Littérature : « Le Lambeau » de Philippe Lançon (Charlie-Hebdo)


A19810L’Histoire :
Lambeau, subst. masc.
1. Morceau d’étoffe, de papier, de matière souple, déchiré ou arraché, détaché du tout ou y attenant en partie.
2. Par analogie : morceau de chair ou de peau arrachée volontairement ou accidentellement. Lambeau sanglant ; lambeaux de chair et de sang. Juan, désespéré, le mordit à la joue, déchira un lambeau de chair qui découvrait sa mâchoire (Borel, Champavert, 1833, p. 55).
3. Chirurgie : segment de parties molles conservées lors de l’amputation d’un membre pour recouvrir les parties osseuses et obtenir une cicatrice souple. Il ne restait plus après l’amputation qu’à rabattre le lambeau de chair sur la plaie, ainsi qu’une épaulette à plat (Zola, Débâcle, 1892, p. 338).

Mon profil sur Babelio.com

 

Rarement un ouvrage n’aura suscité chez moi une telle vague d’émotions. D’aussi loin que je m’en souvienne, il faut remonter à Philippe Forest et « l’enfant éternel » pour trouver trace d’un tel sentiment d’impuissance et de rage contenu contre le mal qui ronge là un enfant malade et là un homme, un journaliste, celui de Charlie Hebdo, Philippe Lançon, rescapé de l’attentat contre Charlie Hebdo le 7 janvier 2015. Par les mots, ceux dépeignant une angoisse et une souffrance indicible, Philippe Lançon nous fait plonger dans cet enfer qui sans prévenir s’est abattu sur les journalistes de Charlie Hebdo qui étaient réunis comme chaque semaine pour la conférence de rédaction. Ils parlaient de l’ouvrage de Michel Houellebecq « Soumission » avec la liberté de ton qui était la leur lorsque les frères K. entrèrent pour y semer la mort. N’attendez pas de Philippe Lançon cette injonction à la vengeance si chère à certains qui tentèrent de récupérer pour des visées électoralistes les instincts les plus sauvages, les plus vils de nous autres être humains. Non, ce livre n’est pas cela. J’y vois plutôt le combat d’un homme profondément seul, alors qu’il est entouré (tout le paradoxe est là), le combat d’un patient, d’un survivant pour retrouver, après avoir été défiguré par les balles des assassins, un visage, une vie qui il le sait ne sera plus jamais la même. Son corps est endolori et son âme l’est tout autant. Il livre une lutte sans concession pour vivre après ce cataclysme et se reconstruire physiquement et psychiquement. La description de l’attentat est glaçante lorsqu’ils parlent de « ces jambes noires qui après chaque déflagration crient Allah Akbar.. », en quelques secondes sa vie bascule pour toujours. Le récit s’intéresse ensuite à cette lente remontée vers la surface, vers la vie. Les souffrances, les douleurs que supportèrent cette homme nous amènent à réfléchir sur l’importance de cet événement qui nous a tous marqué profondément. Il y a eu un avant et un après Charlie Hebdo. Lançon est d’une sincérité, d’un courage qui force l’admiration. Avec la modestie qui le caractérise, il n’oublie pas ces compagnons d’infortune, ces patients qui dans les hôpitaux luttent contre la maladie tant physique que psychique car l’un a une résonnance sur l’autre et inversement. On est remué, bougé, on tangue et manque de perdre pied tant le récit nous amène à réfléchir sur les conséquences innombrables de cet attentat sur la vie de cet homme et de ses proches, de ses hommes de l’ombre qui l’ont protégé, du personnel de santé profondément dévoué. Sa lucidité face au mal qui le ronge est impressionnante. On est saisi par la qualité de l’écriture, la richesse des pensées, des raisonnements, des sensations qui l’habitent. Il parle aussi du lien transférentiel avec les différents thérapeutes, médecins, chirurgiens, infirmières, psychologues, psychiatres.. Un lien très fort qui unit patient et personnel soignant. Magnifiquement écrit, d’une profondeur de vue et d’une vérité désarmante et sans concession, je ne peux que vous recommander la lecture du « Lambeau » de Philippe Lançon. Une leçon de vie magistrale et un témoignage bouleversant où au milieu du chaos, de la souffrance et de la mort surgit, pâle et encore incertaine, hésitante, la petite flamme de la vie !

Ma note:5/5.

Broché: 512 pages
Editeur : Gallimard (12 avril 2018)
Collection : Blanche

Philippe-Lancon-2013-lattentat-2015-restera-lhopital_0_729_487

Publicités