Littérature : « Le plus bel endroit du monde est ici » Francesc Miralles, Care Santos – « Le philosophe qui n’était pas sage » Laurent Gounelle

81LulYAJiXLL’Histoire : Iris a 36 ans et des idées noires plein la tête : ses parents viennent de disparaître dans un tragique accident et, en une seconde, toute sa vie a basculé. Par un après-midi froid et gris, elle songe même à en finir. Son regard se pose alors sur la devanture d’un café auquel elle n’avait jamais prêté attention auparavant. Son nom étrange, Le plus bel endroit du monde est ici, éveille sa curiosité. L’intérieur est plus intrigant encore, comme sorti d’un rêve. Tout y semble magique, à commencer par Luca, bel Italien porteur d’une promesse : le bonheur.
Francesc Miralles et Care Santos signent à deux mains cet objet curieux qu’est « Le plus bel endroit du monde est ici« . Ecrit dans un style très accessible, il n’en cache pas moins une réflexion intelligente et profonde sur le destin, le bonheur, l’amour et toutes ces choses qui font que l’on se sent tour à tour bien ou mal, ou les deux en même temps. Un conte philosophique tout en simplicité qui éveille en nous la curiosité sur les trajectoires empruntées par nos vies professionnelles ou sentimentales, affectives. Pétri de bons sentiments ? oui et alors puisque ce livre est fait pour donner, réchauffer nos cœurs endoloris, comme un bon chocolat chaud au cœur de l’hiver. Je lis très peu de roman de ce style, c’est un cadeau que l’on m’a fait, aussi je me dois de remercier cette personne chère à mon cœur, avec cette invitation qui est d’oser vivre enfin !
Ma note:♥♥♥♥♥/5. 

83109776_oL’Histoire : Une tribu au cœur de la forêt tropicale, reconnue peuple le plus heureux de la terre. Survient Sandro, jeune philosophe. Poussé par une vengeance personnelle, il fait le vœu de détruire l’équilibre de ses habitants et de les rendre malheureux à vie. Il va devoir affronter Elianta, une jeune femme qui se bat pour lui résister, déterminée à protéger son peuple. « La forêt tropicale semblait retenir son souffle dans la chaleur moite du crépuscule. Assise devant l’entrée de sa hutte, Élianta tourna les yeux vers Sandro qui s’avançait. Pourquoi ce mystérieux étranger, que l’on disait philosophe, s’acharnait-il à détruire secrètement la paix et la sérénité de sa tribu ? Elle ne reconnaissait plus ses proches, ne comprenait plus leurs réactions… Qu’avaient-ils fait pour mériter ça ? D’heure en heure, Élianta sentait monter en elle sa détermination à protéger son peuple. Jamais elle ne laisserait cet homme jouer avec le bonheur des siens.

Prenez un professeur de philosophie ayant juré de se venger d’une tribu au cœur de la forêt amazonienne, ajoutez y un Marc Aurèle lui servant, en esprit, de guide et de caution morale pour justifier la métamorphose de ce peuple en ce que nous connaissons de pire : à savoir notre sacro-sainte société de consommation, notre ego surdimensionné, notre course effrénée pour le plaisir de posséder encore et encore, notre souffrance face aux mauvaises nouvelles qui constituent le cœur de l’actualité assénée jour et nuit par des journalistes aussi scrupuleux qu’une bande de vautours se partageant une charogne. Ajoutez-y de l’humour, ainsi qu’une jolie leçon sur ce que peut être la vie sans toutes ses aliénations psychiques provoquant autant de psychoses et d’insatisfaction ! Un conte philosophique très abordable, nous permettant de prendre un peu de recul face au cirque quotidien de nos sociétés matérialistes. Une réussite signée Laurent Gounelle.

 Ma note:♥♥♥♥♥/5.

Publicités

13 réflexions sur “Littérature : « Le plus bel endroit du monde est ici » Francesc Miralles, Care Santos – « Le philosophe qui n’était pas sage » Laurent Gounelle

    1. merci ! c’est un livre qui fait réfléchir sur soi et sur la façon dont notre monde tourne.. il ne tourne pas toujours rond c’est peu dire. Cela fera 10 ans en juin que je tiens ce blog et c’est un bonheur de partager mes coups de cœur avec vous tous et toutes 🙂

      J'aime

  1. Belle plume Frédéric pour tes deux critiques ! Le premier ouvrage m’appellerait presque, mais pas si c’est « romantique et que des bons sentiments ».
    Ta vision de la société actuelle à travers ta seconde critique m’interpelle…!

    Aimé par 1 personne

    1. merci Andy c’est gentil ! le premier livre, on me l’a offert et c’est vrai que de moi-même je n’irais pas vers ce type d’ouvrage. Je déteste les trop pleins de bons sentiments mais là celui-ci m’a touché, c’est un beau petit livre qui fait du bien au moral. Je te rassure je vais très bien 😉 Ah ma vision de la société actuelle, j’avoue ne pas être insensible au constat alarmiste sur le devenir de nos sociétés occidentales. Et dans un même temps, je veux continuer de croire que les générations futures trouveront des solutions aux problèmes cruciaux auxquels nous sommes confrontés (l’écologie, le vivre ensemble, la défense de la liberté etc..). Le second livre fait réfléchir à des choses toutes simples, a t’on besoin d’acheter tout et son contraire pour être bien ? Pleins de petites questions de ce style. 🙂 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Ahaha je comprends, des fois c’est vrai que ça fait du bien des personnages qui finissent bien…
        Je pense que je vais prendre le second livre et me faire une idée puisqu’il semble poser des problématiques qui m’intéresse sur la société d’aujourd’hui. N’étant pas pour l’alarmisme sans pour autant fermer les yeux sur les gros problèmes de nos civilisations, je vais bien voir ce qu’il en ressort.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s