Cinéma : « 9 mois ferme » A. Dupontel


9-mois-ferme-affiche
L’Histoire :
Ariane Felder est enceinte ! C’est d’autant plus surprenant que c’est une jeune juge aux mœurs strictes et une célibataire endurcie. Mais ce qui est encore plus surprenant, c’est que d’après les tests de paternité, le père de l’enfant n’est autre que Bob, un criminel poursuivi pour une atroce agression ! Ariane, qui ne se souvient de rien, tente alors de comprendre ce qui a bien pu se passer et ce qui l’attend…

Il n’y avait qu’à voir les sourires après la séance, dans une salle bondée un après midi d’Octobre, pour comprendre combien la séduction de « 9 mois ferme » opérait. Albert Dupontel, toujours aussi convaincant devant et derrière la caméra nous revient et nous de crier alléluia devant ce film sincère, profondément drôle et touchant. C’est certainement ce dernier qualificatif qui retiendra mon attention. Dupontel, s’il est l’auteur de séquences burlesques toujours aussi délicieusement décalées (cf. ses influences à la monthy python), a sorti un atout maître de sa manche : Sandrine Kiberlain, absolument irrésistible de bout en bout  et qui se voit là offrir un rôle comique comme on en voit peu dans le cinéma français contemporain. Tendre encore, comme la rencontre improbable entre ce juge d’instruction et le présumé Serial Killer « globophage », bête parmi les bêtes (au sens propre comme au figuré). Dupontel et Kiberlain font mouche avec également des seconds rôles hilarants dans cette satire féroce de la justice. Une mention spéciale à l’avocat au phrasé que nous dirons pour le moins hésitant.. Loin, tellement loin au dessus de la mêlée des comédies franchouillardes à l’humour gras et vain. 1h20mn d’une parenthèse délicate et déjantée, additive et hautement recommandable. Ma note :5/5.

21022955_20130726170742682.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx 21022956_20130726170742963.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx 21041345_20130918124028285.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx     

Publicités