Musique : Beady Eye – Daft Punk – Vanessa Paradis – Kavinsky – Lady – Miles Kane – Sigur Ros


Cover
Après un premier essai infructueux tant sur le plan commercial (avec 700 000 ventes tout de même) que critique (notamment dû à une production pompière sur des titres d’une rare faiblesse) Beady Eye remet le couvert et revoici donc Liam Gallagher et sa bande d’ex Oasis avec cette fois-ci « Be », le second effort de l’icône rock britannique. Un premier bon point pour la production de Dave Sitek particulièrement inspirée. Il se dégage une véritable atmosphère sur ce disque et ce n’est pas peu dire que c’est une nouveauté tant le premier Lp souffrait de ce manque totale de cohérence. Le choix le plus judicieux de Sitek et c’est mon second bon point attribué, celui de mettre en avant la voix d’un Liam Gallagher qui n’a peut-être jamais aussi bien chanté depuis « What’s the story morning glory ». La voix d’Our Kid est l’atout maître de ce Lp. Une voix qui cache la faiblesse de titres comme « Face the crowd » qui est sans doute la seule chanson véritablement ratée parmi les 11 titres que recèlent « Be ». Car la nouveauté c’est que ces dernières sont particulièrement homogènes avec ici et là de jolies trouvailles comme sur ce « Shine a light » endiablé, ou bien encore l’atmosphère volontiers vaporeuse de la chanson « Don’t brother me » qui fait figure de déclaration à son frère Noel pour une paix des braves à l’heure d’une reformation pour les vingt ans de « Définitely Maybe » en 2014.. à voir. Mais le meilleur titre et de loin, celui qui fait figure de pépite du disque c’est ce « Start anew » qui clôt « Be » de façon magistrale. La voix, les arrangements, le texte, Liam Gallagher signe ici son plus beau titre. Alors certes les rabats joies des inrocks et de télérama crieront sur tous les toits que tout n’est pas rose au pays de Gallagher junior : les textes sont bien souvent  indigents (mais n’est ce pas là l’essence même du rock que d’aller droit au but ?), les mélodies pas franchement révolutionnaires.. mais qu’importe l’ensemble est suffisamment bien produit pour au final nous cueillir et nous surprendre. Oui ce disque n’est pas la pépite que personne n’attend d’ailleurs, mais il est loin d’être aussi mauvais que ce que j’avais pu craindre je l’avoue volontiers. De quoi espérer des lendemains qui chantent ?

Ma note :4/5.

http://www.deezer.com/fr/album/6600726

http://www.youtube.com/watch?v=VcvNc3gDu4Q

Voici « Start Anew ?« , le film dure 27mn et il porte sur la préparation de Be, la sortie de ce dernier au Royaume-Unis et la mini tournée qui s’en est suivi, passant notamment par  Manchester, la ville matrice s’il en est d’Our Kids Liam Gallagher.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=g-T0qAKS41A

Beady-Eye-start-newBeady_Eye_BE_studio_album_cover_artwork_music_scene_irelandramHuit ans d’attente.. mais les amateurs de la french touch de Daft Punk peuvent souffler car leur nouveau LP « Random Access Memories » enfonce le clou et désigne une nouvelle fois le célèbre duo pour la consécration d’un style, le leur. Pour l’amateur d’électro, Daft Punk, c’est un peu les Beatles et les Stones réunis tant le groupe a su imprimer patiemment sa marque de fabrique. Dès l’ouverture du disque sur le titre « Beyond » on se dit que le duo n’a en rien perdu de sa verve. Cela se confirme avec « Contact » qui nous emporte loin très loin.. La suite est un régal et assez curieusement on se rend compte que le premier single extrait du LP « Get Lucky » n’est pas le meilleur morceau du disque. Les treize titres sonnent comme la BO parfaite d’un film dont eux seuls auraient la clé. Excellemment produit et réalisé  « Random Access Memories » permet à Daft Punk de nous surprendre une nouvelle fois et de signer ici un nouveau maître étalon sur leur chemin artistique. La french touch a encore de beaux jours devant elle pour notre plus grand plaisir. Une réussite. Ma note :5/5.

http://www.deezer.com/fr/album/6575789

la-pochette-de-love-songs-le-nouvel-album-de-vanessa-paradis-10899464dunqaChaque nouvel album de Vanessa Paradis est un petit événement, ce dernier sobrement intitulé « Love Songs » ne déroge pas à la règle. Une nouvelle fois, l’artiste réussit le pari de s’entourer des plus talentueux faiseurs de chansons, à commencer par Benjamin Biolay himself qui signe ici plusieurs titres aux sonorités tout de suite identifiables. C’est également lui qui s’est occupé de la réalisation du disque, des arrangements très soignés qui font de ce double album un joli moment de musique. Le premier cd surtout vaut le coup avec des titres forts comme « L’au-delà » ou encore « Les Espaces et les sentiments », j’aime aussi tout particulièrement le duo qu’elle chante avec Carl Bârat (Ex Libertines) « The Dark it comes », autre duo avec Biolay sur le second cd cette fois « Les roses roses ». Un second disque qui n’égale pas la qualité du premier et qui serait le seul petit bémol que j’émettrais sur ce disque. Ne boudons pas notre plaisir car malgré cet écueil d’un disque un peu roboratif, il reste suffisamment de titres forts pour passer un beau moment. De la chanson française en mode haute couture impeccablement produite. A écouter sans modération. Ma note :4/5.

