Cinéma du Dude Juin-Juillet-Août08 : »The Dark Knight »-« Babylon A.D. »-« Narnia II »-« JCVD »

1

Cette après-midi j’avais prévu de me faire une petite séance dans mon cinéma préféré. L’ambiance de la salle obscure me manquais et puis il faut dire qu’en ce moment le choix ne manque pas pour le cinéphile que je suis. J’avais dans l’idée de voir « Wall E », mais au dernier moment, changement de cap, je me suis dis et si on n’allait voir ce qu’est devenu notre cher Batman, les critiques sont excellentes, le casting est vraiment classe, et puis vu le succès de « Wall E » je me suis dis que j’aurais encore le temps de le voir au cinéma dans les prochains jours. Ni une ni deux je me retrouve donc à la dernière minute dans cette salle pour voir « The Dark Night, Le Chevalier Noir ». Je suis dans la plus grande salle, première séance de l’après-midi, donc vraiment dans des conditions idéales pour profiter de ce film à grand spectacle. Un terme que j’emploie ici délibérément dans le sens noble du terme. « The Dark

Knight » est un ovni parmi les blockbusters qui sortent habituellement, la logique financière est présente certes, mais on sent chez le réalisateur Christopher Nolan (auteur des déjà très bons « The Prestige »« Batman Begins ») un profond respect pour ce projet et pour le spectateur, et cette idée un peu perdu de nos jours, qu’il ne suffit pas d’aligner les millions de dollars pour faire un bon film. « The Dark Night » c’est un spectacle (un énorme budget de 180 millions de dollars) mais c’est aussi et avant tout du vrai cinéma qui réconcilie le cinéphile et celui qui veut simplement passer un bon moment. Aux Etats-Unis, le film a battu tous les records (plusde 500 millions de dollars en seulement cinq semaines d’exploitation), il faut dire que ce film réussit l’exploit de réunir succès publique et succès critique, jugé plutôt : »Il n’est pas interdit de voir dans ce second Batman version Nolan le sommet de toute la saga (…) » dans Chronic’art ; M.Cinéma, les Inrocks, Brazil, Télérama, tous unanimes pour voir dans ce Dark Night le sommet de la saga Batman. Dès les premières minutes du film, le spectateur est saisi par le rythme, la qualité de la mise en image, les effets spéciaux qui ne sont pas juste là pour faire beau mais qui ont toujours un sens et qui s’inscrivent parfaitement dans l’histoire. Christian Bale campe un Batman impeccable, on retroue avec plaisir Caine dans le rôle d’Alfred, Gary Oldman, Morgan Freeman et surtout l

‘immense et regretté Heath Ledger. Parce que s’il y a bien un élément dans le film sur lequel tout le monde s’accordent, c’est sur la qualité incroyable du jeu de Ledger. Ce dernier donne une émotion, une profondeur au personnage du Joker jamais atteinte auparavant. Il nous scotchent littéralement à notre fauteuil, (à tel point que l’on parle pour lui d’un oscar à titre posthume) saisissant et effrayant, certaines séquences sont d’ors et déjà à classer dans les annales du cinéma, une performance halluciante et totalement schizophrène qui aurait même eu des répercussions sur la psychologie de l’acteur suite à ce tournage. Le film fait 2h30 mais on ne voit pas une seule seconde le temps passer, vraiment courez-y tant le jeu de Heath Ledger est ahurissant (le meilleur de cette année avec Day Lewis dans There will be Blood, c’est dire !). Le joker éclipse littéralement le Batman. The Dark Night est une réussite indiscutable, du très grand cinéma et la meilleure adaptation d’un comics vu à ce jour. Oubliez les superman, hulk, spiderman et autres films de super-héros, ce film est déjà culte ! Un article très intéressant sur les inrocks pour prolonger la réflexion sur le film : http://www.lesinrocks.com/cinema/film/la-question-batman/?cHash=ff1bf6b1b8
J’aime cette description de chronicart du joker version Heath Ledger : « C’est là qu’entre en jeu le Joker : il fait à lui-seul du film un chef-d’oeuvre, trouant cet opus de ses ignobles farces, ouvrant en lui des galeries illuminées d’épouvante. La performance crépitante et cathartique de feu Heath Ledger en fait un corps d’altérité absolue : clown blafard et dégoulinant, junkie d’apocalypse, épave fumante autant que créature saturée d’étrangeté (voir la scène absolument sublime où le prédateur demeure immobile, irradiant de malfaisance et minablement humain, dans la cage du commissariat) ». Un autre article passionnant sur Heath Ledger et son rôle dans « The Dark Night » dans le Figaro : http://www.lefigaro.fr/cinema/2008/08/12/03002-20080812ARTFIG00006-heath-ledger-fait-du-joker-un-terrifiant-psychopathe-.php Un film sombre, sublime, techniquement parfait (qui n’est pas sans nous rappeler le cinéma de Mann), nous tenons là à coup sûr Le film de cet été 2008 ! Ma Note:*****/5.


