Littérature - Histoire - Poésie

Littérature : « La Mort selon Turner » de Tim Willocks

121573651L’Histoire : Lors d’un week-end arrosé au Cap, un jeune et riche Afrikaner renverse en voiture une jeune Noire sans logis qui erre dans la rue. Ni lui ni ses amis ne préviennent les secours alors que la victime agonise. La mère du chauffeur, Margot Le Roux, femme puissante qui règne sur les mines du Northern Cape, décide de couvrir son fils. Pourquoi compromettre une carrière qui s’annonce brillante à cause d’une pauvresse ? Dans un pays où la corruption règne à tous les étages, tout le monde s’en fout. Tout le monde, sauf Turner, un flic noir des Homicides. Lorsqu’il arrive sur le territoire des Le Roux, une région aride et désertique, la confrontation va être terrible, entre cet homme déterminé à faire la justice, à tout prix, et cette femme décidée à protéger son fils, à tout prix.

En refermant le dernier livre de Tim Willocks « La Mort selon Turner« , j’ai songé aux mots de Jean de La Fontaine qui écrivait, dans la seconde moitié du XVIIème siècle : « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir« . Nous sommes au XXIème siècle, en Afrique du Sud, l’apartheid est officiellement terminé et pourtant tout laissent à penser qu’à la scission raciale, ethnique, s’est ajouté la question de l’injustice sociale qui est prépondérante ici. Lorsqu’une jeune fille Noire sans logis, affamée, amaigrie, condamnée à errer dans les ruelles d’un Township du Cap, l’un des lieux les plus dangereux du monde, est retrouvée morte après avoir été heurtée par le SUV d’un jeune Afrikaner qui l’écrase contre une benne à ordure, nul ne se serait douté qu’un enquêteur, un flic noir se dresserait seul face à l’abomination de cet acte. Selon que l’on soit riche ou pauvre, blanc ou noir, vos chances d’échouer en prison ne sont pas les mêmes. Mais pour Turner, la justice n’est pas une abstraction, une somme de mots sans valeur qui nous rendraient comptable selon que l’on soit riche ou pauvre. Turner est un incorruptible, un de ces héros du quotidien qui ont pour bréviaire la loi et cette dernière devrait être la même pour tous. Alors que sont lâcher les quatre cavaliers de l’apocalypse à sa poursuite, Turner devra trouver en lui les ressources pour que justice soit faite. Tim Willocks signe un western à la dimension épique, un duel impitoyable entre deux conceptions de la justice des hommes. Cette fracture ou dichotomie entre noirs et blancs, pauvres et riches est au cœur de ce thriller qui est un sommet du genre. Véritable page turner, on est pris à la gorge et on se prend cette réalité sud africaine en pleine face. Et ça fait diablement mal. Willocks écrit avec ses tripes mais surtout son cœur ce qui rend le personnage de Turner très attachant car il est source d’empathie dans un monde où la corruption, la violence, la trahison sont une gageure pour survivre. Pleins d’action et de fureur, on est tour à tour brutalisé mais aussi ému, touché par la sensibilité de la plume de Tim Willocks. Nul doute que rencontrer un homme capable d’écrire de la sorte doit être enrichissant à plus d’un titre. C’est le premier Tim Willocks que je lis et ce ne sera pas le dernier tant cette tragédie m’a secoué. On ressort de cette lecture abasourdi, le souffle coupé par la noirceur et dans un même élan la beauté d’un tel livre. Turner en rédempteur à la puissance létale est un des personnages les plus marquant qu’il m’ait été donné de lire. Remarquable.

Ma note: 5/5.

Broché: 384 pages
Éditeur : Sonatine (11 octobre 2018)

willocks_tete

Publicités

(42 commentaires)

  1. Oui c’est tout à fait ça, heureux de voir que tu as adoré cet excellent livre. Je dois dire que Turner en rédempteur à la puissance létale est un des personnages les plus marquant qu’il m’ait été donné de lire. Du grand art qui me donne envie d’en lire d’autres de Tim Willocks ! excellente soirée Yvan 😊

    J'aime

  2. C’est gentil ! merci à toi de me lire. Tim Willocks a une écriture très cinématographique. « La mort selon Turner » ferait un excellent thriller au cinéma. C’est bourré d’actions, un peu comme un western moderne.. ça pourrait être du Tarantino 😉 Excellente soirée à toi 😊

    Aimé par 1 personne

  3. Pfiouuuu Fred! Mais quelle chronique! J’ai tellement envie de le lire! Il semble sombre à souhait et réunit tous les ingrédients pour en faire un ouvrage remarquable! Ton avis m’est important et j’ai confiance en toi. Je note encore sur ma looooongue liste 😉
    Merci Fred! De gros bisous à toi et à ta Bretagne !

    Aimé par 1 personne

  4. J’ai lu, il y a quelques semaines, Une saison blanche et sèche, pour les cours. J’ai donc bien envie de voir en action ce qui se passe après l’apartheid, bien que tu aies l’air de dire que ça n’a pas tant changé… merci pour cette référence dans tous les cas !

    Aimé par 1 personne

  5. La ‘valeur’ des personnes est un vaste sujet! Nous sommes loin d’être tous égaux… Mais je vais lire ce livre dont tu parles si bien. Je sais déjà que je serai révoltée, dégoutée et triste. Mais bon! C’est la vie!
    A bientôt pour de nouveaux petits chefs-d’œuvre dont tu as le secret.

    Aimé par 1 personne

  6. Merci Colette c’est gentil. Un roman âpre, sombre, à l’écriture très cinématographique avec un héros épris de justice dans une Afrique du Sud post-Apartheid où rien n’a véritablement changé ou si peu.. Un vrai coup de cœur. Un plaisir de le partager avec toi ☀️😊

    J'aime

  7. C’est un thriller très sombre sur un justicier qui est prêt à faire fi de la rationalité pour affronter et détruire ce qui corrompt la société sud Africaine. Il y a un côté western crépusculaire. Oui malheureusement, la ségrégation se fait de façon plus insidieuse, selon les origines sociales, les pauvres massés dans les township et les riches dans des quartiers ultra sécurisés.. Passe une excellente soirée 😊

    Aimé par 1 personne

  8. Coucou ma chère Gwen ! J’avais prévu de publier la critique du Joseph Ponthus « A la ligne » et puis j’avais cette chronique écrite il y a quelque temps sur un livre que j’ai adoré.. alors j’ai publié cette dernière. Thriller sombre, violent, crépusculaire avec une séquence dans le désert qui a faillit me retourner l’estomac.. mais franchement quelle claque ce bouquin ! J’ai fini « 1793 », vraiment cool ce thriller historique. Là, j’ai débuté le René Manzor « Apocryphe », tu l’avais chroniqué et aimé il me semble. Merci Gwen pour ta présence et ton amitié. De gros bisous pour toi et ta si belle Alsace ☀️😊

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.