Cinéma :  « 300 : La naissance d’un Empire »


046973
L’Histoire :
Le général grec Thémistocle tente de mobiliser toutes les forces de la Grèce pour mener une bataille qui changera à jamais le cours de la guerre. Il doit désormais affronter les redoutables Perses, emmenés par Xerxès, homme devenu dieu, et Artémise, à la tête de la marine perse…
Le moins que l’on puisse dire c’est que « 300 : La naissance d’un Empire » ne fait pas dans la demi-mesure. Il pourrait se résumer à un leitmotiv « toujours plus ». Toujours plus de sang, de membres tranchés, de têtes coupées, idéal pour les bouchers en herbe, mais également toujours plus de phrases qui ne s’embarrassent pas de fioritures. Ici, on tranche et on réfléchit après. Tous les Grecs possèdent des corps bodybuildés au possible et gonflés de testostérones. Ils ont fier allure avec leurs slips moulants et possèdent un côté « gay friendly » assumé. Virilité d’un côté contre la féminité d’une Artémise sacrément fourbe, normal elle est Perse d’adoption et puis en plus c’est une femme. Non ne me couvrez pas d’opprobre, je n’invente rien mais dans le même temps on n’attend pas de ce type de film autre chose qu’un pur divertissement et de ce point de vue c’est franchement réussi, quoique l’effet de surprise du premier ne soit plus de mise. Le réalisateur Noam Murro fait le boulot honnêtement, les acteurs, actrices : Sullivan Stapleton, Eva Green, Lena Headley essaient d’apporter un peu de nuance à un scénario famélique. Reste le rendu des images qui est vraiment chouette et fidèle à l’esprit du comics. De quoi passer un bon moment de cinéma. Ma note:3,5 /5.

065505.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx 329381.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx 335051.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Publicités