Cinéma : « Un Homme très recherché »


122863
L’Histoire :
Plus de dix ans après les attentats du 11 Septembre 2001, la ville de Hambourg a du mal à se remettre d’avoir abrité une importante cellule terroriste à l’origine des attaques contre le World Trade Center. Lorsqu’un immigré d’origine russe-tchétchène, ayant subi de terribles sévices, débarque dans la communauté musulmane de Hambourg pour récupérer la fortune mal acquise de son père, les services secrets allemands et américains sont en alerte. Une course contre la montre s’engage alors pour identifier cet homme très recherché : s’agit-il d’une victime ou d’un extrémiste aux intentions destructrices ?

« Un Homme très recherché » est l’adaptation d’un roman de John Le Carré. Je ne vais pas vous cacher plus longtemps l’enthousiasme qui m’a saisi après l’avoir vu. Pendant deux heures, nulle cascade, nulle munition tirée mais une réalisation d’un classicisme me rappelant les grandes heures du cinéma et du thriller (Sydney Lumet etc.) Un hommage à ces films qui ne sent pas pour autant la naphtaline. Bien au contraire. La virtuosité de la mise en scène, l’intrigue et le suspens s’en dégageant pour ne plus jamais nous lâcher et puis ce qui fait tout le sel de cette œuvre, la composition remarquable de Philip Seymour Hoffman, juste étourdissant dans le rôle de cet homme bouffé par ses démons intérieurs et ses erreurs passées. Alcoolique, fumant clope sur clope, le teint blafard, l’on ne peut s’empêcher de penser à cette fin tragique survenue en Février dernier. Car, il y a deux films ou presque ici. L’une n’étant pas moins en verve que l’autre. Le suicide, à petit feu durant deux heures, de cet acteur hors norme est non moins touchant. Hoffman sublime ici son rôle en lui conférant les oripeaux de l’épitaphe. Crépusculaire, saisissant, on touche là au grand art. Rachel McAdams est aussi à créditer d’une belle prestation mais inévitablement son impact apparaît sans commune mesure avec celui d’Hoffman. Un grand film d’espionnage servi par des acteurs au diapason d’un Philip Seymour Hoffman littéralement habité. Ma note:5/5.

173827.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx 412813.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx 427210.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Publicités