Musique du Dude : Christophe « Aimer ce que nous sommes »-Coldplay « Viva la Vida »-Cosmos 70 « Voices »

Aimer Ce Que Nous Sommes - Coffret fan pack (CD+vinyle 45T+livret 64 photos)

7 ans après « Comm’si la terre se penchait » Christophe nous revient avec un nouvel album « Aimer ce que nous sommes ». La sortie d’un album de christophe est toujours un événement tant cet artiste est atypique et hors-norme dans tous les sens du terme. Son univers totalement lunaire, ses mélodies, ses mots, son look (lunettes noires et longs cheveux blancs rejetés en arrière), Christophe c’est un extraterrestre, un homme qui avouait récemment dans une interview se coucher vers 10h du matin, se lever vers 18h, petit déjeuner…19h et travail toute la nuit…on le surnomme « le beau bizarre », dandy perfectionniste capable de tout les excès Christophe fait partie de ces rares artistes qui restent tels qu’ils sont, sans calcul marketing, ne comptant que sur leur instinct. La nouvelle génération lui voue un véritable culte, c’est particulièrement vrai dans l’électro avec notamment Sébastien Tellier, mais aussi dans d’autres styles musicaux Abd Al Malick par exemple. Il y a de la douleur chez lui, un mal être, christophe c’est la musique du spleen, du romantisme (en tant que courant artistique bien sûr)…Ce nouvel opus est réalisé par Christophe Van Huffel et mixé par Paul ‘P-Dub’ Walton (Bjork, The Cure), on retrouve à la batterie Carmine Appice et aux cordes Eumir Deodato (Bjork, Cool & the Gang, Sinatra,..).Cet album est une pure merveille.  Qui est capable d’écrire aujourd’hui des chansons de ce niveau… »parle lui de moi », « T’aimer fol’ment ». Avec l’album de Bashung c’est à coup sûr le plus beau disque de ce début d’année, je dirais même de ces dernières années. Je ne peux lui mettre dix étoiles sur cinq, mais si je le pouvais je le ferais. Un seul conseil, découvrer cet album incroyable, venant d’une autre planète appellée Christophe. Ma note :*****/5.


Viva La Vida Or Death And All His Friends

Viva la Vida Or Death And All his Friends est le titre du nouvel album de Coldplay qui sort le 16 juin en France, cette phrase est tiré d’une peinture de Frida Kahlo. « La liberté guidant le peuple » d’Eugène Delacroix fait elle office de pochette de l’album. Un disque qui se compose de 10 titres mais qui existe aussi dans une autre version avec en bonus deux titres acoustiques « Lost » et « Lovers in Japan ». C’est cette version que j’ai la chance de posséder. 3 ans après l’énorme succès de « XY » (plus de 10 millions d’albums vendus) Coldplay revient donc avec un quatrième album studio produit cette fois-ci par  Markus Dravs (producteur d’Arcade Fire) et surtout l’énorme Brian Eno. Ce dernier a notamment collaboré avec David Bowie, U2 et bien d’autres. Coldplay est un groupe qui m’a toujours beaucoup plu, leurs disques contenaient toujours quelques pépites pop très agréables, mais ont pouvaient leur reprocher aussi un côté soporifique qui faisait que l’on pouvait difficilement écouter Coldplay dans une soirée sous peine d’endormir l’assistance… Chris Martin explique pour ce quatrième album, que le groupe étaient « toujours obsédés par l’idée de composer des mélodies faciles à retenir », mais qu’ils voulaient « tout simplement les présenter de façon différente ». Rendre le son de Coldplay plus excitant, voilà en somme le projet de ce Viva la Vida Or Death And All his Friends. Je lance le disque, une première surprise, on a envie de taper du pied avec un instrumental « Life in Technicolor » entraînant et entêtant à souhait, une pièce très courte moins de 2mn30 mais qui donne le ton de ce disque, Coldplay semble avoir franchi un palier. Suit La chanson du disque, futur tube interplanétaire du groupe que vous allez entendre et ré-entendre tout au long de cet été 2008…la très belle « Cemeteries Of London » qui sonne comme du Coldplay qui n’en serait pas…vous comprendrez en l’écoutant… On ressent tout le travail de production de Eno, l’enrichissement de la palette musicale de Coldplay qui enfin se lâche. « Lost » puis « 42 » deux titres qui permettent de mesurer l’évolution de Coldplay sur ce disque, la très U2 « Lovers In Japan » suivit de « Reign of love » deux titres disctincts qui ne forment pourtant qu’un seul titre sur le disque. Le disque contient aussi ces moments de faiblesse qui l’empêche d’atteindre les sommets du nirvana, la dispensable et ennuyeuse « Yes », ou encore « Viva la Vida » « Strawberry Swing » qui sans être désagréables semblent en retrait par rapport au reste du disque. L’album se clôt avec une jolie chanson « Death And All His Friends », qui tout comme le premier extrait du disque « Violet hill » symbolise ce pont nouveau entre l’ancien style Colplay et ce son plus expérimental et j’oserai dire « festif » du Coldplay version 2008. Au final nous avons là tout de même un très bon disque, malgré la faiblesse de certains titres, Coldplay a réussit à nous surprendre avec un son beaucoup plus jouissif et entraînant. Cet album va à coup sûr faire un malheur cet été, avec les très belles Lost, Violet Hill et surtout « Cemeteries of London » qui constitue mon titre phare de l’abum.

