Cinéma : « A la poursuite de Demain » de Brad Bird


103194
L
‘Histoire : Casey, une adolescente brillante et optimiste, douée d’une grande curiosité scientifique et Frank, un homme qui fut autrefois un jeune inventeur de génie avant de perdre ses illusions, s’embarquent pour une périlleuse mission. Leur but : découvrir les secrets d’un lieu mystérieux du nom de Tomorrowland, un endroit situé quelque part dans le temps et l’espace, qui ne semble exister que dans leur mémoire commune… Ce qu’ils y feront changera à jamais la face du monde… et leur propre destin !

« A la poursuite de Demain », un titre improbable pour une conjonction tout aussi surprenante entre George Clooney et Brad Bird (réalisateur des « Indestructibles »), le tout servi avec une affiche ne donnant pas la moindre foutue idée de ce dont parle cet ovni du divertissement. Oui je parle bien d’un objet non identifié car il faut être sacrément culotté pour croire qu’en 2015, l’on puisse se divertir avec une histoire de science fiction qui nous présente notre futur sous un angle résolument optimiste. Quoi de l’optimisme ? Vous êtes sûr que l’on souhaite parler d’un futur où les choses iraient mieux.. dans cette sinistrose ambiante où l’on ne parle plus que de ce qui ne va pas et où l’on jette en pâture les derniers des rêveurs, un monde où le cynisme conspue l’idée d’absolu, où le dernier n’est malheureusement pas prêt d’être le premier, vraiment vous croyez ? C’est le pari fou de Brad Bird qui nous donne à voir un univers visuellement cohérent, non dénué d’humour et où malgré un fatras philosophique de comptoir pioché dans la méthode Coué du ça va allez, nous éprouvons un réel plaisir de découvrir à nouveau ces divertissements sonnant comme autrefois. Rien de révolutionnaire mais une douceur, une force tranquille qui émane de ce film et qui nous rend, l’espace de quelques minutes, voir quelques heures après ce dernier, heureux d’être là malgré tout. Au box office, les pessimistes diront que c’est un échec, ces mêmes pessimistes diront que Brad Bird ne réussi qu’à moitié son pari et que le final en mode fourre tout est pour le moins décevant. Les optimistes dont je suis aujourd’hui, vous diront à l’inverse que la candeur et les bonnes ondes émanant de ce long métrage sont pour le moins communicatives. Alors oui les scénarios catastrophes et les images de fin du monde sont plus vendeuses de nos jours que ces images idylliques mais pour les quelques curieux encore prêt à rêver, à fantasmer le monde de demain, le voyage vaut la peine d’être vécu.

Ma note:4/5.

 

015688.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx 016469.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx150673.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Publicités