Netflix : « The OA » Saison 1 avec Brit Marling – « Mirage » avec Alvaro Morte – « Tu emmènerais qui sur une île déserte ? » avec Jaime Lorente et María Pedraza

Mon coup de cœur d’Avril 2019 sur NETFLIX :

202749.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxL’Histoire : Prairie Johnson, une jeune aveugle, réapparaît brusquement sept ans après avoir disparu de chez elle. A son retour, et alors qu’elle a recouvré la vue, elle s’identifie comme étant l’Ange Originel. Qu’a-t-il bien pu lui arriver ? C’est ce que vont tâcher de découvrir son entourage, la science et même le FBI.

« The OA » est une série Netflix avec aux manettes pour le scénario et la réalisation Zal Batmanglij et Brit Marling. Cette dernière est aussi l’actrice au cœur de cette histoire puisqu’elle joue Prairie, cette jeune femme, aveugle, revenue sept ans après sa disparition chez ses parents adoptifs. Elle a recouvré la vue.. Ne cherchez pas à tout comprendre ou saisir du scénario de « The OA » mais laissez vous guider, suivez le courant et retrouvez- vous transporté dans une série unique en son genre. « The OA » est une série intelligente, dense, tortueuse, j’oserais dire mystique, qui nous perds pour mieux nous retrouver. Le scénario est un peu dans la veine d’un Night Shyamalan des grands soirs. Mystérieux, incandescent, on s’interroge, on réfléchit, « The OA » parle d’Expérience de mort imminente, les fameux EMI. C’est une série et bien plus, une réflexion sur le sens de nos vies, sur la mort bien sûr mais pas seulement car il y est question de ce qui nous lie les uns aux autres, de l’amitié, de l’amour. On est déstabilisé, on a peur pour Prairie et ses ami(e)s, on s’émerveille devant le jeu des acteurs et actrices tous exceptionnel(le)s, on est bouleversé par une Brit Marling lumineuse, qui irradie de son doux visage et de ses cheveux blonds « The OA ». Pas de place pour l’ennui ici, les huit premiers épisodes de la saison 1 nous rendent addicts tant nous voulons découvrir la vérité. Mais là où le scénario est génial, c’est qu’à chaque fois que l’on pense approcher de cette vérité justement, et bien cette dernière nous échappe, où s’éparpille en divers ramifications ouvrant autant de perspectives nouvelles. C’est, et je pèse mes mots, la meilleure série vue par moi même sur Netflix ! Je n’ai plus qu’un conseil à vous donnez : jetez vous sur cette série si ce n’est déjà fait ! De mon côté, je retourne à mon binge-watching pour découvrir la saison 2 qui vient tout juste de sortir !

Ma note: 5/5.

0335034.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx0374033.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx0292915.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Autre sortie NETFLIX moins indispensable :

5210986.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxL’Histoire : Projetée dans le passé suite à une rupture du continuum de l’espace-temps, Vera sauve la vie d’un jeune garçon, mais perd alors sa propre fille. La retrouvera-t-elle ?

« Mirage » est un film NETFLIX signé du réalisateur espagnol Paulo Oriol. On retrouve au casting Alvaro Morte alias « le professeur » dans « la Casa de Papel » et l’actrice Adriana Ugarte. L’histoire est celle d’une mère qui en sauvant la vie d’un jeune garçon perd par la même occasion, à la suite d’une faille spatio-temporelle, sa vie d’avant et donc sa fille. On se laisse emporté par cette histoire et ces rebondissements même s’ils sont cousus de fil blanc. Qu’importe, je vous mets au défi de ne pas vouloir connaître le fin mot de l’histoire. L’ensemble souffre néanmoins d’un manque de profondeur et d’un jeu d’acteur pas totalement maîtrisé. Alvaro Morte n’est définitivement pas un grand acteur. Ici, il surjoue le mari indigné par les questionnements de sa femme.. alors qu’on devine dès le début de « Mirage » qu’il n’est pas très clair dans cette histoire. « Mirage » n’a pas la magie de « Dark » par exemple. Malgré tout, je n’ai pas regretté ce moment passé sur Netflix. Si vous cherchez un film sans prise de tête, plutôt bien joué, « Mirage » aura tout pour vous plaire. Ni désagréable, ni franchement transcendant..

Ma note: 3 /5.

0444283.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx0466159.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

 –Au rayon  déception sur NETFLIX :

3943822.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxL’Histoire : Alors qu’ils passent leur dernière soirée ensemble, quatre colocataires de longue date voient leur vie basculer suite à la révélation d’un secret.

Drôle d’expérience que celle du visionnage de « Tu emmènerais qui sur une île déserte ?« . Ce film est une énigme signée Netflix. J’ai bien compris l’intérêt marketing de réunir le couple star Jaime Lorente et María Pedraza. Réunir, l’acteur et l’actrice les plus en vu du moment, héros de la casa de Papel et Elite, sur le papier, on se dit que c’est une bonne idée. Malheureusement, il y a un grand MAIS.. Après une scène d’ouverture nous montrant les deux tourtereaux nus et allongés sur un lit, j’ai pressenti le malaise qui n’allait pas cesser de grandir tout au long de cet éprouvant visionnage. Il ne se passe rien et quand je dis rien c’est vraiment rien.. les dialogues sont insipides, les comédien(nes) sont en roue libre. La première heure est un sommet d’ennui. Mais attention, le meilleur survient dans la dernière demi-heure, avec une succession de séquences où c’est à qui criera ou pleurera le plus fort.. L’ensemble passe du tragique à la farce avec des numéros d’acteurs éculés, des situations ubuesques où l’on apprend par exemple que Jaime Lorente n’est pas amoureux de Maria Pedraza, mais de son colocataire au charisme aussi détonnant qu’un oursin. Qui peut croire une telle histoire ? C’est un sommet nanardesque qu’il faut regarder en débarrassant la table ou en passant l’aspirateur.. C’est, à mon sens, le film le plus mauvais vu sur Netflix depuis que j’y suis abonné. Il ne suffit pas de réunir Jaime et Maria pour faire un film. Ils sont beaux, ils sont talentueux, mais sans direction d’acteur, sans une histoire à raconter, il est plus que difficile de tenir 1h30mn. Un conseil et c’est Gandalf dans le Seigneur des Anneaux qui le dit : « Fuyez, pauvres fous! »

Ma note:  2/5.

1666770.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx1680833.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx