Littérature : « La fabrique des salauds » de Chris Kraus

La Fabrique des salaudsL’Histoire : Une poignée de douleur et de chagrin suffit pour trahir, et une seule étoile scintillant dans la nuit pour qu’un peu de lumière brille par intermittence dans toute cette horreur. Dans la lignée des Bienveillantes de Jonathan Littell ou de Cent ans de solitude de Gabriel García Márquez, un roman hors normes, une fresque exubérante et tragique, pleine de passion, de sang et de larmes, qui retrace tout un pan du XXe siècle, de Riga à Tel Aviv en passant par Auschwitz et Paris. À travers l’histoire de Koja, Hubert et Ev Solm, deux frères et leur sœur, sorte de ménage à trois électrique, Chris Kraus nous entraîne dans des zones d’ombre où morale et droiture sont violemment bafouées, et dresse en creux le portrait d’une Europe à l’agonie, soumise à de nouvelles règles du jeu.

112413003index

Je remercie les éditions Belfond ainsi que NetGalley pour leur confiance.

« La fabrique des salauds » est le tout premier roman paru en France, aux éditions Belfond, d’un auteur allemand dont vous allez entendre parler : Chris Kraus. Une fresque monumentale d’une acuité saisissante, un tourbillon romanesque, une tragédie grecque à l’échelle d’un continent meurtri par la déflagration que fût l’irruption du nazisme et de ses velléités hégémoniques destructrices qui aboutirent au second conflit mondial. La plume de Chris Kraus est ciselée, délicate, sensible, non dénué d’un humour qui fait du bien car il s’agit ici de plonger dans les méandres de la folie, de la colère, de la trahison, un monde où les ténèbres obscurcissent l’horizon d’une humanité à l’agonie. Ce roman dantesque, à tout point de vue, est une réussite totale et le fruit d’un travail prodigieux sur la montée du nazisme, ses crimes, les complicités, les lâchetés, petites et grandes, qui ont pu entraîner ces hommes et femmes dans un immense brasier. Début des années 1970, dans la chambre d’un hôpital allemand, Koja est l’homme de toutes les compromissions, de tous les rouages de la machinerie des services secrets. De la SS en passant par le KGB, la CIA et même le Mossad, notre homme sera telle une anguille capable de se faufiler dans les moindres interstices pour suivre son instinct premier et grégaire : survivre à tout prix. Ce vieil homme avec une balle logée dans la tête qui ne l’a, ô miracle, pas fait succomber, se décide enfin à se confier pour dire ce qu’il n’a jamais pu raconter jusque là. C’est à un vieil hippie qui est dans le lit d’à côté qu’il va vouer ces quelques jours à libérer sa conscience de tous les méfaits qu’il a commis au nom d’une propension à changer les règles selon les préceptes politiques, idéologiques du moment. Oui, Koja est un salaud mais c’est surtout un homme qui s’est perdu, d’identités factices en mensonges éhontés, il traverse ce XXème siècle, lieu de toutes les confrontations. De Riga, en Lituanie au début du XXème siècle, en passant par les années de montée du nazisme dans les années 1920-1930, le second conflit mondial, la Shoah, la reconfiguration des rapports de force après 1945 dans un monde devenu bi-polaire entre l’Ouest pro Américain et l’Est soumis au communisme et à l’URSS, la fondation de l’État d’Israël, la traque des criminels de guerre nazis mêlée des compromissions de l’État fédéral allemand avec ces derniers.. c’est tout ce magma d’évènements écrasant les individus sous leurs poids, dont Koja fût le témoin. On suit son destin et celui de son frère Hub et de sa sœur Ev dans ce roman foisonnant et passionnant, véritable réflexion sur « la banalité du mal » chère à Hannah Arendt, les compromissions de ceux qui, à chaque échelon, du plus infime au plus élevé, ont permis ces crimes contre l’humanité durant la guerre 1939-1945. C’est aussi un roman sur la fin d’un monde et l’irruption d’un autre non moins inquiétant. On ne peut s’empêcher de songer à Jonathan Littell en lisant ce roman crépusculaire, envoûtant, magnétique. Si vous aimez les romans historiques, d’espionnages, les fresques familiales, le tout servi par un style d’écriture plein de souffle et d’une puissance d’évocation rare, alors « La Fabrique des salauds » devrait vous emportez. C’est, à mon sens, un des romans majeurs de cette rentrée littéraire.

Ma note: 5/5.

Broché: 880 pages
Éditeur : Belfond (22 août 2019)

kraus_chris_700130259_beschnitten