Littérature - Histoire - Poésie

Littérature : « J’ai tant vu le soleil » de Emmanuel de Waresquiel (Gallimard) – « Pastorale » de Aki Ollikainen (Héloïse d’Ormesson)

G04022L’Histoire : « De son vivant, personne n’a su exactement quels gens il voyait, quels livres il lisait, quels voyages il faisait. Il se dérobait d’instinct, usait sans cesse de diminutifs, d’acronymes, d’anagrammes, changeait de langue et de nom au point d’en avoir adopté plus de deux cents : Dominique, Mocenigo, Bombet, Cotonet, Esprit, William Crocodile, Choppier des Ilets, le comte de l’Espine, F. de Lagenevais et bien sûr Stendhal, dont il fait son nom de plume en 1817. Tous sont le même Henri Beyle multiplié à l’infini comme le serait l’image déformée d’Orson Welles dans la grande scène finale des miroirs de La Dame de Shanghai. La police de Fouché, le très efficace ministre de Napoléon, n’explique pas tout. Stendhal s’amuse. Il s’invente en facétieux, par jeu, par moquerie peut-être, par pudeur certainement. ‘Comment m’amuserai-je quand je serai vieux, si je laisse mourir la bougie qui éclaire la lanterne magique?« 

Dans « J’ai tant vu le soleil« , Emmanuel de Waresquiel, immense historien s’il en est, spécialiste de la Restauration et de l’Empire, directeur d’études à l’École pratique des hautes études, nous parle de Henri Beyle que nous connaissons tous sous son pseudonyme d’écrivain : Stendhal. Ce n’est pas une biographie mais plutôt une esquisse, une ébauche de la vie de l’écrivain, le tout avec le style sublime qui caractérise l’écriture de Waresquiel. Henri Beyle est né à Grenoble en 1783. Il fût très proche de sa mère, modèle d’affection et d’amour, jusqu’à ce que celle-ci ne meurt alors qu’il n’avait que sept ans. La Révolution arrive et le rejet du père se fait viscéral. Un père qui soutient le roi Louis XVI et qui hébergea de nombreux prêtres. Beyle, à l’inverse, se réjouit de la décapitation du roi, soutien la République. Son grand père maternel, épris des Lumières, fût un modèle pour le jeune Beyle. Puis survient l’Empire de Napoléon. Aidé de ses cousins Daru, il entre au ministère de la Guerre et rejoint l’Italie. A Milan, il tombe éperdument et silencieusement amoureux d’une femme magnifique, Angela Pietragrua, maîtresse du commissaire des guerres pour lequel il travaille. Pendant dix ans, il ne pourra l’oublier, lui qui était amoureux de l’amour, un jeune homme éternellement épris. Ils deviendront amants en septembre 1811. Il connut l’expérience douloureuse de la campagne de Russie de Napoléon dont Emmanuel de Waresquiel nous dit qu’elle fût traumatique pour cette génération au même titre que ceux qui connurent au siècle suivant la Grande Guerre. L’Empereur abdique en avril 1814. Henri Beyle rejoint l’Italie qu’il aime tant. Il y rencontre, en mars 1818, Métilde ou Matilde Viscontini Dembowski, son grand amour malheureux. En 1821, des troubles éclatent et il est expulsé d’Italie. Il rejoint Paris. L’historien nous dépeint alors avec délice son essor littéraire. En 1830, il publie « Le Rouge et le Noir » son chef d’œuvre. Il quitte la France après la Révolution de Juillet et rejoint en 1831, Civitavecchia, seul port des États Pontificaux, où Stendhal se plongea à corps perdu dans l’écriture à défaut d’aimer cette bourgade. N’oublions pas, Giulia Rinieri rencontré en 1830 et qu’il aima jusqu’en 1833, date où elle fût obligée de se marier avec un autre faute de pouvoir se marier avec Beyle. De 1836 à 1839, il obtient un congé de trois ans et retrouve la France. En 1839, paraît « La Chartreuse de Parme ». Emmanuel de Waresquiel nous emporte avec ce court récit abordant la vie de Henri Beyle. On y parle des grands amours de Stendhal, de sa passion pour l’Italie, de son œuvre, le tout entrecroisé d’anecdotes de l’auteur sur ce qui le fait aimer Stendhal. C’est enlevé, savoureux, réjouissant, le trait est vif, vous l’aurez compris j’ai adoré cet essai d’Emmanuel de Waresquiel sur Henri Beyle ou Stendhal. Ce dernier meurt en mars 1842 à Paris, d’un attaque d’apoplexie. Il est est inhumé au cimetière de Montmartre et l’épitaphe porte les mots suivants : « Arrigo Beyle Milanese Scrisse Amò Visse » « Henri Beyle. Milanais. Il écrivit, Il aima, Il vécut ».