« Babylon A.D.«  est sortie le 20 août, il s’agit du nouveau film de Kassovitz, un projet ambitieux sur la papier et sacrément courageux voire fou tant le livre de Maurice G Dantec semble inadaptable à moins d’en avoir les moyens et surtout une totale liberté artistique pour mener à bien l’adaptation de ce formidable livre de Dantec qu’est « Babylon Babies ». Mais voilà, tout ne c’est pas passé comme prévu, on pourrait même dire que « Babylon A.D. » est selon le propre aveux de son réalisateur un véritable cauchemard tant la mésentente entre les certains acteurs (dont Vin Diesel), la production, la Fox était patente. C’est dans ce climat de tension perpétuel que c’est réalisé ce film. Alors me direz vous, pourquoi être allez aux Etats-Unis pour tourner ce film ? et bien parce qu’un tel projet nécessite de l’argent et même beaucoup d’argent. Selon Kassovitz il aurait fallut pas moins de 150 millions de dollars pour pouvoir réaliser le film dont il rêvait, il devra se « contenter » de 60 millions de dollars et d’un casting qui lui a été imposé, notamment Vin Diesel en tête d’affiche, qui dès les premiers jours de tournage à joué à sa diva en refusant par exemple de se lever trop tôt le matin pour tourner une scène. Face à ses désaccords monstrueux, Kassovitz à mené son projet à son terme,

comme il l’a pu et cela se ressent. Le film n’a même pas été présenté à la presse aux Etats-Unis, en France les critiques sont assassines (cf. http://www.allocine.fr/film/revuedepresse_gen_cfilm=50127&page=2.html ) et le film quoiqu’il en soit ne rentrera pas dans ses frais, il faudra alors compter sur cette seconde chance que donne la sortie en DVD. Point positif, le roman de Maurice G Dantec a été édité dans la plus grande maison d’édition de SF aux Etats-Unis avec  un tirage record pour un auteur français de 600 000 exemplaires. Si je ne dois vous donnez qu’un seul conseil c’est de surtout privilégier le livre, pour ceux qui n’ont pas vu le film, mettez plutôt vos 6 euro dans le livre, c’est du très grand Dantec; et pour ceux qui l’ont vu, surtout ne prenez pas cette adaptation comme étant l’essence même du roman, lisez le et vous verrez alors combien des pans entiers du livre ont été sacrifié. Parce qu’il faut parler du film, je me suis rendu au cinéma, malgré ses critiques assassines, avant tout parce que j’adore l’univers SF de Dantec et que j’étaits cureiux de voir ce qu’il pouvait donner sur un grand écran. Que dire du film sinon que je m’attendais au pire et que finalement je dois vous reconnaître qu’il n’est pas aussi…mauvais que ce que les critiques en ont dis, est-ce mon attachement pour l’univers de Dantec qui me fait dire cela, ma mansuétude pour Kassovitz qui a eu le courage de dénoncer dans des interviews fameuses les dysfonctionnements énormes autour de ce film, toujours est-il que « Babylon A.D. » est un honnête film de SF, un « Blade Runner » du pauvre si j’ose parler ainsi. C’est un film bancal à plusieurs titres, sa longueur, le film fût couper par la fox d’une bonne demi-heure et ne fait que 1h40 pour un livre de 700 pages… bancal aussi au niveau de son casting, avec du très mauvais Depardieu et Lambert Wilson ont le pompom de ce point de vue tant ils sont ridicules (heureusement les deux pauvres larrons venus toucher leurs cachetons n’apparaissent que quelques courts instants), Charlotte Rampling elle-même en fait des tonnes dans un

