CINEMA

Cinéma-VOD : « The last Tree » de Shola Amoo (Destiny Films) Date de sortie VOD : 25 mars 2021

L’Histoire : Jeune britannique d’origine nigériane, Femi a connu une enfance heureuse en famille d’accueil dans la campagne du Lincolnshire. quand il doit tout quitter pour aller vivre avec sa mère biologique dans un Hlm à Londres, c’est un vrai déchirement. entre les codes culturels de sa mère qui lui sont étrangers et ce nouvel environnement citadin difficile, Femi doit déterminer quel genre d’adulte il veut devenir.

Je remercie chaleureusement Destiny Films pour cette séance VOD et leur confiance !

Date de sortie VOD : 25 mars 2021

Ma note :

Note : 4.5 sur 5.

C’est sans doute le film le plus autobiographique et personnel signé du réalisateur britannique d’origine nigérienne, Shola Amoo. Ce dernier a réalisé son second long métrage, un drame, « The Last Tree » en 2019. Il a été sélectionné en compétition officielle dans des festivals prestigieux comme « Sundance Film Festival » et « Dinard Film Festival« . Son troisième long métrage sera consacré à l’adaptation de “Sting Like a Bee: Muhammad Ali vs. The United States of America”, livre de Leigh Montville sur le refus du boxeur, en 1967, d’être incorporé dans l’armée américaine durant la guerre du Vietnam. « The Last Tree » a été entièrement écrit et réalisé par Shola Amoo, lui-même, un nom a retenir tant ce long métrage est maîtrisé de bout en bout. Il nous raconte la vie de Femi, britannique d’origine nigérienne, qui enfant, vit dans la campagne du Lincolnshire dans une famille d’accueil avec Nanou, une femme aimante et tendre. Il a un groupe d’amis fidèles, va dans une bonne école. Les images sont lumineuses, pleine de la ferveur, de l’incandescence propre à l’enfance et à ses jeux, cet amour qui irradie de Nanou et qui le rassure tant. Mais une ombre pèse et soudain, le choc, Femi voit se mère biologique souhaitée le récupérer pour l’emmener vivre avec elle. C’est le départ pour une banlieue HLM de Londres où le confort dans l’appartement est sommaire. Tout est gris, le béton à perte de vue, les immeubles tristes fantômes engloutissant les derniers immigrés rêvant d’un avenir meilleur. Femi vit seul avec sa mère et doit s’habituer à ce nouvel univers. C’est un déchirement pour son jeune cœur encore empli de l’amour maternel de Nanou. Sa mère en est l’exact opposé et elle enchaîne les boulots tandis que Femi doit s’occuper seul de l’appartement. Il subit les mauvais traitements s’il n’obéit pas. A l’école, il est rejeté. Femi signifie en nigérian « Dieu m’aime » car sa mère est une chrétienne très croyante. La musique qui accompagne les images est particulièrement belle et Shola Amoo, on le ressent tout de suite, à un sens inné de la mise en scène avec des plans de toute beauté. L’acteur qui joue Femi enfant est bluffant et s’appelle Tai Golding. Trois parties composent « The Last Tree » correspondant à trois périodes de la vie de Femi. Sam Adewunmi interprète Femi adolescent et jeune homme avec, lui aussi, beaucoup de talent. Il est charismatique. Femi est devenu un jeune paumé qui fréquente les mauvais éléments de son quartier. Il végète, reste prostré, s’ennuie dans un quotidien morose seulement rythmé par les parties de foot entre potes. Il traîne dans la rue. Il n’a pas de père connu. Il est à la recherche de repères car il en manque cruellement. Il est désœuvré, sans but, sans goût. Il ne sait pas quel homme il veut devenir. Shola Amoo porte un regard sans concession sur une âme esseulée, sans amour, qui peine à exprimer ce qu’il ressent à l’intérieur de lui. Son regard mélancolique nous touche tout comme la sensibilité que cache Femi au fond de lui. Sa relation avec sa mère l’élevant seule, est tendue. Femi doit choisir quel chemin il empruntera : devenir un délinquant risquant la prison ou la mort, ou bien avoir son diplôme et mener une vie de travail honnête. La haine, la violence ou l’amour. Les ralentis sont nombreux , les images très belles et travaillées. Shola Amoo a une vraie proposition de cinéma à nous offrir avec son style bien à lui. Un film poignant sur un gamin paumé qui souhaite se racheter une conduite, ne pas trahir les idéaux de son enfance, celle avec Nanou. Délicat, sensible, pertinent dans son analyse des maux de la société britannique avec ces jeunes des quartiers londoniens qui se perdent pour ne plus revenir, c’est peu dire que j’ai aimé « The Last Tree ». On songe à Ken Loach mais avec une approche très personnelle qui fait de Shola Amoo, une voix à retenir dans le paysage cinématographique britannique. Je vous recommande la découverte de ce petit bijou qui sortira sur toutes les plateformes de VOD grâce à Destiny Films le 25 mars 2021.

Réalisation : Shola Amoo
Scénario : Shola Amoo
Interprètes : Sam Adewunmi, Nicholas Pinnock, Gbemisola Ikumelo, Denise Black
Distribution : Destiny Films
Durée : 1h39
Genre : Drame

(17 commentaires)

  1. C’est vraiment gentil, merci beaucoup Cat ! Un film sublime dans le fond comme dans la forme🤩. Une histoire émouvante, mise en scène de main de maître, j’ai adoré ! Je te souhaite une belle soirée Cat, Bises bretonnes pour le Sud 😊🙏🌞🌊

    J'aime

  2. Salut j’aimerais très sérieusement prendre contact avec vous et vous à vous suivre sur vos différents réseaux sociaux. Je partage aussi la même passion que sur le monde du 7 eme art . Merci au plaisir de vous lire.

    Aimé par 1 personne

  3. Bonjour Frédéric ! Très belle chronique pour un film qui t’a visiblement beaucoup plu ! La référence à Ken Loach me paraît très intéressante ! J’aime bien ces films ancrés dans la réalité sociale ! Bonne journée !

    Aimé par 1 personne

  4. ta chronique me donne furieusement envie de le voir….
    c’est « dingue » ma liste de films va finir par faire concurrence à ma PAL mais je suis quand même plus branchée livres heureusement sinon ce serait burn out assuré 🙂

    Aimé par 1 personne

  5. Merci Eve ! c’est un très joli film avec un style bien affirmé et une histoire émouvante sans tomber dans le pathos. C’est très bien joué. Oui, il y a tellement de pépites à découvrir en matière de films, de livres que nos PAL explosent ! C’est chronophage.. si je rajoute à ça les séries on ne s’en sort plus 😉🙂

    Aimé par 1 personne

  6. Poésie, sensibilité…. et te connaissant, je ne pourrais que foncer les yeux fermés, si ce n’est que pour voir ce film qui semble t’avoir impressionné, il vaut mieux les ouvrir grand. Plus sérieusement, c’était ma façon de dire que je te fais totalement confiance. Et tu m’as donné envie de le voir. Merci Frédéric 🙏

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :