Littérature : « Une bête au Paradis » de Cécile Coulon

EAOfVtKXkAMzfQd-680x950L’Histoire : La vie d’Émilienne, c’est le Paradis. Cette ferme isolée, au bout d’un chemin sinueux. C’est là qu’elle élève seule, avec pour uniques ressources son courage et sa terre, ses deux petits-enfants, Blanche et Gabriel. Les saisons se suivent, ils grandissent. Jusqu’à ce que l’adolescence arrive et, avec elle, le premier amour de Blanche, celui qui dévaste tout sur son passage. Il s’appelle Alexandre. Leur couple se forge. Mais la passion que Blanche voue au Paradis la domine tout entière, quand Alexandre, dévoré par son ambition, veut partir en ville, réussir. Alors leurs mondes se déchirent. Et vient la vengeance.

« Une bête au Paradis » est le tout nouveau roman signé Cécile Coulon et publié aux éditions L’iconoclaste. Le Paradis, c’est cette ferme éloignée d’un village où tous connaissent Émilienne, celle qui élève seule ses deux petits-enfants que sont Blanche et Gabriel. Ces derniers ont perdu leurs parents suite à un accident de voiture tout près de la ferme. Au Paradis, il y a aussi Louis. Il n’est pas de la famille, il était battu par son père alors Émilienne l’a recueilli alors qu’il n’était qu’adolescent. C’est lui l’homme à tout faire à la ferme. Émilienne est le métronome, la figure tutélaire, le cœur même du Paradis. Blanche est belle, charismatique, héritière de sa grand mère au domaine. Gabriel est plus fragile, plus sensible, celui qui n’arrive pas à surmonter le décès prématuré de ses parents. Et puis les années passent, Blanche est à présent une jeune fille et elle va tomber amoureuse d’un jeune garçon, Alexandre, dont l’évocation du prénom même va suffire à lui donner le vertige, celui de la passion telle qu’on peut la vivre à cet âge. Alexandre n’a pas les mêmes facilités intellectuelles que Blanche mais il porte en lui l’ambition de ceux qui veulent dévorer leur part du gâteau. Il souhaite partir vers la ville. Blanche veut vivre au Paradis, sa terre, celle où l’on s’échine à faire vivre la ferme, ses animaux, les nourrir, les soigner, les traire, les tuer. Tout cela fait partie d’un espace temps, d’un cycle de la vie et de la mort qui est celui du Paradis. Émilienne et Blanche donnent tout au Paradis. Pendant douze longues années, Blanche tente de se noyer dans le travail afin d’oublier Alexandre. Mais voici qu’après toutes ces années, la rumeur gronde au village, Alexandre est de retour.. Ce livre, le premier que je lis de Cécile Coulon, est absolument magnifique. On est touché, ému par cette histoire, ce conte tragique où Cécile Coulon convoque les élans de la chair, de la passion mais aussi les tisons de la vengeance, de la colère et de la haine la plus implacable. Son style d’écriture est sublime, capable de nous hisser dans les affres de la solitude, du dégoût, de la haine, de la folie mais également de nous immiscer dans la douceur printanière d’un lit, au Paradis, où les deux amants s’enivrent de caresses et de mots doux. On est cueilli par cette étreinte d’Éros et de Thanatos, ces pulsions de vie et de mort, ce flot d’émotions ressenties à la lecture de ce livre d’une puissance d’évocation rare. Roman de la terre, de la chair, de la folie, je considère « Une bête au Paradis » comme un des tous meilleurs livres de cette rentrée littéraire. A lire absolument !

Ma note: 5/5.

Broché: 352 pages
Éditeur : L’Iconoclaste (21 août 2019)

Cécile Coulon / Ed Alcock / M.Y.O.P.