Cinéma : « Noé » de D. Aronofsky


film-noe-194938.gif
L’Histoire :
Russell Crowe est Noé, un homme promis à un destin exceptionnel alors qu’un déluge apocalyptique va détruire le monde. La fin du monde… n’est que le commencement.

Curieux objet filmique que ce « Noé » signé Darren Aronofsky. Je ne peux m’empêcher tout d’abord de signifier que la polémique menée par les intégristes des trois principales religions monothéistes est sans fondement aucune, tant ce Noé n’entretient avec le récit biblique que de vagues et très rares similitudes. Ici, tout est revisité à la sauce Aronofsky, ce qui a le don de donner un résultat pour le moins contrasté. Mi film fantastique, mi drame, mi péplum, mi long métrage catastrophe.. bref on se perd un peu en conjoncture, l’ensemble contient de réel moment de grâce mais également des tics hollywoodiens du plus mauvaise effet. La faute tout d’abord à un casting qui n’est pas toujours, loin s’en faut, digne d’un Russel Crowe qui lui est à contrario épatant. J’ai trouvé insignifiante la partition d’Emma Watson, le « méchant » de service est juste insupportable et grand guignolesque, quant aux fils de Noé ils ont juste des têtes à claque avec leurs petites coupes californiennes très à la mode, on s’en doute, au début de la création.. Reste au milieu de plages d’ennui réel, quelques séquence poétiques comme celles où l’arche se retrouve au milieu d’une mer démontée et une fin où l’on perçoit, malheureusement un peu trop tard, un réel souffle. A trop vouloir jouer sur tous les registres de la palette hollywoodienne, même un réalisateur aussi doué qu’Aronofsky finit par s’y perdre et nous spectateurs avec. Ma note:3/5.

202705.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx 260076.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx 404377.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Publicités