Cinéma : « Détroit » de Kathryn Bigelow

0174665.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxL’Histoire : Été 1967. Les Etats-Unis connaissent une vague d’émeutes sans précédent. La guerre du Vietnam, vécue comme une intervention néocoloniale, et la ségrégation raciale nourrissent la contestation. À Detroit, alors que le climat est insurrectionnel depuis deux jours, des coups de feu sont entendus en pleine nuit à proximité d’une base de la Garde nationale. Les forces de l’ordre encerclent l’Algiers Motel d’où semblent provenir les détonations. Bafouant toute procédure, les policiers soumettent une poignée de clients de l’hôtel à un interrogatoire sadique pour extorquer leurs aveux. Le bilan sera très lourd : trois hommes, non armés, seront abattus à bout portant, et plusieurs autres blessés…

Kathryn Bigelow est depuis « Démineurs » et « Zero Dark Thirty« , l’une des réalisatrices les plus en vue à Hollywood. Celle qui n’a pas peur de traiter des questions sensibles de l’histoire récente des Etats-Unis, nous revient avec « Détroit« , un film en forme d’uppercut qui touche au mal profond du racisme, notamment celui vécu à l’encontre des Noirs américains. Nous sommes à l’été 1967, la guerre du Viêtnam fait rage, la question des droits civiques voit s’opposer deux Amériques. C’est dans ce climat de tension extrême que nous plongeons dans « Détroit » en proie aux émeutes. Qu’on apprécie ou pas le cinéma de la réalisatrice, on peut lui reconnaître un cran certain, celui de ne pas choisir la facilité. Aux Etats-Unis, où le racisme est encore omniprésent vis à vis des minorités, « Détroit » a divisé. Certains journalistes reprochent à Bigelow d’être blanche et d’être née dans un milieu bourgeois éloigné des réalités du racisme contre les Afro-américains. Je me lève contre ces attaques injustifiées à la vue du long métrage. La couleur de peau importe peu, pourvu que le message soit clair et direct, sans compromission aucune avec ce fléau du racisme. Hors, de ce point de vue, « Détroit » est un film coup de poing, sans concession aucune. On ressort du film sonné, retourné par la violence de la répression contre ces innocents noirs américains à Détroit. Des médias Us ont également jugé que Bigelow avait un rapport ambiguë à la violence en nous montrant des scènes éloquentes. Là encore, le procès intenté est injustifié car Kathryn Bigelow a fait ce choix de ne rien nous épargner pour mieux sensibiliser et réveiller les consciences. Oui, être Noir aux Etats-Unis, est à cette époque (et aujourd’hui encore) un véritable combat pour affirmer son droit de vivre comme les Blancs. Ni plus, ni moins. Les récents événements dans le Sud des USA font une drôle de caisse de résonnance au film. Ces images, qu’ont croyaient d’un autre temps, avec les manifestations de suprémacistes blancs et autres néo nazis, ont démontrées que le mal était encore profond. « Détroit » est un très grand film doté d’un casting irréprochable. Mention spéciale pour John Boyega et surtout Will Poulter, ce dernier interprétant un policier raciste et assassin d’un réalisme saisissant. Nul doute que ce rôle marquera le cinéma américain. La douleur, la souffrance face au racisme est parfaitement rendue. « Détroit » est un film violent. Le sujet nécessitait à mon sens ce parti pris de nous montrer, sans complaisance, la réalité de ce qui c’est passé à ce moment de l’histoire américaine. J’ai ressenti plus de sincérité que de calcul chez Bigelow. Si vous aimez le cinéma qui fait sens et qui nous interroge sur des questions difficiles aujourd’hui encore dans nos sociétés occidentales, alors ce film est pour vous. Magnifiquement interprété, mis en scène par une Kathryn Bigelow au sommet de son art, magistral dans son message, « Détroit » ne vous laissera pas indifférent. Et si c’était le film de l’année ?

Ma note:♥♥♥♥♥/5.

