LITTERATURE ET HISTOIRE

Littérature : « Fêlés » de Pierrick Guinard (L’Harmattan)

L’Histoire : Ils se sont retrouvés entre quatre murs. Paul, le jeune mathématicien souffrant gravement de vertiges cosmiques et par ailleurs sauteur en hauteur subissant au quotidien le terrible poids de la pesanteur. Alexandre, psychiatre de quelques années son aîné, éprouvant chaque jour un peu plus cette douloureuse impression d’être surveillé, contrôlé, quasi manipulé par des forces extérieures. Thérèse de Belleville, surnommée la Castafiore, qui elle aussi a ses voix. Et Andreï Denissovitch, dit le Prince de Sibérie, joyeux rescapé des hôpitaux psychiatriques de l’URSS…Georg Büchner écrivait dans Woyzeck : « Chaque homme est un abîme, on a le vertige quand on se penche dessus. »

Je remercie chaleureusement l’auteur Pierrick Guinard pour cette lecture et sa confiance !

Mon avis :

Note : 5 sur 5.

« Gabriel » avait été un véritable coup de cœur tant ce livre m’avait touché. Pierrick Guinard récidive avec son troisième roman « Fêlés » paru aux éditions L’Harmattan mi-octobre. Pierrick Guinard possède un talent certain pour nous narrer, d’une plume pleine de sensibilité et non dénuée d’humour, une histoire à hauteur d’homme sur les maladies psychiques et leurs conséquences sur les êtres atteints de ces troubles. On parle de décompensation pour signifier le passage de la névrose à la psychose, lorsque le corps et l’esprit lâchent, et que l’hospitalisation en psychiatrie paraît être la meilleure solution pour protéger le patient de lui-même. Là encore l’auteur réussit à parler d’un sujet grave avec un conte philosophique pleins de fantaisies par l’absurde, le tout avec des personnages hauts en couleur. On touche ici à une galerie emplie de figures déjantées qui apportent une forme de légèreté bienheureuse à ce roman. La souffrance psychique et les différentes formes de psychoses conduisent le patient atteint à complètement repenser le monde qui l’entoure, ses proches, ses connaissances, sa vie au quotidien. L’histoire de ce roman « Fêlés » aborde la folie d’une façon très juste, avec ce mélange de compassion bien évidemment, de souffrance, avec une irrésistible façon de se détacher de cette réalité avec un humour noir, mordant. Julie est en troisième année de médecine lorsqu’elle rencontre Paul qui lui prépare un doctorat de mathématique. Elle a les pieds solidement ancrés sur Terre alors que Paul lui vit dans le monde de l’abstraction en cherchant à apprendre, à comprendre sans cesse. Elle a un métier, pédiatre tandis que lui n’a jamais pensé vraiment à son avenir au delà du fait de poursuivre ses études toujours plus loin. Paul est brillant, gentil, il aime profondément Julie, mais celle-ci se rend compte que peu à peu Paul décroche de la réalité pour s’en aller dans les hautes stratosphères de l’abstraction. Son échec en première année de médecine, une lubie qui l’a poussé à abandonner son doctorat pour tenter le même parcours que sa compagne, le conduit vers une forme de mélancolie, de fuite permanente, de remise au lendemain de ce qui devrait être fait aujourd’hui. Julie décide de consulter un psychiatre. Alexandre est ce psychiatre et lui se débat dans une forme de combat contre ses voix qui le perturbent au quotidien. Il connaît ces symptômes par cœur mais ne peut se résoudre à révéler cette réalité dans le monde où il travaille. Un psychiatre schizophrène, Paul qui se débat dans l’abstraction et enfin Andreï Denissovitch appelé le « Prince de Sibérie » parce qu’il a connu les hôpitaux psychiatriques de l’URSS. « Le Prince de Sibérie » est malade, mais il est cette petite voix de la sagesse qui avec des métaphores très parlantes, des histoires loufoques cachant un double sens, va se prendre en affection pour Paul et son psychiatre Alexandre qu’il juge aussi barré que certains de ses patients.. Vous l’aurez compris un roman foisonnant qui se lit avec délice. Un conte philosophique pleins de folie douce. Si vous aimez les histoires un peu déjantés, ce livre est pour vous. Pierrick Guinard confirme tout le talent qui est le sien avec « Fêlés », un roman irrésistible et très bien écrit sur la folie. Je vous recommande la lecture de cet auteur talentueux. Son roman s’appelle « Fêlés » et c’est paru aux éditions l’Harmattan. Un nouveau coup de cœur.

