Cinéma : « Rebelle »/ »L’Age de glace 4 » – Littérature – Musique

L’Histoire : Depuis la nuit des temps, au cœur des terres sauvages et mystérieuses des Highlands d’Ecosse, récits de batailles épiques et légendes mythiques se transmettent de génération en génération. Merida, l’impétueuse fille du roi Fergus et de la reine Elinor, a un problème… Elle est la seule fille au monde à ne pas vouloir devenir princesse ! Maniant l’arc comme personne, Merida refuse de se plier aux règles de la cour et défie une tradition millénaire sacrée aux yeux de tous et particulièrement de sa mère. Dans sa quête de liberté, Merida va involontairement voir se réaliser un vœu bien malheureux et précipiter le royaume dans le chaos. Sa détermination va lui être cruciale pour déjouer cette terrible malédiction…

La sortie d’un nouveau Pixar est toujours un événement. Il n’y avait qu’à voir la queue au cinéma aujourd’hui pour s’en rendre compte. Des gens de tous les âges même si il est vrai, Disney oblige, nombre d’enfants piaffaient d’impatience à l’heure de découvrir « Rebelle ». Ne jouons pas avec les mots, même s’il est très loin d’un Wall E, chef d’œuvre ultime de Pixar, « Rebelle » reste malgré tout une bien jolie réussite. Le graphisme et l’animation des différents personnages sont bluffant, l’attachement à ces derniers est immédiat, l’humour est présent tout comme les séquences d’action qui sont menées tambour battant. L’idée de transposer cette histoire dans les Highlands d’une Ecosse fantasmée est réjouissante. L’Héroïne Merida a un charisme fou et c’est bien elle l’atout majeur de « Rebelle ». Les personnages secondaires ne sont néanmoins pas à omettre tant ils sont pour certains d’entre eux facétieux, je pense ici aux trois frères de Merida qui sont incorrigibles. Impossible de s’ennuyer ici tant les ingrédients sont utilisés avec soin. Pour l’anecdote, certains enfants ont essuyé quelques larmes bien vite effacées par un final que je vous laisse le soin de découvrir. Classique instantané, telle est la force ou la faiblesse ,selon les avis, de ce « Rebelle » qui ne manque pas d’allant à l’heure de décerner les différentes palmes aux films d’animation de cet été 2012. Allez le découvrir en salle, vous ne serez pas déçu je vous le certifie. Ma note :♥♥♥♥1/2  /5.

L’Histoire : Alors que Scrat poursuit inlassablement son gland avec toujours autant de malchance, il va cette fois provoquer un bouleversement d’une ampleur planétaire… Le cataclysme continental qu’il déclenche propulse Manny, Diego et Sid dans leur plus grande aventure. Tandis que le monde bouge au sens propre du terme, Sid va retrouver son épouvantable grand-mère, et la petite troupe va affronter un ramassis de pirates bien décidés à les empêcher de rentrer chez eux…

Ah la Scratlantide ! la seule mention de cette séquence me fais encore songer au fou rire qui s’est emparé de moi au moment où notre Scrat préféré découvre ce que je vous laisse imaginer. Qu’ajouter à cela sinon que ce quatrième volet des aventures de notre écureuil préféré est peut-être le plus abouti de par son rythme effréné de gags en tous genres. Les nouveaux personnages secondaires insufflent un vent nouveau au film qui démarre avec une séquence d’ors et déjà culte où Scrat provoque bien malgré lui la dérive des continents, rien que cela.. Le succès de l’âge de glace réside dans cette alchimie savamment maîtrisée entre les aventures des héros du début de la saga, Sid, Manny and Co et celle totalement loufoque de notre Scrat qui au fil des épisodes a gagné ses galons de véritable star du film. Pour s’en persuader encore il n’y a qu’à voir les réactions des personnes dans la salle à chaque apparition de Scrat. L’âge de glace 4 rempli parfaitement son contrat en nous offrant 1h30 de pur divertissement. Un incontournable de cet été à n’en pas douter. Je n’ai plus qu’une question en tête au sortir de ce film, à quand le cinquième épisode !

Ma note :♥♥♥♥1/2 /5.

L’Histoire : Ecoutez, mes sœurs ! Ecoutez cette rumeur qui emplit la nuit ! Ecoutez… le bruit des mères ! Des choses sacrées se murmurent dans l’ombre des cuisines. Au fond des vieilles casseroles, dans des odeurs d’épices, magie et recettes se côtoient. Les douleurs muettes de nos mères leur ont bâillonné le cœur. Leurs plaintes sont passées dans les soupes : larmes de lait, de sang, larmes épicées, saveurs salées, sucrées. Onctueuses larmes au palais des hommes !  » Frasquita Carasco a dans son village du sud de l’Espagne une réputation de magicienne, ou de sorcière. Ses dons se transmettent aux vêtements qu’elle coud, aux objets qu’elle brode : les fleurs de tissu créées pour une robe de mariée sont tellement vivantes qu’elles faneront sous le regard jaloux des villageoises; un éventail reproduit avec une telle perfection les ailes d’un papillon qu’il s’envolera par la fenêtre: le cœur de soie qu’elle cache sous le vêtement de la Madone menée en procession semble palpiter miraculeusement…

J’ai découvert Carole Martinez avec son second et époustouflant roman « Du Domaine des murmures ». Un ouvrage saisissant qui m’avais laissé presque sans voix. Je poursuis aujourd’hui, mon immersion dans ce monde où la poésie et le fantastique sont intimement mêlés. L’ensemble de l’œuvre de cette auteure peut sembler abrupte mais il serait dommage de ne pas se laisser porter par l’étrange mélopée de ces contes tragiques qui semble tout droit sorti d’un univers ou Lagerkvist serait associé à Italo Calvino. L’originalité de l’écriture, la férocité du récit entrecoupé de purs instants de grâce où l’on semble tutoyer les étoiles. Car, il y a aussi de la douceur derrière la brutalité des faits qui nous sont contés. Les mots, rien que les mots, étranges oripeaux mis à nu, cru dans leur vérité absolue, éthérés et volontiers farceurs dans toute l’immensité de leurs sens, magie noire ou blanche, fiction ou réalité, nous nous perdons avec délices dans les méandres tissés avec soin de ce « cœur cousu » qui se délite peu à peu sous nos propres yeux.

Ma note :♥♥♥♥♥/5.

Décidément, la rentrée musicale s’annonce fertile en événements avec aujourd’hui la sortie prévue pour le 15 Octobre prochain du nouveau LP de Bat For Lashes alias Natasha Khan. L’album s’intitulera « The Haunted Man ». Un premier single a été dévoilé, la très jolie « Laura ». Voici également la pochette réalisée par Ryan Mc Ginley et la tracklisting :

1. Lilies
2. All Your Gold
3. Horses of the Sun
4. Oh Yeah
5. Laura
6. Winter Fields
7. The Haunted Man
8. Marilyn
9. A Wall
10. Rest Your Head
11. Deep Sea Diver

Le clip de « Laura » est à découvrir sur les sites suivants :

http://www.batlovers.com/ qui est je vous le rappelle La source où puiser des informations pour tous les nombreux amateurs de Bat For Lashes. Le site est un vrai bonheur parce que parfaitement réalisé et de plus le forum est fort agréable car fréquenté par des personnes de qualité.

http://www.batforlashes.com/

Publicités