Babylon Babies

numéro hystérique et grandiloquent, Vin Diesel est égal à lui-même, c’est à dire monolithique, avec deux expression sur le visage (un jeu à la Stallone période rambo II…loll); bancal au niveau des effets spéciaux et de la mise en scène, avec une alternance de séquences vraiment cools et esthétiquement réussis, et d’autres franchement indigne d’un réalisateur de cinéma digne de ce nom. Les références au cinéma de SF sont nombreuses mais elles n’égalent jamais leurs illustres aînés. Kassovitz avait raison, ce livre était inadaptable, à moins de s’en donner les moyens. Maintenant quelques points positifs tout de même, certaines images et scènes d’actions nous empêchent de nous ennuyer, on est même parfois séduis, et puis les deux actrices Michelle Yeoh (Tigre et dragon et Sunshine) et surtout celle qui illumine littéralement le film, la seule qui correspond véritablement au rôle tel qu’il est écrit dans le livre, Mélanie Thierry (déjà surprenante dans Chrysalis), cette dernière est parfaite de bout en bout et elle est la seule à nous donner ce frisson, cette émotion, elle est énigmatique comme elle doit l’être dans le livre puisqu’elle cache un secret qui peut bouleverser l’humanité. Elle est parfaite de bout en bout et c’est elle qui nous permet de suivre le film jusqu’à son terme. Bien sûr les lecteurs de Dantec dont je suis ne pourront-être que déçus par cette adaptation qui expédie en trente minute ce qui fait l’essence même du livre de Dantec. Difficile pour celui qui n’a pas lu le livre de suivre et de comprendre les scènes d’actions qui se suivent, l’enjeu même du film, pourquoi doit-on protéger cette jeune femme, que cache t’elle ? l’évolution des sentiments de Toorop vis à vis de la jeune femme est envoyé à la va-vite. Bref Babylon A.D. est à coup sûr un film curieux, pas le ratage ultime dont nous parlent les critiques (non j’ai vu bien pire…) mais c’est juste un film mineur là ou le sujet aurait pu en faire un film important dans la filmographie de Kassovitz. Maintenant ce qui va être le plus intéressant risque d’être lors de la sortie en DVD, les bonus et le making of du film qui est paraît-il chaud bouillant, les interviews de Kassovitz valent le coup et son entretien croisé avec Maurice G Dantec promet lui aussi d’être passionné. Kassovitz c’est ainsi livré dans la presse US à des sorties du style :  « Je n’ai jamais eu la possibilité de tourner une scène telle qu’elle était écrite ou telle que je la voulais. Le script n’a pas été respecté. Mauvais producteurs, mauvais partenaires, c’était une expérience affreuse. » ou encore « ils ont envoyé des avocats qui n’ont fait que vérifier que les points et les virgules étaient à leur place. Ils ont tout compliqué de A à Z. J’aurai dû choisir un studio avec des tripes. Tout ce qu’ils voulaient, c’était que le film ne soit interdit qu’aux moins de 13 ans. Le reste, ils n’en ont rien à foutre. ». Une interview intéressante de la très belle mélanie Thierry sur Babylon AD ici : http://www.dvdrama.com/news-28559-babylon-a-d-interview-de-melanie-thierry.php ; sur le tournage :  http://www.lexpress.fr/culture/cinema/babylon-a-d-heurts-et-malheurs-d-un-tournage_552097.html
Ma note:**1/2  /5.

