LITTERATURE ET HISTOIRE

Littérature : « D’innombrables soleils » d’Emmanuelle Pirotte

D%u2019innombrables-soleilsL’Histoire : Walter a recueilli chez lui son ami Christopher Marlowe, laissé pour mort après une rixe. Dans le manoir au bord de la falaise, le poète en sursis rencontre Jane, l’épouse de son hôte. Entre ces deux insoumis naît une passion rare. Les corps et les esprits s’unissent dans un élan charnel et artistique, un amour hanté par la création et l’urgence du temps qui reste.

Je remercie les éditions Cherche Midi ainsi que Babelio pour leur confiance.

« D’innombrables soleils » est le quatrième roman d’Emmanuelle Pirotte (après « Today we live », « De profundis » et « Loup et les hommes »). L’auteure nous plonge dans l’Angleterre élisabéthaine, à la fin du mois de mai 1593, pour nous parler du poète et dramaturge célèbre : Christopher Marlowe. Ce dernier est mort « officiellement » le 30 mai 1593, mais les circonstances nimbées de mystère de son décès, laissent à penser que Marlowe a pu survivre à son agression et s’enfuir. C’est la théorie de certains historiens et le point de départ du récit envoûtant et enfiévré d’Emmanuelle Pirotte. Christopher Marlowe était le dramaturge, le poète, le plus connu après Shakespeare et surtout l’un des pères fondateurs du drame élisabéthain. Le récit débute donc ainsi, Christopher Marlowe est recueilli par son ami Walter dans son manoir. Walter a été l’amant de Christopher, il l’aime encore mais c’était sans compter sur les affres de la passion et de la rencontre avec Jane, l’épouse de son ami et hôte. La passion tumultueuse, entre ces deux êtres perclus de désirs, naît telles des braises incandescentes déclenchant un immense incendie de forêt. Dans ce manoir, sous les yeux d’un Walter désemparé, Christopher et Jane sombrent et franchissent les frontières de la folie pour assouvir leur insatiable soif d’amour. Tourmenté et tempétueux, Christopher a l’insolence d’une jeunesse pas si lointaine, lui qui se sent déjà toucher du doigt les portes de la mort et de l’enfer pour le simple fait d’être homosexuel. Jane quant à elle, s’est perdue dans un mariage où elle erre, âme en peine, femme délaissée d’un époux encore sous le coup de ses désirs homosexuels inassouvis. C’est un roman sur la part qui manque à chacun d’entre nous et que l’on pense retrouver chez l’astre aimé. Plongée vertigineuse dans une Angleterre élisabéthaine pleine d’hypocrisie quand à la question sexuelle, le roman d’Emmanuelle Pirotte est brûlant et nous de suivre l’immolation sur le bûcher des amants de Jane et Christopher, deux être perdus au delà des conventions de leur époque. L’écriture d’Emmanuelle Pirotte est toujours aussi sensible et belle, charnelle et insolente. On s’immisce dans les arcanes de la création intellectuelle d’un homme de lettre surdoué qui souhaite chasser les pestilences et les mensonges d’une société, d’une époque. Poétique et cédant aux douces incantations de l’union des amants transfigurés par le sexe, la fusion des corps et des esprits, il émane également de ce roman un parfum de mélancolie et de spleen qui font partie intégrantes des histoires d’amour tragiques. Comme si les amours se fanaient telles ces fleurs gorgées de soleil et de couleurs qui pourtant connaîtront la consomption et le pourrissement. Roman incarné où la chair est célébrée sur l’autel des amants, c’est avec un immense plaisir que j’ai lu «  »D’innombrables soleils » d’Emmanuelle Pirotte. Une auteure qui décidément n’a pas fini de nous surprendre et de nous envoûter. Je vous invite donc à découvrir son quatrième roman. Une réussite.

Ma note: 5/5

Broché : 240 pages
Éditeur : Cherche Midi (22 août 2019)

2018_Emmanuelle Pirotte

(50 commentaires)

  1. Merci beaucoup Colette ! Oui je me souviens que tu avais adoré, tout comme moi, son précédent « Loup et les hommes ». C’est vrai que cette fresque était belle. Celui-ci est différent mais j’ai beaucoup aimé aussi. Je te souhaite une excellente soirée Colette 🙂

    J'aime

  2. Je suis heureux de te la faire connaître. Pour tout t’avouer je suis un inconditionnel d’Emmanuelle Pirotte. J’apprécie son style d’écriture, le souffle romanesque de ses livres. Son premier roman a été acclamé et il est en poche, autant de raisons pour craquer 😉

    J'aime

  3. Excellent ! oui nos tables de nuit on du mérite à supporter tous ces livres ^^ les PAL s’allongent 😉 Ah le Jim Fergus, il doit être bien celui là. Emmanuelle Pirotte c’est une de mes auteures préférées. Elle a un style d’écriture qui me touche. Bisous de Bretagne Cat 😊

    J'aime

  4. Hello Fred!
    Eh bien encore une belle découverte pour toi! Décidément tu ne t’arrêtes plus 😁 une lecture charnelle ! Je n’ai jamais lu de livres de cette dame! Je me note ça, merci mon Poto!!! Bisous en ce dimanche soir !!

    Aimé par 1 personne

  5. Merci beaucoup Marie-Anne ! Emmanuelle Pirotte est une de mes auteures préférées. Son style d’écriture me foudroie à chaque fois. Ce roman est une plongée dans cette Angleterre élisabéthaine de la toute fin du XVIème siècle. Il est très charnel. C’est une quête des sens, une réflexion sur la création littéraire. Je te souhaite une excellente soirée 🙂

    Aimé par 1 personne

  6. Lire tes chroniques positives, c’est toujours ajouter une œuvre de plus à ma liste d’envies… J’adore cet entrelacs entre fiction, Histoire et littérature. Hâte de me plonger dans ce roman, merci donc !!!

    Aimé par 1 personne

  7. Il m’a l’air drôlement bien ce roman. Avec toi et tes chroniques, mon cher Frédéric, j’ai de la lecture assurée jusqu’à la fin de mes jours.
    Je prends ! ( Enfin, je note)
    Mais tu sais quoi ? Je viens de faire un billet dont le titre est  » Tous ces p’tits soleils »…. ils peuvent être innombrables ( et grands)… Bon, plus sérieusement, ce n’est pas qu’une question de titre, ta facon de parler de ce roman m’a donné envie de le lire, et par la même occasion de decouvrir cette autrice.
    J’y vais en toute confiance.
    Merci, un grand MERCI pour ce partage.
    Des bisous, un bel après-midi et à bientôt. Au plaisir de te lire.
    PS: Amelie est passée par chez vous aussi ? Plus de peur que de mal, elle n’a pas trop fait de dégâts cette tempête que l’on redoutait qq peu, mais ça souffle encore bcp.

    Aimé par 1 personne

  8. Coucou ma chère Solène ! Oui la tempête n’a pas fait trop de dégât mais hier soir encore, je revenais du cours de mandala et il pleuvait à torrent avec un vent fort et glacé.. J’avais hâte de rentrer 😉 Emmanuelle Pirotte est mon autrice préférée. Prochainement, je vais parler d’un autre livre d’elle que j’ai terminé et qui est magnifique « Today we live ». Merci à toi me lire, merci pour tous ces échanges, gros bisous pour toi Solène, Amitiés et @très vite 😊 J’irais voir ta belle note sur « Tous ces p’tits soleils », on a eu une transmission de pensée. Aujourd’hui le soleil est de mise, ça fait du bien !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :