Les films de l’année 2009 !

L'Etrange histoire de Benjamin Button

-5 « L’étrange histoire de Benjamin Button«  David Fincher, Brad Pitt et Cate Blanchett
Sortie le 4 Février 2009.

Dès les premières images, la magie Fincher opère et l’on est littéralement transporté par cette histoire au delà de la vie et de la mort, un conte sur la fuite du temps, l’amour… Brad Pitt et Cat Blanchettsont impériaux. Le film n’était pas nominé 13 fois aux Oscars par hasard. L’émotion est palpable à chaque instant, on sourit aussi et n’y allons pas par quatre chemins « Benjamin Button » est une très belle réussite, un grand film de cinéma avec ce supplément d’âme dont je parle souvent. Mention spéciale aussi aux effets spéciaux qui sont indétectables tant ils sont parfaits, à un Brad Pitt vraiment immense dans ce rôle et puis aussi l’émotion apportée par cette histoire d’amour impossible et improbable. David Fincher réussit encore une fois à nous faire une œuvre à part, profondément originale. J’ai vraiment passé un excellent moment de cinéma.
Box Office France :
2 553 732
N’hésitez pas à lire la nouvelle étrange et envoûtante de  F. Scott Fitzgerald d’où le film est tiré.

Là-haut

-4 « Là Haut »
Sortie le 29 Juillet 2009.

« Là haut » c’est du divertissement poétique, cela nous amusent et nous fais réfléchir en même temps, c’est beau, terriblement beau, doux, envoûtant. Comme pour Wall E, la magie opère dès les premières minutes, à ce titre le début de « Là Haut » où l’on voit résumé la vie de Carl est juste sublime. Les deux personnages principaux de ce film d’animation sont terriblement attachants, Carl et Russel, on rit de leurs mésaventures, on sèche une larme qui perle au coin des yeux aussi lorsque certains plans nous apparaissent dans toute leur splendeur. Rarement un film d’animation n’aura suscité autant d’émotion, Pixar prouve ici une nouvelle fois qu’ils sont les seuls à pouvoir faire réellement du divertissement animé pour les adultes mais aussi pour les enfants. On y retrouve en effet plusieurs degrés de lecture, les enfants s’amuseront des péripéties de l’oiseau géant et du chien tandis que les adultes verront poindre ici ou là une mélancolie rarement atteinte dans ce style de cinéma. « Là haut » m’a littérallement émerveillé, il rejoint d’hors et déjà les classiques du genre, une réussite totale. Après le succès de Wall E, nous surprendre à nouveau paraissait difficile, pari remporté par Pixar qui nous montrent qu’ils sont bel et bien au sommet des films d’animation.

Box Office France : 4 383 394

Gran Torino

-3 « Gran Torino« 
Clint Eastwood
Sortie le 25 Février 2009.

« Gran Torino » est un savant mélange d’émotion, d’humour, on y rit, on y pleure, bref c’est du cinéma, du vrai, du grand, avec des acteurs/actrices au diapason d’un Clint Eastwood impérial. Eastwood qui a lui-même fait la guerre de Corée semble livrer ici un film testament regroupant tous ses thèmes favoris, le remord, la rédemption, la vengeance…  D’une histoire somme toute banale Clint Eastwood nous sors là un immense film et l’on ne peut qu’applaudir à la fin de la séance. Si je n’avais qu’un bémol à donner sur ce film c’est qu’il est trop court, je serais bien resté une demi heure de plus avec Walt Kowalski, Sue et Thao… Les critiques de la presse étaient dithyrambiques mais c’est vraiment mérité. Un grand moment de cinéma.
Box Office France :
3 349 126

 

Affiche Avatar

-2 « Avatar«  James Cameron Sortie le 16 Décembre 2009.