http://www.deezer.com/fr/album/6584658

kavinsky-outrunMea culpa.. non je n’ai pas découvert comme vous tous « Outrun » de Kavinsky grâce au film « Drive » et sa BO comprenant « Nightcall » son morceau le plus célèbre aujourd’hui en France. Il paraît que cela passait souvent à la radio mais je n’écoute pas la radio, second sacrilège.. non pour ma part je me suis mis à écouter Kavinsky grâce à la foi aveugle que je place en Record Makers son label de musique. A l’image d’un Sébastien Tellier, son compère chez Record Makers, la musique de Kavinsky s’inspire indéniablement des sonorités des années 80. Les synthés sont omniprésents et les mélodies ravageuses. C’est en quelque sorte la BO idéal d’un jeux d’arcade ou d’un film où l’on conduirait des voitures à très grande vitesse. « Blizzard », « Odd Look » et « First Blood » sonnent comme autant de classiques instantanés. Ne me demandez pas pourquoi, mais First Blood me fait incontestablement penser à un morceau tout droit sorti de la BO de « Rocky Balboa ».. oui je sais 😉 Bien sûr, l’on est pas à l’abri du faux pas cf. « Suburbia » et son flot Rapp symbolisant le risque qui guette Kavinsky tout au long du LP de sombrer dans la surenchère d’effets pas toujours heureux. Heureusement, il y a suffisamment de bons titres pour sauver l’ensemble d’un naufrage qui n’est plus qu’une angoisse lointaine. Premier essai transformé. Ma note :4/5. 

http://www.deezer.com/fr/album/6358418

Cover_New1Lady « Lady » est le premier Lp d’un duo américain de jeunes femmes noires qui n’en sont pas à leurs premières expériences musicales. Cela se sent dès l’ouverture du disque avec le très maîtrisé et enlevé « Tell the truth ». Leurs voix se complètent vraiment bien et l’on perçoit l’alchimie qu’il peut exister entre ces deux là. Les compositions qui égrènent ici et là sont variées et dotées d’un son sixties qui les fais sonner comme autant de petites pépites souls certes pas révolutionnaires mais qui ont le mérite d’être efficaces. A découvrir. Ma note :3,5 /5.

  http://www.deezer.com/fr/album/6345898 

500x500-000000-80-0-0Miles Kane disons le tout de go ne m’avait pas convaincu sur son premier essai solo. Quelques bons titres effleuraient ici et là mais rien de transcendant. Circonspect j’étais, circonspect je suis à l’écoute de ce second opus « Dont’ Forget who You are » où le plus médiocre, le plus indigne d’un working class hero côtoie parfois le « chouette ». Oui, le « chouette » car rien ici pour éveiller l’attention, tout semble vain, les mélodies milles fois entendues, tout cela sentirait même l’imposture à plein nez si l’on ne connaissait pas le passé du bonhomme. Un naufrage artistique qu’il ne peut même pas tenter de sauver par sa voix bien trop quelconque pour nous faire nous agiter (n’est pas Liam Gallagher qui veut). Dans la catégorie rock anglais traditionnel préféré lui largement le nouveau Beady Eye « Be ». Je vous aurais prévenu.

Ma note :2/5.

http://www.deezer.com/fr/album/6575770

sigur ros kveikurSigur Ros revient nous hanter avec un album aux sonorités plus rock que son précédent opus. 9 titres composent « Kveikur ». Comme à chaque fois, le groupe laissera hermétique certains tandis que d’autres crieront une nouvelle fois au génie. Adulé par la planète indé les Sigur Ros ne laissent pas indifférents ce qui est pour moi un gage certain de qualité. Les musiques sont très travaillées comme à chaque fois, maintenant, je trouve très franchement que ce disque, malgré un soucis d’ouverture louable vers d’autres sonorités instrumentales, manque tout de même cruellement de renouvellement. J’en veux pour preuve ce côté incantatoire permanent et fatiguant qu’a le chanteur dans sa façon d’interpréter toutes les chansons comme si elles étaient les mêmes. Sigur Ros n’avance plus, pire ils semblent même ici régresser. Pas un titre ne ressort sauf peut-être le titre éponyme du Lp et « Rafstraumur », pas une mélodie transcendante là où « Valtari » proposait richesse et profondeur éthérées sur toute la longueur du disque. Une déception. Ma note :3/5.

http://www.deezer.com/fr/album/6661890

 

Publicités