Littérature : « Opération âme errante » de Richard Powers

imagesL’Histoire : Richard Kraft est interne en chirurgie pédiatrique au Carver Hospital, à Los Angeles. Au cœur de cette mégalopole, qui a renoncé à l’idée même de service public, la pression est permanente. Maladie du corps social, maladie du corps physique : tout est sur le point de se défaire, de voler en éclats. Dans cette atmosphère explosive, Richard et sa collègue thérapeute Linda essaient de soigner un groupe d’enfants malades, des enfants qui semblent en savoir plus long qu’eux sur l’âme humaine et recèlent tous des secrets étonnants. À leur contact, la thérapie peut basculer dans l’enquête, et l’Amérique révéler ses failles les plus noires. Avec un humour grinçant et une empathie bouleversante, Richard Powers explore dans ce roman sous pression les racines de la survie et la mémoire de l’Amérique, grâce à une tribu d’enfants blessés mais, surtout, providentiels.

112413003

 

Je remercie la maison d’édition LE CHERCHE MIDI ainsi que NetGalley pour leur confiance.

 

 

 

« Opération âme errante » est à l’origine le quatrième roman, publié en 1994, de celui qu’on ne présente plus : Richard Powers. Il était resté inédit en France et les éditions du Cherche Midi ont donc eu la très bonne idée de le publier enfin. Les récits de Richard Powers sont toujours denses, presque fiévreux tant on y suit les circonvolutions d’un écrivain passé maître dans la description, l’expression des sentiments qui nous font chavirer, changer de cap dans nos vies. Nous faire comprendre les méandres de l’âme humaine, nous immiscer, nous plonger dans les fragilités, les contradictions, les ambivalences qui sans cesse nous conduisent au bord du précipice. Ce précipice justement, Richard Kraft, interne en chirurgie pédiatrique au Carver Hospital, au cœur de la mégalopole de Los Angeles, le côtoie quotidiennement. Richard Kraft vit sous une pression permanente. Il soigne les corps d’enfants victimes des maladies terribles que sont les cancers mais aussi ceux qui sont victimes de la violence de la société américaine, les blessés par balles lors de tueries et autres règlements de compte quotidien à Los Angeles. Powers dépeint les errances de l’âme de Kraft, les tourments qui l’habite, avec une humanité bouleversante. Son écriture est empli de ces fulgurances qu’on aime tant chez lui. Au cœur de cette folie, Kraft va être soutenu par une thérapeute de l’hôpital, Linda. Elle aussi combat ses démons intérieurs. Il faut tenir le coup alors que bien souvent on est harassé par la charge inhumaine de travail qu’exige l’hôpital de Los Angeles. Mais au cœur des ruines, des douleurs de la maladie, un groupe d’enfants malades, condamné à plus ou moins brève échéance, va vouloir montrer le chemin de la vie, malgré tout, à Richard Kraft. Richard Powers nous touche dans la description du quotidien de ces jeunes âmes qui partiront trop tôt. Le personnage de Linda apporte beaucoup aussi, tout comme le portrait de cette petite fille récemment arrivée depuis l’Asie vers les États-Unis. Cette petite fille a une telle soif d’apprendre, de comprendre, malgré son jeune âge, ce qui lui arrive, cette jambe rongée par le cancer et que Kraft devra amputer. Elle va toucher au cœur Kraft et ses certitudes qui s’effondrent. En parallèle, « Opération âme errante » décrit les maux de l’Amérique, sa violence, les masses abruties par les chaînes d’info en continue, les inégalités sociales criantes, la douleurs de ceux qui émigrent d’Asie, d’Afrique et d’ailleurs dans le monde, vers les États-Unis, ce paradis qui bien souvent se révèle être plus proche de l’enfer. L’humour grinçant est présent aussi par touche dans ce roman foisonnant, multiple. Les digressions dans le récit y sont autant de moyens pour Richard Powers, d’exprimer sa vision de cette Amérique malade et dévorer de l’intérieur par ses démons, ceux de son histoire. L’empathie pour toutes ces âmes errantes, blessées par la vie, la richesse de son écriture profonde et habitée saisissent avec acuité les malheurs de notre temps. Avec des accents prophétiques tant son analyse des maux de l’Amérique se révèle pertinente. Lisez Richard Powers et notamment ce « Opération âme errante » qui ajoute une nouvelle pierre à l’édifice littéraire bâti par cet immense auteur.

Ma note: 5/5.

Broché: 506 pages
Éditeur : Cherche Midi (5 septembre 2019)

AVT_Richard-Powers_599