Cinéma du Dude Novembre09 : « Le vilain » Dupontel – « Morse » (DVD) – « L’homme de chevet »

Le Vilain

En ce samedi matin, la pluie est particulièrement présente sur ma Bretagne lorsque j’arrive au cinéma. Plaisir de retrouver un cinéma presque désert avec un tarif préférentiel, et puis surtout une furieuse envie de rire. Certain(e)s se rendent dans des endroits où des machines sont là disposées pour leur procurer le bien-être du soleil, moi ma luminothérapie c’est le cinéma et tout particulièrement celui d’Albert Dupontel. Ce dernier est en effet, à mon sens, un ovni dans ce paysage cinématographique français de la comédie. De par son humour et sa façon de raconter une histoire, le cinéma de Dupontel semble particulièrement influencé par un comique davantage « anglo saxon » du type Monty Python, Coen, Chaplin, Keaton. Un univers où derrière le fantastique des situations présentées, ce côté volontiers potache revendiqué par l’auteur lui-même, se cache aussi une critique sans concession de certains traits de notre société contemporaine qui n’est pas pour me déplaire. Dans le « Le vilain »Dupontel poursuit dans cette veine avec une comédie menée sur un rythme infernal et des délires dont lui seul à le secret (ah cette tortue !), certainement son film le plus « grand public ». Les personnages secondaires sont toujours aussi bien travaillés (le médecin est énorme), Catherine Frot dans le rôle de la mère du Vilain est parfaite, les séquences de huis clos où ils sont contraints de cohabiter sont hilarantes. Il y avait longtemps que je n’avais pas entendu une salle rire autant. Et puis notre vilain me direz vous, et bien lui le moins que l’on puisse dire c’est que c’est un sacré numéro, on dira qu’il fait ce qu’il peut avec les moyens qu’il a, il peut-être qualifié de malin dans son domaine mais avec quelques « approximations » :)) 1h26mn de rire, une cure idéale pour tous ceux qui veulent oublier la période tourmentée que nous vivons. Ce vilain est une fable dans un univers cartoon, les amateurs du cinéma de Dupontel se régaleront, alors que d’autres pourraient se laisser entraîner dans cet univers grâce à la présence de Catherine Frot.
Ma Note:*****/5.

Magie de vox, magie du web, un exemple parmi tant d’autres de la richesse de nos échanges et de cette idée de partage qui nous anime. Il y a quelque jours de cela mon poteNiggy (http://niggytardust.vox.com/) me dit qu’il a vu « The fucking awesome Movie ! » (http://niggytardust.vox.com/library/post/movie.html#comments pour sa note), cela s’appelle « Let The Right One In« , le titre français étant « Morse ». « C’est tout ce que Twilight n’est pas «  me dit-il en substance, n’étant pas du tout attiré par l’univers guimauve des « vampires à l’eau de rose made in Twilight », j’avoue que cette entrée en matière a de suite susciter ma curiosité. Je regarde la Bande annonce et là Le choc ! Je suis saisis d’une émotion qui me fait pressentir que je suis là en présence d’un film de genre qui fera date. C’est en recherchant une vidéo du groupe Pink Mountaintops que Niggy a découvert les images de ce film sorti dans un