The Chronicles of Narnia: Prince Caspian (Three-Disc Collector's Edition)

3 ans après l’immense succès du « Lion, la sorcière blanche et l’armoire magique » et ses 745 millions de dollars de recette dans le monde, c’est avec un plaisir immense que j’ai retrouvé hier après-midi le monde de Narnia cher à C.S. Lewis, l’auteur de ce classique de la fantasy vendu à plus de 100 millions d’exemplaires à travers le monde. « Le Prince Caspian » sort donc sur nos écrans en ce joli mois de juin avec toujours aux manettes l’excellent Andrew Adamson (auteur entre autres des Shrek I et II et du premier volet de Narnia), on ne change pas une équipe qui gagne me direz vous. Et bien c’est cette dernière phrase qui résume parfaitement mon sentiment sur ce Narnia II. « Le Prince Caspian » est dans la version livre, le quatrième tome du Monde de Narnia alors qu’il fût le second roman à être écris par Lewis (en 1951). Les producteurs ont donc eu l’astucieuse idée d’adapter les films dans l’ordre d’écriture de l’auteur. La magie opère toujours, et l’on peut dire sans mentir que les 2h23mn du film passe sans que l’on ne s’ennuie une seule seconde. Narnia c’est un peu le croisement idéal entre un Harry potter, pas assez féérique à mon sens, et un Seigneur des anneaux davantage destiné aux adultes. Le succès de Narnia et des livres de Lewis repose sur ce bestiaire incroyable regroupant toutes les créatures fantastiques de nos mythes et légendes (centaures, nains, griffons, souris qui parlent, etc..), des personnages attachants et charismatiques (les quatre acteurs sont toujours aussi bons) le lion Aslan magnifiquement mis en image, une histoire à rebondissements, et en plus cerise sur le gâteau, une oeuvre imprégnée de christianisme ( Aslan est ainsi celui qui doit délivrer les Narniens des Calormens). Peter, Susan,

Edmund et Lucie Penvensie sont de retour à Narnia. 1300 ans se sont écoulés (mais le temps narnien ne correspond pas au nôtre) et les quatre enfants doivent voler au secours de Caspian, prince héritier de Narnia, menacé par les armées de son oncle Miraz….La mise en scène, les effets spéciaux (ah ! ce monstre formé d’eau…), les batailles épiques (beaucoup plus de batailles que dans le premier épisode), le plaisir de retrouver nos petits héros, tous ces éléments réunis font « Du Prince Caspian » un très grand film de fantasy. Si je ne devais trouver qu’un seul bémol ce serait sans aucun doute le manque de charisme du prince caspian, qui m’a fait penser tout au long du film au héros du petit déjeuner, un autre prince de la famille de….Lu…Heureusement sa présence est somme toute limitée dans le film, qui laisse la part belle à nos quatre Penvensie préférés ! Bien que plus sombre et plus violent que le premier épisode, ce spectacle conviendra à toute la famille, petits et grands y trouveront leur compte, alors avec la fête du cinéma du 29 juin au 1er juillet, profitez en ! Et puis pour terminer, je ne puis que vous inviter à lire et relire les sept tomes qui composent « Le monde de Narnia » de C.S. Lewis, chef d’oeuvre de l’imagination, tant sur le fond que sur la forme (et oui à cette époque on ne prenait pas encore les enfants pour des imbéciles…).
Ma note :****  /5.

