Littérature : « L’or du chemin » de Pauline de Préval


81aq1orcj+lL’Histoire :
Qu’est-ce qu’aimer ? Comment mener une vie qui vise à l’essentiel ? Comment œuvrer à rendre l’homme meilleur ? Ces questions d’hier et d’aujourd’hui sont au coeur de la quête de Giovanni, un peintre florentin imaginaire du début de la Renaissance. Pauline de Préval nous raconte son parcours singulier : les épreuves qu’il traverse, son combat contre ses doutes, mais aussi contre l’emprise de l’argent qui façonne la société de son temps, comme sa volonté de doter sa vie de sens. Léonora, sa bien-aimée, Brunelleschi, son ami, Starnina, son maître, le guident tour à tour vers le plus intime de lui-même. Dans l’Italie enfiévrée du XVe siècle, un roman initiatique porté par une émotion intense, qui propose à chacun de retrouver la clef du paradis.

Pauline de Préval a signé plusieurs essais dont Jeanne d’Arc, La sainteté casquée (Le Seuil) et Une saison au Thoronet (Le Seuil). Elle nous revient avec son premier roman, au titre fort, « L’or du chemin« . Ce chemin justement, parlons plus sûrement d’une quête mystique et artistique dans la vie, dans le coeur d’un artiste florentin. La vie a réservé son lot d’épreuves à Giovanni, un peintre florentin imaginaire du XVème siècle. Il a perdu celle qui donnait sens à sa vie, à son art. Sa muse Léonora n’est plus et Giovanni entame une réflexion sur ce qui fait l’essence de nos vies, sur ces ruptures, ces cassures dans notre chemin de vie, ces souffrances, ces douleurs mais avec toujours en creux cette idée d’un réconfort spirituel et artistique qui nourri, enveloppe notre corps et notre âme. Car oui le livre de Pauline de Préval est de ceux qui ont une âme, une authenticité qui font de ce roman un voyage enrichissant et nécessaire pour qui souhaite contempler les mystères de la création artistique. On mesure à la lecture de ce livre au style épuré, chatoyant et lumineux, l’effervescence ou l’ivresse de celle qui souhaite partager, à travers ce roman, son histoire, son contexte, la part de mystère et d’ineffable du cheminement de chacun(e) vers sa propre vérité. Le texte est habité, à la fois riche et dans un même élan dépouillé. La lecture de « L’or du chemin » laisse à chacun la liberté d’en tirer une leçon ou pas. Car cet or au bout du chemin c’est aussi la question du Salut. L’art et le mysticisme religieux se conjuguent ici pour donner sens au chemin de vie, à ces épreuves qui peuvent nous amener à grandir, à tendre vers la sublimation. Un roman, « L’or du chemin », et une écrivaine, Pauline de Préval, à découvrir absolument !

Je remercie chaleureusement, l’écrivaine Pauline de Préval, merci également aux éditions Albin Michel ainsi qu’à la Masse critique privilégiée et Babelio pour ce très beau moment de lecture !

Ma note:4/5.

Broché: 144 pages
Editeur : Albin Michel (30 janvier 2019)
Collection : A.M. ROM.FRANC

avt_pauline-de-preval_6488

Publicités