran au dessus. La réussite de « Mindhunter » réside dans cette alchimie entre un scénario addictif et des acteurs/actrices au diapason d’une œuvre hors norme. En effet, on ne suit pas seulement une enquête classique, qui ici se déroule à Atlanta, mais bien les différentes recherches d’experts de l’unité des sciences comportementales du FBI. On y voit leurs fausses pistes, leurs intuitions, les bâtons dans les roues mis par l’institution judiciaire, le rôle et les pressions exercées par les politiques, la question du racisme et des minorités, de la pauvreté dans les ghettos noirs, les fuites dans les journaux.. oui mais cela ne s’arrête pas là car la force de cette série s’est également celle de suivre les problèmes personnels de Bill Tench confronté à un drame dans sa vie familiale, les déchirements amoureux de Wendy Carr et ce qui peut-être interprété à tort comme de la suffisance de la part de Holden Ford qui lui joue des tours dans sa vie professionnelle. L’énigme des meurtres d’Atlanta est passionnante, émouvante. La reconstitution est belle. Anna Torv dans le rôle de la psychologue Wendy Carr fend un peu l’armure tandis que Holden Ford interprété par Jonathan Groff est toujours aussi bon. Mais celui qui prend de l’ampleur dans cette saison 2 c’est Holt McCallany jouant Bill Tench. Il est impressionnant de colère, de souffrance retenue. Son regard d’acier c’est aussi se faire plus émouvant face à ses problèmes de couple avec Nancy. Sa relation avec son fils autiste est très difficile du fait d’un événement qui vient détruire le fragile équilibre familial. Ce trio fonctionne à merveille et la suite est de toute beauté avec des rebondissements nombreux, des drames, de l’émotion, des rencontres avec des tueurs en série dont un Charles Manson glaçant. Transcendant sans artifice, redoutablement efficace sans jouer la surenchère du spectaculaire, « Mindhunter » est une série addictive et essentielle pour tous ceux qui souhaitent une expérience différente en matière de thriller. Netflix tient là une série de premier ordre. Je vous la recommande.

Ma note: 5/5

2170517.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx4613528.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx4735404.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

2369381.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxL’Histoire : Un jeune garçon atteint d’une étrange maladie se retrouve dans une clinique isolée où d’affreux cauchemars viennent le hanter.
On ne peut pas tout aimer et assurément ce film « Eli » sur Netflix fait partie de la catégorie des nanars, ces films tellement mauvais qu’on en éprouve un petit plaisir coupable en les regardant au millième degré. Il faut s’armer de courage et affronter l’adversité en se disant bien que ce film est très certainement le plus mauvais vu cette année avec un autre film estampillé Netflix : « The Wounds » (autre nanar grandiose). L’histoire est celle d’un jeune garçon atteint d’une maladie étrange l’obligeant à vivre dans une combinaison étanche. Sa famille décide de l’emmener dans une clinique qui est un manoir où il pourra être soigné. Mais arrivé sur place, notre héros est pris de malaise et des cauchemars viennent le hanter. Aucun suspens dans cette histoire mille fois vue et revu. Les méchants son tellement caricaturaux, l’intrigue se devine au bout de quelques minutes dans le manoir, c’est affligeant de nullité. Rien à sauver pas même les acteurs en roue libre et cette fin d’un ridicule consommé. On est abasourdi en se demandant comment un tel film a pu atterrir sur Netflix. Ciarán Foy est l’auteur de ce naufrage en règle. Une bizarrerie parmi d’autres, la présence énigmatique de Sadie Sink, la petite héroïne rouquine de stranger things qui semble se demander ce qu’elle fait dans cette galère.
Ma note: 1/5

1615986.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxL’Histoire : Dans un bar de la Nouvelle-Orléans, un étudiant oublie son portable. Will, le barman, empoche le téléphone. A la nuit tombée, des SMS évoquant un tunnel et un livre maudit s’affichent. Au petit matin, des photos de dents ensanglantées apparaissent…

« The Wounds » est une autre énigme signée Netflix. Si quelqu’un a saisi la fin de cette histoire, faite moi signe car je n’ai rien compris à ce micmac sans intérêt. Il réussi l’exploit d’être pire que « Eli », un comble ! Armie Hammer qui jouait dans l’excellent « Call Me by your name » se demande se qu’il fait là, tout comme Dakota Johnson et Zazie Beetz qui après « Joker » enchaîne avec cette bouse intergalactique. Babak Anvari ne pourra pas faire pire et j’attends déjà ces futurs projets dans le domaine de l’épouvante/horreur. On va se régaler 😉🤣 Merci Netflix !

Ma note: 0,5 /5