Précédé d’une critique plus élogieuse qu’à l’accoutumé, c’est avec une certaine curiosité que je me suis rendu mardi dans mon cinéma préféré pour voir « JCVD » le nouveau film avec notre héro belge préféré Jean Claude Van Damme. Mabrouk el Mechri est l’auteur de ce pari un peu fou, celui de redonner au héros des années 1990 des films made in DVD un peu de son aura d’antant, ou tout du moins rétablir quelque peu la vérité sur un acteur moqué de tous mais au fond terriblement attachant. Jean Claude Van Damme c’est le rêve américain, celui d’un gamin qui part aux « States » (comme il aime à le dire) et parce qu’il était « aware » arrive contre vents et marées à devenir une « movie star », mais Van Damme, c’est aussi la déchéance, les divorces, l’alcool, la drogue, les délires sur les plateaux télé où le belge est humilié, ramené au rang de bête de foire…Le talent d’El Mechri c’est d’avoir cru en Van Damme, d’avoir perçu tout le potentiel que l’on pourrait tirer de cette histoire. Parce que « JCVD » c’est avant tout une très belle surprise, je m’attendais un à film « sympa », une honnête série B, j’y suis allé par curiosité pour voir si ce que l’on disait de ce « come back » était vrai. Dès les premières minutes on marche, le pastiche des films d’actions où Van damme dégomme tout sur son passage est à mourir de rire, la suite enfin lorsque la « movie star » tente d’expliquer que la scène est nulle et qu’il faut la retourner, et là le réalisateur qui lui dit « on s’en fout »… JCVD c’est un peu l’histoire de Van Damme, il y a de l’autobiographique dans ce film c’est évident. Tout le talent du réalisateur a été de ne pas chercher à jouer sur les seuls dérapages de la star, nous ne sommes pas là pour nous moquer de Van Damme mais au contraire, nous sommes là pour le comprendre… La vrai surprise c’est que pour la première fois Van Damme tourne un « vrai » film. JCVD n’est pas un grand film au sens propre du terme, mais on passe un excellent moment, j’ai rarement autant ri au cinéma depuis longtemps, tout cela parce que Van Damme profite d’un casting haut en couleur emmené par François Damiens (Dikkeneck) et surtout l’énorme Zinedine Soualem à la coiffure hallucinante, tordant en méchant de service. Les dialogues font mouche, l’histoire celle d’un braquage où Van Damme se retrouve malgré lui mêlé est juste énorme, on ri beaucoup, on ne s’ennuie pas et on assiste même à un moment mémorable lorsque pendant 10 minutes Van Damme face caméra se met à expliquer, avec une sincérité hors du commun dans ce milieu, sa chute, les faux amis, la drogue, les films pourris qu’ont tournent au fin fond de la Bulgarie, la rédemption enfin… Ce qui touche au delà de la qualité propre du film c’est vraiment ce côté « vrai » de Van Damme qui nous expliquent que plus que l’argent ou la gloire, son rêve c’était avant tout de tourner dans un vrai film. Son rêve se réalise aujourd’hui, et l’on peut se demander quels acteurs français « has been » seraient capable de jouer avec autant d’honnêteté leurs vies, leurs désillusions. Un grand bravo au réalisateur, au second rôle (décidément ce cinéma belge doit nous servir d’exemple..) et surtout à Jean Claude Van Damme. Ne nous leurrons pas ce film ne marchera pas en salle, la faute à une image qui colle à la peau, les étiquettes on aiment cela en France…100000 entrées en première semaine, mes ami(e)s pour ceux qui auront la chance d’avoir ce film à l’affiche encore en deuxième semaine allez-y, vous verrez ce que j’appelle communément un ovni cinématographique, un film qui j’en suis sûr fera un carton dans les locations DVD dans six mois, d’ici là bon film :)) Ma note:***  /5.





Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Une réflexion sur “Cinéma du Dude Juin-Juillet-Août08 : »The Dark Knight »-« Babylon A.D. »-« Narnia II »-« JCVD »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s