Ma note:**** /5.

Voices

Mes ami(e)s nous avons trouvé la nouvelle capitale de l’électro en France, après Versailles dans les années 90 c’est

au tour de Lyon de nous donner un duo assez hallucinant les Cosmos 70 auteurs d’un « Voices » tout simplement énorme ! Il signe là très certainement un des albums français électro-pop psychédélique les plus envoûtants de cette année 2008. Vous allez en entendre parler c’est une certitude parce que l’avenir leur appartient. Un album qui se compose de 12 titres tous plus beaux les uns que les autres pour qui aiment les ambiances éthérées. La maîtrise des Cosmos 70 pour nous créer des atmosphères très cinématographiques n’est pas sans nous rappeller Jean-Benoît Dunckel et Nicolas Godin du groupe Air. « Microtronic » est d’ailleurs représentatif de cette atmosphère de nouvel éden du spleen et du désenchantement. Un style qui partagera très certainement les amateurs de musique entre ceux qui les jugeront ennuyeux, sans âme, et les autres qui crieront au génie absolu. Bien moins répétitif que le son des Justice, les Cosmos 70 nous permettent d’explorer ici des contrées inconnues, les entêtantes « Song of Autumn » et « The passer », une musique extra-terrestre, électro-mystique pour gourou sous substance illicite. Alors que l’on pensait la french touch quelque peu essoufflée, voilà qu’un vent nouveau s’est levé, il vient de Lyon… les Cosmos 70 un nom à retenir pour ce qui constitue à ce jour un de mes plus gros coup de coeur de l’année. Ma note:*****/5.

Lien vers le Myspace très bien fait des Cosmos 70 : http://www.myspace.com/cosmos70

Leur Web-site : http://cosmos.70.free.fr/

L’album en écoute dans son intégralité sur http://www.deezer.com/track/the-passer-T874377#music/album/99503


Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Publicités

Une réflexion sur “Musique du Dude : Christophe « Aimer ce que nous sommes »-Coldplay « Viva la Vida »-Cosmos 70 « Voices »

  1. Très bien décrit, j'ai pu l'écouter aussi un peu et ce disque de Coldplay est pas mal du tout, j'aime beaucoup !J'ai bien accroché sur Viva La Vida et Lost? en acoustique… Après pour les autres, j'avoue qu'il va me falloir réécouter, je ne l'ai écoutée qu'une fois cet opus… :)La pochette du disque est génial aussi, je l'ai toujours aimée cette toile…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s