Cinéma : « Loving » de Jeff Nichols

043376-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxL’Histoire : Mildred et Richard Loving s’aiment et décident de se marier. Rien de plus naturel – sauf qu’il est blanc et qu’elle est noire dans l’Amérique ségrégationniste de 1958. L’État de Virginie où les Loving ont décidé de s’installer les poursuit en justice : le couple est condamné à une peine de prison, avec suspension de la sentence à condition qu’il quitte l’État. Considérant qu’il s’agit d’une violation de leurs droits civiques, Richard et Mildred portent leur affaire devant les tribunaux. Ils iront jusqu’à la Cour Suprême qui, en 1967, casse la décision de la Virginie. Désormais, l’arrêt « Loving v. Virginia » symbolise le droit de s’aimer pour tous, sans aucune distinction d’origine.

Jeff Nichols est un réalisateur passionnant : « Take Shelter« , « Mud« , « Midnight Specials » et ce tout dernier film intitulé « Loving » qui était sélectionné au festival de Cannes au mois de mai 2016. Il est intéressant parce qu’il réconcilie le public cinéphile avec le drame à l’ancienne. Non messieurs les critiques, un film n’est pas ennuyeux parce qu’il est de facture classique. Un classicisme qui renvoie ici au mélodrame d’un Clint Eastwood par exemple auquel Jeff Nichols me fait furieusement penser. Le choix de la forme et le fait d’assumer les codes du mélo hollywoodien c’est aussi pour mieux donner, offrir à cette histoire vraie son caractère universel. Ce couple, lui un homme blanc et elle une femme de couleur s’aime passionnément. L’Etat de Virginie refuse leur mariage prononcé devant une cour de justice d’un autre Etat. Cette bataille c’est celle de David contre Goliath. Jeff Nichols choisi de nous montrer des gens modestes, simples pour mieux démontrer l’absurdité de la machine judicaire mais aussi à contrario le triomphe des Lumières sur l’obscurantisme raciste américain. Mes propos sont manichéens tout comme le film d’ailleurs qui nous montre une réalité qui a existé et qui subsiste encore dans beaucoup de pays à travers le monde. Alors oui ce film surgi après bien d’autres drames sur ce même sujet du racisme et du combat pour les droits civiques. Néanmoins, on ne peut que saluer l’effort de Jeff Nichols qui signe ici, non pas son meilleur film, mais un long métrage simple dans sa forme sur des gens simples.. Et ce mari de prononcer ses mots :  » Dites aux juges que j’aime ma femme.. » Authentique, bouleversant et magnifiquement interprété par un duo d’acteurs touché par la grâce (Joel Edgerton et Ruth Negga), il serait vraiment dommage de faire la fine bouche devant ce « Loving » qui pour moi à tous les ingrédients du film cinq étoiles !

Ma note:♥♥♥♥♥ 5. 

L_01377.NEF336390-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx398569-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Publicités