Après « Titanic » et son succès critique et publique démentiel, le nouveau James Cameron était attendu au tournant tant il semblait difficilement pensable que le réalisateur puisse dépasser cette oeuvre maîtresse. Mais Cameron nous avait prévenu, voilà dix ans qu’Avatar trottait dans sa tête, dix ans le temps qu’il aura fallut pour concevoir le matériel nécessaire à la matérialisation des rêves de Cameron. Projet dantesque (on parle de 500 millions de dollars de budget), film de tous les superlatifs, le mal qui guettait Cameron était celui qui a touché l’autre roi du divertissement SF Georges Lucas, qui c’est perdu corps et âme dans une prélogie sans cœur, froide et superficielle. La première réussite d’Avatar c’est justement d’avoir rendu cet univers créé de toute pièce par les effets spéciaux, palpable, on est sur Pandora et l’on a qu’une envie, partir à la découverte de ce monde incroyable imaginé par le réalisateur. Là où Lucas avait pêché en oubliant que les effets spéciaux ne remplaçait pas une histoire, un script, Cameron nous transporte dans une épopée écologique sombre et envoûtante. La magie de Cameron a toujours été de pouvoir associer cinéma populaire de divertissement et grand cinéma. La voilà la réussite d’Avatar, il y avait eu auparavant la première saga Star Wars, puis au milieu des années 2000 la trilogie du Seigneur des Anneaux, il y aura un avant et un après Avatar, c’est une certitude tant ce dernier nous fais entrer de plein pied dans ce qui va constituer le cinéma de la décennie 2010-2020. On savait Cameron visionnaire, on le découvre prophète d’un cinéma où les effets spéciaux s’incarnent véritablement pour donner chair à une histoire touchante et plus complexe qu’on ne le pense au premier abord. Avatar clôt donc cette décennie de la plus belle des façons et ouvre un nouveau chapitre particulièrement excitant dans l’histoire du septième art.

Mon Film de l’année 2009

Morse-1

-1 « Let The Right One In«  de Tomas Alfredson, sortie le 4 Février 2009.

Mon coup de ♥ de l’année cinéma 2009, je le dois à notre planète Vox, je le dois à cet esprit de partage, à cette communion qui nous anime, je le dois plus précisément à l’ami Niggy que je remercie ici chaleureusement. Il m’a dit un jour, nous étions au mois de Novembre,  « Dude, j’ai vu the fucking awesome movie, cela s’appelle « Let The Right One In« (titre traduit en français par Morse), et c’est tout ce que Twilight n’est pas. » N’étant pas du tout attiré par l’univers guimauve des « vampires à l’eau de rose made in Twilight », j’avoue que cette entrée en matière a de suite suscité ma curiosité. Je regarde la Bande annonce et reste sous le choc ! Je suis saisi d’une émotion qui me fait pressentir que je suis là en présence d’un film de genre qui fera date. « Let The Right One In » est l’archétype du film indépendant qui nous démontre une nouvelle fois qu’avec peu de moyen, l’on peut réaliser du très grand cinéma. L’affiche est saisissante, énigmatique à l’image de cet ovni du réalisateur suédois Tomas Alfredson , sorti dans un anonymat presque complet en France le 4 Février 2009. Couronné avec le prix de la critique et le prix du Festival de Gerardmer en 2008 (Le festival du film fantastique), qualifié par le grand Guillermo Del Toro de « film le plus poétique et obsédant qui soit », rien que cela, célébré des Inrocks à DVDrama ou encore Télérama en passant par Libération et Première, le moins que je puisse dire après avoir vu ce film hier soir c’est que ces éloges sont pleinement mérités tant ce film est un pure moment de grâce. Il a été aussi élu film de l’année par le magazine Technikart, à ma plus grande joie. Cette œuvre ne sortira pas avant mars en DVD (je l’avais commandé pour Noël mais malheureusement ce retard me fût confirmé par la Fnac…). Beauté des images, qualité des effets spéciaux qui savent se faire très discrets et sont au service du film, de l’histoire et non l’inverse, jeu époustouflant (je ne trouve pas d’autres mots) de ces deux gamin(e)s Kare Hedebrant etLina Leandersson, on est tour à tour mal à l’aise, effrayé, ému et touché, tout ce que l’on souhaiterait ressentir au cinéma est ici dans ce film absolument fascinant, à mon sens (et Niggy me rejoins j’en suis sûr) c’est un chef d’œuvre, un film culte en puissance.

 

Publicités