Cinéma : « Pacific Rim » de Guillermo Del Toro


pacific_rim_affiche_12
L’Histoire :
Surgies des flots, des hordes de créatures monstrueuses venues d’ailleurs, les «Kaiju», ont déclenché une guerre qui a fait des millions de victimes et épuisé les ressources naturelles de l’humanité pendant des années. Pour les combattre, une arme d’un genre nouveau a été mise au point : de gigantesques robots, les «Jaegers», contrôlés simultanément par deux pilotes qui communiquent par télépathie grâce à une passerelle neuronale baptisée le «courant». Mais même les Jaegers semblent impuissants face aux redoutables Kaiju. Alors que la défaite paraît inéluctable, les forces armées qui protègent l’humanité n’ont d’autre choix que d’avoir recours à deux héros hors normes : un ancien pilote au bout du rouleau (Charlie Hunnam) et une jeune femme en cours d’entraînement (Rinko Kikuchi) qui font équipe pour manœuvrer un Jaeger d’apparence obsolète. Ensemble, ils incarnent désormais le dernier rempart de l’humanité contre une apocalypse de plus en plus imminente…

Le retour de Guillermo Del Toro à la tête du projet « Pacific Rim » constitue à n’en pas douter un des événements majeurs de l’actualité cinématographique de cet été 2013. Précédé de critiques plutôt élogieuses, mais ayant malheureusement échoué à conquérir le public américain et français avec à peine plus de 500 000 entrées dans la « comté » et une bouchée de pain rapportée en comparaison des presque 200 millions de dollars investis, il y avait de quoi se poser beaucoup de questions à l’heure de juger cette œuvre d’un réalisateur dont on ne peut que reconnaître le savoir faire. Le point fort de ce blockbuster, c’est bien évidemment ses effets spéciaux dantesques et superbement réalisés. Le spectacle est au rendez-vous et c’est véritablement un film qui prend toute sa dimension au cinéma. Maintenant passons aux choses plus gênantes : une direction d’acteurs aux abonnés absents, un scénario famélique et digne d’une série B d’action américano-japonaise, des dialogues risibles exaltant le courage viril de ceux prêt à se sacrifier pour la cause face à l’invasion « extra-terrestre », des rebondissements que l’on devinent une demi heure ou presque à l’avance, une grosse pincée de n’importe quoi en mode j’ai de l’argent donc il faut que ça se voit à l’écran, tous ces éléments combinés font de ce film une inévitable catastrophe industrielle. Guillermo Del Toro apporte bien sa maestria dans quelques séquences mais las, le spectateur gavé jusqu’au gosier de ces films sans âme aucune qui s’accumulent année après année, avec pour unique objectif, celui de la surenchère systématique d’effets spéciaux aux montants astronomiques afin de rapporter pleins de petits dollars. Mais parfois, la machine se grippe et l’on se prend les pieds dans le tapis. « Pacific Rim » est un grand jeux d’arcade, un film ouvertement régressif mais qui manque d’une chose essentielle : une âme. C’est une déception à la hauteur des attentes placées en lui. Ma note :3,5 /5.

21016010_20130627112958114.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx 21016002_20130627112904158.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx 21016004_20130627112904736.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Publicités