Ma note: 5/5

Broché : 128 pages
Éditeur : Gallimard (12 mars 2020)
Collection : Blanche

20243048lpw-20243046-article-jpg_7052043_1250x625

9782350875408_large

L’Histoire : Dans la campagne finlandaise, un homme croise un loup à l’orée de la forêt. Le prédateur rôde autour du hameau, menaçant ses habitants et leur troupeau. Pourtant, c’est un soleil radieux qui ce matin illumine le bout de terre où Meri, Kaius, Vilho, Sirkka, Reino et les autres vont partager des instants volés, des souvenirs, des secrets, et parfois se bousculer. Alors que les corbeaux cancanent à l’abri des hauteurs, jaugeant les hommes et leurs faiblesses, la journée poursuit sa course, portant son lot de présages. A l’aube nouvelle, chacun sera transformé. Rythmé par les murmures de la nature souveraine et les chatoiements de la lumière, Pastorale est un conte cruel et poétique. Avec une épure remarquable, ce récit aux accents bibliques alterne entre mythe, scène champêtre et chronique familiale.

Aki Ollikainen est photographe professionnel et journaliste mais il s’est surtout fait un nom en tant qu’écrivain finlandais en publiant son premier roman « La Faim blanche » qui fût récompensé de nombreux prix. Il sera notamment sélectionné en 2016 pour le Man Booker International Prize. Son second roman « Pastorale » vient de sortir en mars aux éditions Héloïse d’Ormesson et il s’agit là d’un livre, pour le moins original, qui risque de diviser les lecteurs en deux camps irréconciliables. C’est en effet un roman délicat et sensible, un peu comme si l’auteur nous délivrait dans le creux de l’oreille un conte aux accents naturalistes évidents, une peinture de cette campagne finlandaise où l’on vit et l’on meurt sans que cela ne change les lois immuables qui régentent le monde animal, la flore, les forêts, les rivières et les lacs. Hymne panthéiste, célébration d’une nature et d’un mode de vie menacé plus que jamais aujourd’hui, on y découvre une Finlande où hommes et bêtes vivent et cohabitent, tout du moins dans cette campagne. On suit ainsi la pérégrination d’un brochet, puis celle d’une vipère tandis que les corbeaux cancanent et qu’un loup ni innocent, ni cruel, juste guidé par ses pulsions, ses instincts de prédateur s’en va dévorer des brebis. Au milieu de ces chapitres qui s’entrecroisent, trois générations d’une famille réunies dans la ferme pour une journée ou deux. On s’aime, on se bouscule, il y a les secrets, les moments d’intimité, le tout écrit dans un style sublime et très épuré. Le roman est très court, 160 pages seulement mais l’expérience de lecture est originale, à condition bien sûr d’apprécier la nature et les petits riens qui constituent la vie et la mort régnant sur le monde depuis toujours. Un roman contemplatif dans lequel il faut s’immerger et accepter de se laisser bercer par ce rythme lancinant.

Ma note: 4 /5

Broché : 160 pages
Éditeur : Héloïse d’Ormesson (16 janvier 2020)

Pastorale-Aki-Ollikainen-e1580297235510

(31 commentaires)

  1. Hello mon ami!
    Deux très belles lectures pour toi. Tu m’en vois ravie! J’apprécie te lire et suis contente que tu aies passé de bons moments de lecture!
    Cette fois-ci, je passe mon tour, je ne pense pas être forcément très cliente de ces deux ouvrages, cependant, je prends toujours le même plaisir à te lire! Gros bisous mon cher ami!

    Aimé par 2 personnes

  2. les 2 sont intéressants mais je note « J’ai tant vu le soleil » pour passer un peu de temps avec Stendhal, mon compatriote dauphinois 🙂
    peut-être que j’en profiterai pour lire « De l’Italie » qui est dans ma PAL depuis longtemps 🙂
    « Le rouge et le noir » : je l’emporte sur mon île déserte, par contre j’ai moins aimé « La Chartreuse de Parme » …
    Bon week-end prolongé 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Plus tenté par Stendhal pour ma part, et ton article invite à nous plonger dans la vie de l’écrivain qu’on ne connaît finalement qu’à travers son œuvre. L’époque est passionnante, entre Monarchie, République et Empire, des temps autrement plus troublés que le nôtre si on y regarde attentivement.

