Livre du Dude : « Le Coup de Grâce » Marguerite Yourcenar – « Passes Noires » Calaciura

Le Coup de Grâce : Roman extrait du recueil Alexis ou le Traité du Vain Combat suivi de Le Coup de

Folio propose dans sa collection à seulement 2 euro ce livre de Marguerite Yourcenar « Le Coup de Grâce« . Il est très court, 122 pages seulement, mais d’une profondeur et d’une beauté qui font de cet ouvrage sur le mal d’aimer un véritable chef d’œuvre à mon sens. L’écriture de Yourcenar sur les sentiments développés lors d’une passion amoureuse y est d’une précision incroyable. J’ai lu ce livre en une seule nuit tant l’histoire m’a prise. Impossible de lâcher ce livre une fois que vous l’aurez débuté. L’histoire se passe en 1919, dans les pays Baltes ravagés par la guerre, la révolution et le désespoir, trois jeunes gens, Éric, Conrad et Sophie, jouent au jeu dangereux de l’amour. Attirance, rejet, faux-semblants, conflits, mensonges et érotisme les pousseront aux confins de la folie. C’est une histoire sublime et profondément bouleversante que nous donnent à lire Yourcenar. Je ne vous dévoile rien de l’intrigue pour ne pas vous gâcher le plaisir de la fin du livre, mais je ne peux que vous conseiller la lecture de cet ouvrage petit par sa taille mais immense par le talent et la richesse peu commune qu’il contient.
Ma note:*****/5.

Passes noires

L’Italien Calaciura consacre un récit bouleversant et terrible aux prostituées clandestine. Suivant un itinéraire semblable à celui qu’empruntait la traite négrière il y a trois siècles, des milliers d’Africaines débarquent chaque année dans des villes portuaires d’Europe afin d’y exercer, plus ou moins volontairement, le plus vieux métier du monde. Après avoir effectué le voyage illégalement, dans des soutes de cargos insalubres, la plupart sont vouées à une existence aussi brève que désastreuse, leur statut d’immigrées clandestines profitant aux organisations mafieuses qui les maintiennent dans une dépendance proche de l’esclavage. « Passes noires » de Giosuè Calaciura nous invite à suivre l’humiliant parcours d’une de ces « cargaisons » installées dans le quartier dit « des maisons d’Afrique », de Palerme en Sicile, sa ville natale. Un roman très dure à lire tant l’on souffre de voir cette réalité en face, on aimerait mieux se voiler la face mais Calaciura est là pour nous rappeler les conditions de vie inhumaines de ses femmes dans nos patries des droits de l’homme. Un récit qui m’a profondément marqué et ému, dont on ne sort pas indemne. Mais il n’est au fond que le reflet du quotidien de ses femmes esclaves. Je vous le recommande même s’il est d’une tristesse absolue et qu’il provoque en nous une nausée irrésistible.  Ma note:**** /5.

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s