Poésie et Peinture : Hugo « Rêverie »-De Nerval « Fantaisie »-William Turner

Joseph Mallord William Turner (1775-1851) est un peintre anglais particulièrement célèbre pour son traitement dynamique des effets lumineux naturels dans les paysages et les marines. Il voulut dissoudre les formes dans le frémissement de l’atmosphère et de la lumière. On le surnomma le « peintre de la lumière ». Il est considéré comme un précurseur de l’impressionnisme (un mouvement artistique qui fait de la lumière un élément essentiel et mouvant. Peintres d’une nature changeante, d’une vie heureuse saisie dans la particularité de l’instant. C’est le moment de rupture entre l’art moderne et l’académisme.)

786px-Joseph_Mallord_William_Turner_012
Rêverie
(Victor Hugo 1802-1885)
Oh ! laissez-moi ! c’est l’heure où l’horizon qui fume


Cache un front inégal sous un cercle de brume,

L’heure où l’astre géant rougit et disparaît.

Le grand bois jaunissant dore seul la colline.

On dirait qu’en ces jours où l’automne décline,

Le soleil et la pluie ont rouillé la forêt.

Oh ! qui fera surgir soudain, qui fera naître,
Là-bas, – tandis que seul je rêve à la fenêtre

Et que l’ombre s’amasse au fond du corridor, –

Quelque ville mauresque, éclatante, inouïe,

Qui, comme la fusée en gerbe épanouie,

Déchire ce brouillard avec ses flèches d’or !

Qu’elle vienne inspirer, ranimer, ô génies,
Mes chansons, comme un ciel d’automne rembrunies,

Et jeter dans mes yeux son magique reflet,

Et longtemps, s’éteignant en rumeurs étouffées,

Avec les mille tours de ses palais de fées,

Brumeuse, denteler l’horizon violet !

Fantaisie (De Nerval 1808-1855)


Il est un air pour qui je donnerais
Tout Rossini, tout Mozart et tout Weber,
Un air très-vieux, languissant et funèbre,
Qui pour moi seul a des charmes secrets.

Or, chaque fois que je viens à l’entendre,
De deux cents ans mon âme rajeunit :
C’est sous Louis treize; et je crois voir s’étendre
Un coteau vert, que le couchant jaunit,

Puis un château de brique à coins de pierre,
Aux vitraux teints de rougeâtres couleurs,
Ceint de grands parcs, avec une rivière
Baignant ses pieds, qui coule entre des fleurs ;

Puis une dame, à sa haute fenêtre,
Blonde aux yeux noirs, en ses habits anciens,
Que dans une autre existence peut-être,
J’ai déjà vue… et dont je me souviens !

davies_nmw_0909_01Joseph_Mallord_William_Turner_094sitraEVE841576_264124_turnerthe-morning-after-the-deluge

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Publicités

3 réflexions sur “Poésie et Peinture : Hugo « Rêverie »-De Nerval « Fantaisie »-William Turner

  1. voilà, c'est précisément ce que j'aime (sauf que victor chez moi coince un peu !)mais nerval ô yes!,il ya toujours du chopin dans les mots de nerval, et dans ces ciels affolés quelque impromptu de schubert peut-être?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s