anonymat presque complet le 4 février 2009. L’affiche est saisissante, énigmatique à l’image de cet ovni du réalisateur suédois Tomas Alfredson. Couronné avec le prix de la critique et le prix du Festival de Gerardmer en 2008 (Le festival du film fantastique), qualifié par le grand Guillermo Del Toro de « film le plus poétique et obsédant qui soit », rien que cela, célébré des Inrocks à DVDrama ou encore Télérama en passant par Libération et Première, le moins que je puisse dire après avoir vu ce film hier soir c’est que ces éloges sont pleinement mérités tant ce film est un pure moment de grâce. Beauté des images, qualité des effets spéciaux qui savent se faire très discrets et sont au service du film, de l’histoire et non l’inverse, jeu époustouflant (je ne trouve pas d’autres mots) de ces deux gamin(e)s Kare Hedebrant et Lina Leandersson, on est tour à tour mal à l’aise, effrayé, ému et touché, tout ce que l’on souhaiterait ressentir au cinéma est ici dans ce film absolument fascinant, à mon sens (et Niggy me rejoins j’en suis sûr) c’est un chef d’oeuvre, un film culte en puissance. Je ne vous parle pas de l’histoire, je ne peux que vous inviter à regarder la BA sur le site de Niggy (http://niggytardust.vox.com/library/post/movie.html#comments ), puis le film qui se trouve sur Internet (légalement bien sûr, ne me faites pas dire le contraire…loll)
Très bonne nouvelle pour les fou furieux de ce« Let The Right One In«  puisque depuis le 15 novembre le livre de John Ajvide Lindqvist « Laisse moi entrer » dont est tiré ce film est enfin sorti ! disponible en plus avec le DVD, je vous mets le lien ici :
http://livre.fnac.com/a2735648/John-Ajvide-Lindqvist-Laisse-moi-entrer?Mn=-1&Ra=-1&To=0&Nu=4&Fr=0
(je vais sans aucun doute le commander au Père Noël :)))
Ma Note:*****/5.
ps: avec pour bande son un autre gros coup de coeur, musical cette fois, « Soap and Skin » frêle jeune fille au talent immense que j’ai découvert sur vox grâce à mon autre pote Aurelio, je mets le lien vers cette jolie note ici : http://oreille070.vox.com/library/post/soap-skin-pour-la-deuxi%C3%A8me-fois.html#comments
Merci  !!
The Dude.

Un temps absolument épouvantable sévissait hier matin sur ma chère Bretagne, qui n’est jamais plus belle que dans ses moments où elle semble être elle même, en colère, utilisant le vent et la pluie comme moyens d’expression de son impénitente susceptibilité… les vagues viennent frapper de toutes leurs forces contre les parois rocheuses de la côte, le Fort Bloqué semble alors, une sorte d’Ys perdue au milieu des flots, forteresse inexpugnable abritant le fantôme de Dahut… mais je m’éloigne ici de mon sujet, je me suis mis en route vers le complexe cinéma CGR. Il est 11h15 et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’y a pas foule, ce qui je ne vous le cache pas, n’est pas pour déplaire à votre dévoué serviteur cinéphile :)) Billet en main, je m’engouffre dans la salle, les lumières s’éteignent et je me laisse alors emporter… Parce que voilà, tout est dit sur ce film à partir de ce postulat qui est de se dire « vais je ou non accepter cette idée de m’abandonner », ce délicieux sentiment d’ubiquité qui semble nous saisir lorsque nous sommes au cinéma. « L’homme de chevet« , adaptation libre d’un roman de Holder qu’au demeurant je n’ai pas lu, ne semble pas nous laisser de choix, ici c’est à une véritable parabole de la rédemption à laquelle nous assistons. La question centrale de ce film pourrait-être en quelque sorte pouvons nous renaître à la vie après avoir été confronté à l’âbime ? déchirés par les tourments de l’alcool, le personnage interprété par Christophe Lambert va trouver un travail, celui de « garde malade » mais lui préférera les mots « d’homme de chevet ». C’est Sophie Marceau qui campe ici l’un de ses rôles les plus forts, cette femme brisée après un accident de voiture, ne pouvant plus que bouger la tête, « agonisante d’être en vie »… La force de ce film c’est indéniablement son duo de comédiens Marceau-Lambert au diapason, lui tout en retenu, elle, tour à tour révoltée et fragile, terriblement fragile. Nous sommes en Colombie et nous assistons ainsi à un véritable film de genre, un mélo-drame servi par la performance de ses acteurs qui permettent d’oublier les points faibles de cette première réalisation : un aspect un peu trop écrit des dialogues, le côté profondément inégal de la qualité de la mise en scène, de l’intrigue elle-même qui semble se perdre dans des histoires dans l’histoire qui paraissent quelque peu superfétatoires, la somme de clichés enfin, inhérente à ce style de cinéma. Au final, nous obtenons un film honnête, magnifiquement interprété, bouleversant dans certaines séquences mais se perdant quelque peu dans une description quelque peu surfaite du contexte social explosif en Colombie. Le film aurait peut-être gagné à être davantage centrée sur cette Histoire avec un grand H où l’amour est la seule force capable de transfigurer ces deux êtres en souffrance, ou comment apprendre à se pardonner en s’acceptant dans le regard de l’autre…
Ma note:***  /5.


Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Publicités

2 réflexions sur “Cinéma du Dude Novembre09 : « Le vilain » Dupontel – « Morse » (DVD) – « L’homme de chevet »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s