    Aimé par 1 personne

  4. Tu as raison, des deux livres présentés c’est celui sur Stendhal qui est, et de loin, le plus beau. « Le rouge et le noir » me rappelle mes études. Emmanuel de Waresquiel est un immense historien avec un style sublime. Ce weekend prolongé est un bonheur ! 🙂 Belle journée à toi Eve ☀️

    Aimé par 1 personne

  5. Coucou ma chère Gwen, merci beaucoup c’est très gentil ! je parlerais prochainement du Nicolas Leclerc « le manteau de neige » un livre qui a tout pour te plaire. Gros bisous de Bretagne pour mon amie Alsacienne, 😊☀️ Malzenn t’envoies ses doudous ensoleillés aujourd’hui encore ! 🐕

    Aimé par 1 personne

  6. Whaou, deux lecture pour le prix d’une, tu nous gattes toi dis moi !
    Je connais Emmanuel de Waresquiel surtout pour ces travaux historique, je me souvient d’une superbe biographie de Richelieu, mais c’était il y a 30 ans. Et celles plus récentes de Fouché, Talleyrand et il y a quelques année Marie-Antoinette. Mais là une bio de Stendhal, c’est plus étonnant, m^me si derrière l’homme de lettre se cachait un fervent critique de la politique de la monarchie de Juillet entre autre !
    Merci, Fred je vais regarder cela de plus près.

    Aimé par 1 personne

  7. Merci beaucoup Geneviève ! Je te rejoins, Emmanuel de Waresquiel a une plume incroyable. « Juger la reine » sur Marie Antoinette m’avais beaucoup plu. Il explique qu’en fait pour le livre sur Stendhal, c’est une sorte de « récréation » pour lui avant la parution d’un ouvrage sur la Révolution française. Stendhal a eu une vie on ne peut plus romanesque. C’est une période historique que j’aime beaucoup. C’est un essai qui se dévore. Bises bretonnes 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Encore Un Livre

Blog littéraire, chroniques Polar, Thriller, Roman Noir

Mumu dans le bocage

Jamais sans un livre

EmOtionS - Blog littéraire

Chroniques, interviews, salons, classements... Romans noirs, thrillers, polars, SF, fiction...

Collectif polar : chronique de nuit

Lectures noires, polar, coups de coeur, coup de gueule d'une simple bibliothécaire férue de littératures policières et de l'imaginaire

La Bouche à Oreilles

Bric à brac culturel

MaVoixAuChapitre

L’envie de partager mes lectures et de parler également des auto-édités

darkjeanblackshirtduskyshoes.wordpress.com/

Blog mode, beauté, mode de vie.

Mes Lectures du Dimanche

Le dimanche au coin du feu, je bouquine donc je suis...

Palette d'expressions-Laurence Délis

Ecriture et peinture - Le reflet de mon travail quotidien dans l’art.

*****Mon féerique blog littéraire!!!!!*****

Une trainée de poussiere de fée dans cet océan de livres

Un Livre Toujours

Un livre est un outil de liberté - Jean Guéhenno

vagabondageautourdesoi

Livre - Expo - Voyage

LIRE EST LE PROPRE DE L'HOMME

lire pour oublier voyager, moi et la sclérose en plaques

LE TOUR D'ECRAN

le cinéma partout et pour tous

Sin City

Romans - BD - Comics - Manga

News from Ibonoco

Moments de vie, fragments de textes et quelques notes...

lacavernedupolar.wordpress.com/

Le blog des passionnés de polars, romans noirs & thrillers

"Les livres d'Eve"

Je vais vous parler des livres que j'aime, de mes auteurs préférés, des trésors littéraires que je peux découvrir, de mes coups de cœur ou de mes déceptions.

Lire&vous

Partageons nos lectures...

livres d'un jour

Lire c'est bien, partager c'est mieux !

ma cuisine sans sulfites

des recettes sans gluten, sans laitages, sans additifs ni conservateurs!

LES LIVRES DE K79

Les lectures et les avis d'Anthony

LIRE ET COURIR

Du sport , de la lecture et un peu plus encore...

LE BOUQUIN IVRE

Ode aux mots, ode à l'imaginaire, évasion et émotion

L'essen-ciel

Naturopathe, yoga et philo enfants-ados

Le monde de SOlène, le blog

DU BONHEUR ET RIEN DAUTRE !

Ju lit les mots

Polars, thrillers, mais pas que...

Just a Story

« The diary of your heart »

Ma Lecturothèque

Résumés et chroniques de mes dernières lectures

Dans l’œil d'une flâneuse Bretonne

BREIZH ma bro, Bretagne mon pays..

Lettres exprès

Des choix de lectures autour du monde

%d blogueurs aiment cette page :