2216254.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxUDP_03956FD.psd222332.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Publicités

17 réflexions sur “Cinéma : « Détroit » de Kathryn Bigelow

  1. Ma maman avait prévu d’aller le voir ce week-end mais son cinméa aime modifier la programmation prévue au dernier moment et n’a donc pas pu :/ il me tente bien aussi celui-ci mais ce mois-ci la séance ciné c’était en famille pour voir « Opération Casse noisette 2 » … un tout autre genre 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Bonsoir Frédéric ! J’ai lu des critiques qui trouvaient que le film manquait de contextualisation, qu’il lui manquait des enjeux historiques et sociologiques et qu’il se résumait en définitive à son potentiel immersif et à sa démonstration d’hyper-violence. Est-ce que c’est le cas selon toi ? Malgré le sujet susceptible de m’intéresser, j’ai peur que le film soit un peu comme Dunkerque, autrement dit une coquille assez bien faite, où l’action et la violence priment pour faire vivre aux spectateurs une expérience sensorielle et brutale, mais que les personnages soient un peu noyés dans l’anonymat et que les intentions stylistiques de Bigelow finissent par dévorer le propos du film. Dis-moi ce que tu en penses ! 🙂
    Pour ma part, j’ai hâte de découvrir la Palme d’or The Square ! Ca a l’air d’être du très grand cinéma ! A bientôt Frédéric et bonne soirée ! 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Bonsoir Emilie ! Tu me poses une très bonne question et je vais me faire une joie d’y répondre. Je pense que le cinéma de Nolan est très beau dans sa forme. Tu le sais, j’apprécie son cinéma mais j’ajouterais un léger bémol pour Dunkerque. Oui il est très beau formellement mais derrière ça se cache un film froid, sans réelle possibilité pour le spectateur de s’attacher aux personnages. Le cinéma de Kathryn Bigelow est plus immersif et surtout plus dans le registre émotionnel. On ressent de l’empathie, de la révolte, de la colère face à ces crimes racistes. Bigelow prend le temps d’installer un climat (ce point se discute bien sûr), elle pose je trouve son sujet et l’on voit le piège se refermer peu à peu sur tout ces personnages. L’assaut et les crimes commis à cet hôtel sont le cœur du film et c’est vrai que c’est violent mais je n’ai pas vu là une volonté à la Mel Gibson, de nous asséner des images violentes, une boucherie sans fournir un tant soit peu d’explications sur le contexte. En cela, Dunkerque et Détroit sont très différents. Le film de Bigelow m’a touché. On est dans un cinéma moins tape à l’œil et « Détroit » est à mon sens un bien meilleur film que « Dunkerque ». Après ma seule limite c’est que « Détroit » est un film taillé pour les oscars avec son lot de séquences « mélo.. » mais j’ai ressenti une volonté sincère de montrer une réalité. Le cinéma de Bigelow a aussi ces côtés tape à l’œil. Je suis malgré tout sorti de la salle conquis. Je serais très curieux de connaître ton ressenti face à « Détroit ». Oui, j’ai vu ça, tu me raconteras pour « Square » et j’irais lire ta critique avec un plaisir intact. Mon prochain film c’est Blade Runner 2049.. Passe une excellente soirée Emilie, merci pour ces échanges toujours riches, @très vite 🙂 🙂

      Aimé par 1 personne

    1. Merci Carole ! quel film, je le disais à Joëlle? Du grand cinéma comme on l’aime, très bien joué, filmé.. c’est mon film de l’année avec « Dunkerque » de Nolan et le Scorsese « Silence ». Bonne soirée à toi, Gros bisous ! ce soir soirée ligue des champions sur bein sport, ça ne rigole plus ^^ 😉

      Aimé par 1 personne

  3. Oui, la question du racisme aux U.S.A., même si les attitudes ont évolué (j’y constate de plus en plus de couples mixtes), a du mal à s’apaiser. Je ne connaissais pas cet incident de Detroit. Une raison de plus pour voir ce film dont tu parles avec tant d’enthousiasme.
    Bonne soirée, bisous.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s