Critiques Musique du Dude : Bashung »Bleu pétrole »-REM »Accelerate »-Muse »Haarp »

Bleu Petrole

« Bleu pétrole » est le nouvel album d’Alain Bashung. Six années d’absence, une éternité pour tous les amateurs de cet artiste unique et intemporel. 11 chansons composent ce nouveau disque dont deux reprises : le fameux « Suzanne » de Léonard Cohen (autre artiste que je vénère plus que tout) et « Il voyage en solitaire » de Manset. Ce dernier est l’auteur des titres les plus marquants de « Bleu pétrole », « Comme un légo » et surtout la magistrale « Je tuerai la pianiste ». Bashung collabore aussi avec le membre de Louise Attaque Gaëtan Roussel auteur du somptueux « Je t’ai manqué ». Mélodies, textes, arrangements, tout est beau, la voix de Bashung achevant de nous conquérir définitivement. L’émotion à l’écoute de ce disque est là, présente, avec dans le coin de la tête cette confirmation de ce que l’on savait déjà : Bashung est un géant. Pour faire corps avec le titre, j’oserai dire que « Bleu pétrole » est au monde de la musique ce que « There will be blood » est au cinéma. Un album que l’on écoutera encore dans dix, vingt, trente ans, une pierre de plus au formidable édifice constitué par Bashung durant toutes ces années…le plus bel album en langue française de ce début d’année à n’en pas douter.

Ma note:*****/5.

REM vient de sortir son 14ème albums en 28 ans de carrière. Sobrement intitulé « Accelerate« , il ne dure que 34

Accelerate

petites minutes (ce qui constitue la norme à l’heure actuelle dans le rock, voir « the Kills » par exemple). REM a décidé de revenir aux fondamentaux du rock, avec un album au son plus « garage-rock » travaillé en studio par le producteur de « Bloc Party ». 11 titres rock qui vont certainement diviser leur public en deux catégories : les amateurs de REM qui aiment « Reveal » ou « Up » par exemple, beaucoup plus pop, et ceux qui préfèrent le REM « New adventures in Hi-fi » ou encore « Green ». Je ne vous cache pas que je me situe dans la première catégorie. Après avoir raté leur précédent opus « Around the sun », cette volonté de revenir aux sources est louable mais quand est-il des chansons ? Et c’est là que le bas-blesse, la voix de Stipe est toujours aussi belle mais les chansons sont d’une faiblesse indigne d’un groupe de ce niveau. « Supernatural Superserious » le premier titre extrait de l’album est à l’image de ce disque boursouflé et sans âme, la chanson débute et l’on attend le refrain pour se rendre compte qu’elle ne décolle jamais. Les mélodies de ce disque sont pour la plupart fades et sans intérêt. Vouloir sonner comme les groupes rock-us actuels en prenant le producteur de Bloc Party, est une belle idée sur le papier, mais le problème c’est que justement REM sonne comme les autres groupes. Les chansons qui composent ce disque ont déjà été mille fois entendues… seuls titres à sauver du naufrage « Man sized Wreath » et « Sing for the submarine » qui sonne très REM, un comble. Ce disque ne fait que confirmer ce que je pense depuis longtemps : prendre un producteur à la mode ne suffit pas à redonner un second souffle, pour cela il faut des chansons. Reste la voix de Stipe, la sincérité du groupe et de son message, deux-trois titres vraiment bien, mais ça fait peu pour un groupe de cette envergure. Alors un conseil, si vous voulez un excellent disque de garage-rock, achetez plutôt le « Midnight Boom » des Kills.

Ma note:**    /5.

The Haarp Tour : Live From Wembley (Edition collector Limitée)

Avec le succès de leur dernier album en date « Black Holes and Revelations » puis de la tournée qui s’en est suivit Muse allait forcément nous sortir un album live. « Haarp » est le titre de se second LP live après « Hullabaloo » paru en 2002. Il se compose de 14 titres enregistrés au stade de Wembley en septembre 2007. Un DVD comprenant cette fois-ci 20 titres est également sortie. Ce disque peut-être qualifié de « best-of live » tant il est vrai qu’il regroupe tous les singles connus du trio anglais. Après quatre albums studios et deux lives, force est de constaté qu’ils ont réussit à définir un style qui leur est propre. Muse divise : adulé par les uns, honnis par les autres, une chose est certaine ce disque live ne fera que confirmer l’un ou l’autre des deux camps. Dès l’ouverture du concert on est saisi par cette grandiloquence, je vous laisse découvrir le choix de la musique pour leur entrée mais je crois que l’on peut difficilement faire mieux… Chez Muse le pire côtoie le sublime, de ce point de vue on peut les rapprocher de Queen. Ce disque live est inégale dans sa qualité, une métaphore en quelque sorte de ce qu’est Muse. Le début est vraiment puissant, « knights of cydonia », « Hysteria » et « supermassive black hole » s’enchaînent parfaitement et mettent le feu à un Wembley en transe…. par la suite les choses se gâtent, la version de « Butterflies and Hurricanes » est très moyenne, puis survient l’affreuse ballade « invicible », le genre de chanson ou l’on se demande si c’est bien le même groupe qui a écrit « unintented ». L’enchaînement avec l’énorme « starlight » est salvateur, voilà un titre qui donne envie de bouger. L’occasion aussi pour moi de souligner qu’il est bien souvent dommage de privilégier les plus gros concerts pour les sorties de live, ce concert de Wembley n’est pas le meilleur de la tournée 2007, même s’il est vrai qu’il a attiré le plus de monde (180000 personnes en deux jours!!). Un petit mot aussi sur l’ambiance qui fût sans aucun doute absolument énorme, néanmoins les cris… ou plutôt les orgasmes de nos chères jeunes filles lors la chanson « Time is running out » gâche littéralement le plaisir d’entendre que l’on aurait dû éprouver à l’écoute de ce titre. Un « Time is running out » bâclé et qui sonne très FM, un comble… En fait il faut attendre les derniers titres du disque pour se remettre à vibrer. La version d’ « Unintented » est pour le coup absolument sublime, « micro cuts » et surtout « Stockholm syndrome » nous achèvent littéralement, avant que le coup de grâce ne soit porté par « Take a bow ». Vous l’aurez compris, sur ce live Muse réussit ce tour de force de nous agaçer par leur prétention sur certains titres, avant de nous faire craquer littéralement sur d’autres chansons très réussit, les envolées lyriques de Bellamy sont aussi insupportables qu’elles peuvent être sublimes. Malgré ses imperfections, ce disque live contient de très bons moments qui nous font prendre conscience de la dimension de Muse sur scène. Un bon moyen de découvrir Muse pour les néophytes, un disque indispensable pour les nombreux amateurs du groupe.

Ma note:***  /5.

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s