Cinéma : « La Belle et la Bête » avec Emma Watson

495776.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxL’Histoire : Fin du XVIIIème siècle, dans un petit village français. Belle, jeune fille rêveuse et passionnée de littérature, vit avec son père, un vieil inventeur farfelu. S’étant perdu une nuit dans la forêt, ce dernier se réfugie au château de la Bête, qui le jette au cachot. Ne pouvant supporter de voir son père emprisonné, Belle accepte alors de prendre sa place, ignorant que sous le masque du monstre se cache un Prince Charmant tremblant d’amour pour elle, mais victime d’une terrible malédiction.

Que de souvenirs à l’heure d’évoquer « La Belle et la Bête » sorti des studios Disney en 1992 et qui a le droit, aujourd’hui, vingt cinq ans après, a son adaptation en film. Un passage obligé pour Disney qui a parfaitement compris qu’il y avait là une véritable poule aux œufs d’or qui n’est pas prête de s’arrêter parce que « La Belle et la Bête » est iconique à souhait, tout comme sa tête d’affiche la belle et très talentueuse Emma Watson qu’on ne présente plus. Mais alors, ce film est-il à la hauteur ? Des ambitions mercantiles de Disney certainement. La formule fait un tabac dans le monde entier et qu’ajouter de plus sinon que c’est un phénomène tout à fait prévisible à la vue des éléments évoqués plus haut. Sur le plan de l’ambition artistique, le constat peut être plus nuancé. Le film ne fait pas dans la demi mesure. On adhère ou pas mais Disney a mis les petits plats dans les grands avec ce qui est à mon sens une de ses meilleures adaptations cinéma. Allergique aux mièvreries et autres sucreries acidulées, allergique aux musiques Disney et enfin allergique à Emma Watson passez votre chemin car tout ici risque de vous déprimer sévèrement. Pour les autres dont je fais partie, tous les ingrédients sont présents pour passer un très bon moment : les décors majestueux, les effets spéciaux bluffant, les musiques et les chansons, l’interprétation d’Emma Watson, l’humour, l’émotion.. On peut dire qu’on en a pour son argent. Expression populaire pour un film populaire dans son ADN. Disney nous donnent ce que l’on attend : du spectacle, des sentiments, de l’amour et pleins de clichés sur la France et Paris.. On ri, on est ému, on voit nos petits cœurs bondir, le rythme est enlevé, les musiques et les chorégraphies sont réussi, bref dans la forme et même dans le fond tout y est. Maintenant, les mauvaises langues diront que c’est pétri de bons sentiments, prévisible au possible.. Peu m’importe car j’ai été cueilli par ce dernier et suis sorti de la séance avec les yeux émerveillés. Pas révolutionnaire mais diablement efficace, que demandez de plus à un Disney sinon de rire, d’être ému, de célébrer la liberté et l’amour et surtout une fin heureuse. Une sucrerie, une barbe à papa que l’on mange avec délice comme un petit plaisir régressif. Les trentenaires (et les autres) dont je suis se remémoreront avec délice les scènes cultes du dessin animé. Sans modération !
Ma note:♥♥♥♥♥/5. 

172167.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxBeauty and the BeastBeauty and the Beast

Publicités