Cinéma : »The Dark Knight » de Christopher NOLAN

1

Cette après-midi j’avais prévu de me faire une petite séance dans mon cinéma préféré. L’ambiance de la salle obscure me manquais et puis il faut dire qu’en ce moment le choix ne manque pas pour le cinéphile que je suis. J’avais dans l’idée de voir « Wall E », mais au dernier moment, changement de cap, je me suis dis et si on n’allait voir ce qu’est devenu notre cher Batman, les critiques sont excellentes, le casting est vraiment classe, et puis vu le succès de « Wall E » je me suis dis que j’aurais encore le temps de le voir au cinéma dans les prochains jours. Ni une ni deux je me retrouve donc à la dernière minute dans cette salle pour voir « The Dark Night, Le Chevalier Noir ». Je suis dans la plus grande salle, première séance de l’après-midi, donc vraiment dans des conditions idéales pour profiter de ce film à grand spectacle. Un terme que j’emploie ici délibérément dans le sens noble du terme. « The Dark

2

Knight » est un ovni parmi les blockbusters qui sortent habituellement, la logique financière est présente certes, mais on sent chez le réalisateur Christopher Nolan (auteur des déjà très bons « The Prestige »« Batman Begins ») un profond respect pour ce projet et pour le spectateur, et cette idée un peu perdu de nos jours, qu’il ne suffit pas d’aligner les millions de dollars pour faire un bon film. « The Dark Night » c’est un spectacle (un énorme budget de 180 millions de dollars) mais c’est aussi et avant tout du vrai cinéma qui réconcilie le cinéphile et celui qui veut simplement passer un bon moment. Aux Etats-Unis, le film a battu tous les records (plusde 500 millions de dollars en seulement cinq semaines d’exploitation), il faut dire que ce film réussit l’exploit de réunir succès publique et succès critique, jugé plutôt : »Il n’est pas interdit de voir dans ce second Batman version Nolan le sommet de toute la saga (…) » dans Chronic’art ; M.Cinéma, les Inrocks, Brazil, Télérama, tous unanimes pour voir dans ce Dark Night le sommet de la saga Batman. Dès les premières minutes du film, le spectateur est saisi par le rythme, la qualité de la mise en image, les effets spéciaux qui ne sont pas juste là pour faire beau mais qui ont toujours un sens et qui s’inscrivent parfaitement dans l’histoire. Christian Bale campe un Batman impeccable, on retroue avec plaisir Caine dans le rôle d’Alfred, Gary Oldman, Morgan Freeman et surtout l

3

‘immense et regretté Heath Ledger. Parce que s’il y a bien un élément dans le film sur lequel tout le monde s’accordent, c’est sur la qualité incroyable du jeu de Ledger. Ce dernier donne une émotion, une profondeur au personnage du Joker jamais atteinte auparavant. Il nous scotchent littéralement à notre fauteuil, (à tel point que l’on parle pour lui d’un oscar à titre posthume) saisissant et effrayant, certaines séquences sont d’ors et déjà à classer dans les annales du cinéma, une performance halluciante et totalement schizophrène qui aurait même eu des répercussions sur la psychologie de l’acteur suite à ce tournage. Le film fait 2h30 mais on ne voit pas une seule seconde le temps passer, vraiment courez-y tant le jeu de Heath Ledger est ahurissant (le meilleur de cette année avec Day Lewis dans There will be Blood, c’est dire !). Le joker éclipse littéralement le Batman. The Dark Night est une réussite indiscutable, du très grand cinéma et la meilleure adaptation d’un comics vu à ce jour. Oubliez les superman, hulk, spiderman et autres films de super-héros, ce film est déjà culte ! Un article très intéressant sur les inrocks pour prolonger la réflexion sur le film : http://www.lesinrocks.com/cinema/film/la-question-batman/?cHash=ff1bf6b1b8
J’aime cette description de chronicart du joker version Heath Ledger : « C’est là qu’entre en jeu le Joker : il fait à lui-seul du film un chef-d’oeuvre, trouant cet opus de ses ignobles farces, ouvrant en lui des galeries illuminées d’épouvante. La performance crépitante et cathartique de feu Heath Ledger en fait un corps d’altérité absolue : clown blafard et dégoulinant, junkie d’apocalypse, épave fumante autant que créature saturée d’étrangeté (voir la scène absolument sublime où le prédateur demeure immobile, irradiant de malfaisance et minablement humain, dans la cage du commissariat) ». Un autre article passionnant sur Heath Ledger et son rôle dans « The Dark Night » dans le Figaro : http://www.lefigaro.fr/cinema/2008/08/12/03002-20080812ARTFIG00006-heath-ledger-fait-du-joker-un-terrifiant-psychopathe-.php Un film sombre, sublime, techniquement parfait (qui n’est pas sans nous rappeler le cinéma de Mann), nous tenons là à coup sûr Le film de cet été 2008 ! Ma Note:5/5.

Publicités