Netflix : « La Ballade de Buster Scruggs » des frères Coen – « Outlaw King : Le roi hors-la-loi » de David Mackenzie


1911398.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxL’Histoire :
La ballade de Buster Scruggs est un western d’anthologie en six volets mettant en scène les légendes du Far West. Chaque chapitre est consacré à une histoire différente de l’Ouest américain.

Les frères Coen sont-ils les sauveurs d’une certaine idée du cinéma, en choisissant Netflix pour la sortie de leur dernier long métrage ? Je réponds sans hésiter par l’affirmative après avoir vu « La Ballade de Buster Scruggs« , un western nous contant six histoires tour à tour drôles, touchantes, poétiques mais également cruelles et sombres.. la quintessence d’un cinéma qui n’a en rien perdu de sa magie. Pourtant, ce n’est pas en salle mais bien sur la plateforme Netflix qu’est sorti leur dernière oeuvre. Le fait que les frères Coen et d’autres comme Alfonso Cuaron (et son fameux « Roma », Lion d’or à Venise) choisissent Netflix pour exprimer leur art, est tout sauf un hasard, à l’heure où les rapports de force évoluent entre grands studios de cinéma et la plateforme Netflix qui leur taille des croupières depuis plusieurs années maintenant. Loin d’opposer ces deux mastodontes, il convient de comprendre que Netflix répond à une nouvelle façon d’appréhender le cinéma. En choisissant de ne produire que des suites ou presque, ou bien encore des Marvels et autres films de héros DC, les médias traditionnels ont pris le risque de voir des réalisateurs adeptes d’un cinéma plus classique, céder aux sirènes de Netflix. Car en effet, les frères Coen le souligne très justement, aucun studio n’était prêt à les suivre sur ce projet. « La Ballade de Buster Scruggs » est un petit bijou où l’on retrouve ce qui a façonné l’art des Coen. Le casting est au diapason de ces histoires, avec notamment la présence d’acteurs de la trempe de Liam Neeson ou encore James Franco. On ne s’ennuie pas une seule seconde, et pour qui aime l’humour décalé et l’univers des frangins Coen, c’est un régal ! Je ne peux que vous recommandez « La Ballade de Buster Scruggs » pour passer un beau moment sur Netflix.

Ma note:4/5.

0606335.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx0621960.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

0590710.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

0257595.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxL’Histoire : L’histoire vraie et inédite de Robert Bruce, noble vaincu de l’Écosse médiévale devenu roi contre son gré puis héros hors-la-loi en l’espace d’une année. Contraint à se battre pour sauver sa famille, son peuple et son pays de l’envahisseur anglais, Robert Bruce s’empare de la couronne écossaise et rassemble une troupe de soldats hétéroclites. Avec eux, il devra affronter la colère de l’armée la plus puissante au monde, menée par le féroce roi Édouard 1er et son imprévisible fils, le prince de Galles.

« Outlaw King : Le roi hors-la-loi » est l’œuvre de David Mackenzie (réalisateur du déjà réussi « Comancheria » chroniqué ici même). On y retrouve la lumineuse Florence Pugh (remarquée dans « The Young Lady » chroniqué ici même) et le charismatique Chris Pine (qui jouait lui aussi dans Comancheria). Netflix a vu les choses en grand pour ce qui constitue une suite, en quelque sorte, à l’histoire contée dans « Braveheart ». William Wallace a été exécuté et Robert de Bruce, qui a trahi Wallace à Falkirk, décide de reprendre le flambeau de la lutte héréditaire contre l’ennemi anglais. Nous sommes au début du XIVème siècle. Edouard Ier, le tyran anglais et son fils vont affronter Robert Bruce qui s’est fait proclamé roi d’Ecosse. Voilà pour l’écheveau de cette histoire pour le moins fascinante. Tout semble si simple quand autant de talents sont réunis sur un même projet.  Chris Pine est remarquable, tout de colère retenu, il sait être émouvant, meneur d’homme. A ces côtés, la belle Florence Pugh, éblouissante elle aussi, et qui confirme ici qu’il faudra compter sur elle pour les prochaines années. Elle est l’autre atout majeur de ce film. Après une première demi heure assez quelconque, le film se lance pour ne plus voir son rythme ralentir jusqu’à la bataille finale qui est un modèle du genre et qui n’a rien à envier aux tueries des Mel Gibson et autres Ridley Scott. « Outlaw King » est très violent et les séquences de combat sont vraiment impressionnantes. Emmené par des acteurs au diapason d’une histoire à la puissance d’évocation certaine (il n’y a qu’à contempler les magnifiques paysages de l’Ecosse), « Outlaw King : Le roi hors-la-loi » s’inscrit clairement dans la lignée d’une montée en puissance de Netflix en terme de qualité. Aujourd’hui, on peut l’affirmer, les films Netflix n’ont plus à rougir de la comparaison avec les sorties cinéma.

Ma note:4/5.

4629300.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

4896725.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx4912350.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Publicités