Broché : 224 pages

Éditeur : Éditions L’Harmattan (14 Octobre 2021)

Collection : AMARANTE

(31 commentaires)

  1. J’ai tout de suite pensé à toi Marie-Anne quand j’ai écris ma chronique. Je savais que ce livre te plairais car ça correspond parfaitement au thème de tes chroniques le mois dernier. Pierrick Guinard parle de la maladie psychique avec beaucoup d’humanité. Je te souhaite un beau weekend Marie-Anne 🌞🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Coucou mon Cher Frédéric 😀. J’espère que tu vas bien. Ici, dans ma région il y a temps magnifique 👍 avec un soleil radieux ☀️ alors ça fait plaisir !!
    Concernant ta chronique, ça m’intrigue beaucoup car je n’ai pas pour habitude de lire ce genre de roman alors oui, ça m’intéresse…
    De toute façon, j’aime bien tout ce qui est hors des sentiers battus, tout ce qui est original où encore quelque peu incongru…
    Je me souviens notamment d’un film « Vol au-dessus d’un nid de coucou » avec Jack Nicholson que j’avais trouvé absolument génial dans son rôle… Un film qui valait vraiment le détour…
    Pour te dire que j’aime aussi tout ce qui est déjanté, hilarant car c’est bien aussi de rire, de s’amuser et surtout de ne pas se prendre au sérieux…
    Sinon, je pense que la vie serait monotone…
    Merci encore de nous transmettre toutes ces découvertes littéraires !
    Je te souhaite un très bon week-end cher Frédéric. Gros bisous à toi et à très bientôt 😁😀👍.

    Aimé par 1 personne

  3. Coucou ma chère Cécile 😊🌞 Génial, le temps ici est plus mitigé mais c’est la Bretagne ^^ 😉😀 Je te rejoins totalement, ne pas se prendre au sérieux, conserver cet émerveillement, ces rires qui rappellent l’enfance, c’est tellement important. Ce livre est décalé et c’est ce qui en fait tout son charme. Le thème de la folie m’a toujours intéressé, peut être parce que la frontière est parfois mince entre le soignant et le soigné (on le voit bien dans le livre avec ce psychiatre et ses bizarreries.. 😀). Vol au dessus d’un nid de coucou est un très beau film ! On est dans cet univers là avec ce joli roman signé Pierrick Guinard. Merci beaucoup Cécile ! Ton commentaire me fais très plaisir. Je te souhaite un beau weekend également Cécile, Gros bisous et @très vite 😀🌞👍✨

    Aimé par 1 personne

  4. Bonsoir Frédéric, comment vas tu ? 🙂
    Merci pour cette belle découverte, je me le note précieusement. C’est le genre de lecture que j’apprécie pour en découvrir plus sur ce que traverse les personnes vivant avec ces troubles. Merci pour cette belle découverte et belle soirée ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  5. Coucou Ludivine, Pierrick Guinard écrit très bien et ce sujet est abordé avec talent, de l’humour avec ces personnages hauts en couleurs. Il y a des moments très émouvant aussi mais c’est la légèreté qui l’emporte 😊 c’est moi qui te remercie de ta visite qui fait plaisir. Je te souhaite une belle soirée ! 🙂

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :