Cinéma : « Mal de Pierres » Nicole Garcia

034740-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxL’Histoire : Gabrielle a grandi dans la petite bourgeoisie agricole où son rêve d’une passion absolue fait scandale. A une époque où l’on destine d’abord les femmes au mariage, elle dérange, on la croit folle. Ses parents la donnent à José, un ouvrier saisonnier, chargé de faire d’elle une femme respectable. Gabrielle dit ne pas l’aimer, se voit enterrée vivante. Lorsqu’on l’envoie en cure thermale pour soigner ses calculs rénaux, son mal de pierres, un lieutenant blessé dans la guerre d’Indochine, André Sauvage, fait renaître en elle cette urgence d’aimer. Ils fuiront ensemble, elle se le jure, et il semble répondre à son désir. Cette fois on ne lui prendra pas ce qu’elle nomme « la chose principale ». Gabrielle veut aller au bout de son rêve.

« Mal de Pierres« , le nouveau film de Nicole Garcia est tiré du livre éponyme de Milena Agus. Un film très classique de par sa forme et son mode de narration. La reconstitution de la période est plutôt bien amenée mais « Mal de Pierres » c’est avant tout le point de vue d’une femme passionnée, incandescente, emplie de désirs et de tourments qui la font passer pour folle. Le film repose entièrement sur les épaules de Marion Cotillard. C’est le point fort de « Mal de Pierres » à savoir son interprétation magistrale, habitée. Il manque cependant quelque chose à « Mal de Pierres » pour pleinement emporter mon adhésion. L’ensemble malgré des acteurs de talent, Marion Cotillard en tête, manque de ce grain de folie sur le plan de la forme qui aurait pu nous emmener encore plus loin. Il se dégage une sensation de froideur académique qui m’a empêché de voir au delà de cet exercice de style très (trop) maîtrisé (et un brin poussiéreux) par la réalisatrice d’expérience qu’est Nicole Garcia. L’aspect « poseur » et emphatique du jeu d’acteur de Louis Garrel n’est pas pour arranger l’affaire. Au final, on obtient un beau film sélectionné pour le festival de Cannes (et on comprend bien pourquoi) auquel il manque ce supplément d’âme, ce grain de folie qui aurait pu tout sublimer.
Ma note:♥♥♥♥  /5. 

091608-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

324718-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

327218-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Publicités