Littérature : « Ecoutez nos Défaites » Laurent Gaudé

CIMG1476L’Histoire : Un agent des services de renseignements français gagné par une grande lassitude est chargé de retrouver à Beyrouth un ancien membre des commandos d’élite américains soupçonné de divers trafics. Il croise le chemin d’une archéologue irakienne qui tente de sauver les trésors des musées des villes bombardées. Les lointaines épopées de héros du passé scandent leurs parcours – le général Grant écrasant les Confédérés, Hannibal marchant sur Rome, Hailé Sélassié se dressant contre l’envahisseur fasciste… Un roman inquiet et mélancolique qui constate l’inanité de toute conquête et proclame que seules l’humanité et la beauté valent la peine qu’on meure pour elles. Un agent des services de renseignements français gagné par une grande lassitude est chargé de retrouver à Beyrouth un ancien membre des commandos d’élite américains soupçonné de divers trafics. Il croise le chemin d’une archéologue irakienne qui tente de sauver les trésors des musées des villes bombardées. Les lointaines épopées de héros du passé scandent leurs parcours – le général Grant écrasant les Confédérés, Hannibal marchant sur Rome, Hailé Sélassié se dressant contre l’envahisseur fasciste…

Laurent Gaudé publie « Ecoutez nos défaites » pour cette rentrée littéraire et il signe pour l’occasion un ouvrage d’une rare maîtrise formelle mais il livre surtout une réflexion profondément mélancolique sur un monde qui aujourd’hui comme par le passé, oublie que ses victoires, remportées au prix de tant de vies humaines sacrifiées, ne sont en réalité qu’une seule et même défaite, celle d’une humanité oubliant que seule la beauté, l’amour, la liberté valent la peine que l’on se batte, que l’on meurt pour elles. Des victoires qui ne sont que défaites (cf. le général Grant écrasant les Confédérés, celui que l’on surnommait le « boucher » dans sa propension à ne pas hésiter à sacrifier des milliers d’hommes pour des victoires à la Pyrrhus), des défaites qui valent plus que des victoires (le formidable récit de la vie d’Hannibal, général carthaginois qui passera son existence à vouloir détruire le « grand Satan », l’orgueilleuse Rome), Hailé Sélassié aussi et sa lutte contre Mussolini et le fascisme italien. Gaudé convoque le passé au banquet de l’histoire, les guerres d’aujourd’hui  ne valent pas mieux que celles du passé récent ou lointain. Mais il y a des guerres que l’on n’a néanmoins pas le droit de perdre. Le combat de la liberté, du savoir, de l’art contre l’obscurantisme des partisans de Daech, La menace propre à terrasser notre civilisation si nous n’en prenons pas garde. Ces hommes veulent effacer l’histoire nous dis Gaudé. Le saccage des musées, le sort réservé aux reliques du passé, passant de mains en mains depuis des siècles malgré les écueils, ce Moyen Orient ou tant de sang à coulé et coule encore. Au milieu du chaos, le miracle de l’amour unissant deux êtres au destin s’entrecroisant le temps d’une nuit d’étreinte où les corps célèbrent la vie face à l’absurde, au vide, à la quête de sens de nos existences noyée dans l’histoire, dans les histoires multiples et infinies, la petite et la grande histoire qui elles mêmes ne sont que le fruit du hasard ou de la providence selon les croyances de chacun. Un livre qui fait écho à l’actualité récente avec un talent rare, celui de confronter les époques qui ne sont que les différentes couches successives d’un même oignon. « Ecoutez nos défaites » c’est aussi ne pas faire abstraction du caractère illusoire de nos victoires. La métaphore de l’objet trouvé et choyé par les spécialistes, les archéologues, qui n’ont au final pour seule destinée que celle d’être perdue à nouveau, ou simplement détruit. Mais au fond Gaudé nous rappelle très justement, que nous sommes tous voués à l’oubli, à l’anonymat de la tombe. Un grand livre. Vraiment.

Ma note:♥♥♥♥♥/5.

Publicités