Littérature : « Crime et Châtiment » de Dostoïevski


141314
L’Histoire :
A Saint-Pétersbourg, en 1865, Raskolnikov, un jeune noble sombre et altier, renfermé mais aussi généreux, a interrompu ses études faute d’argent. Endetté auprès de sa logeuse qui lui loue une étroite mansarde, il se sent écrasé par sa pauvreté. Mais il se croit aussi appelé à un grand avenir et, dédaigneux de la loi morale, se pense fondé à commettre un crime : ce qu’il va faire bientôt – de manière crapuleuse. Publié en huit livraisons par Le Messager russe au cours de l’année 1866, le roman de Dostoïevski montre en Raskolnikov un témoin de la misère, de l’alcoolisme et de la prostitution que l’auteur décrit sans voiles, un criminel aussi qui ne sait trop pourquoi il l’est devenu, tant les raisons qu’il s’invente pour agir sont contradictoires. Mais la tragédie n’exclut pas la vision d’une vie lumineuse, et le châtiment de son crime va lui permettre un long cheminement vers la vérité, et la renonciation à sa mélancolie brutale. Après quoi sera possible ce que l’épilogue annonce : l’initiation de Raskolnikov à une réalité nouvelle, le passage d’un monde à un autre monde.

« Crime et Châtiment » est une œuvre majeure et l’une des plus célèbres de Dostoïevski. Il a été publié en 1866. Se confronter à un tel livre c’est s’ouvrir les portes d’une connaissance plus approfondie des tréfonds de l’âme humaine, c’est également comprendre les ressorts et les conséquences psychiques, existentiels et physiques sur la personne de Raskolnikov suite au double meurtre commis par ce dernier. La question du salut, de la rédemption, du pardon, de la souffrance humaine et métaphysique est au cœur de ce livre d’une modernité étonnante. La description de l’état de déréliction de cette société russe, des différentes composantes qui s’y affrontent, de la misère crasse qui y règne, des errements propres à une nouvelle génération dont Raskalnikov fait partie, porteuse d’idéaux et de valeurs plus proches de Friedrich von Schiller que des penchants autoritaires du tsarisme en Russie, tout cela donne à voir la complexité de ces vies. La profondeur et la finesse psychologique des personnages dépeints par Dostoïevski sont saisissantes et apportent à l’ensemble une richesse à nulle autre pareil. Livre témoin de la folie des hommes, questionnement autour des notions de bien ou de mal, réflexion sur l’importance du pardon à l’heure où les noirceurs de l’âme humaine semblent ne jamais vouloir s’arrêter, confession d’un jeune homme sur son siècle matrice des grands crimes contre l’humanité qui se succéderont par la suite, « Crime et Châtiment » est un roman somme et visionnaire à lire absolument.

Ma note:5/5.

ca. 19th century --- Portrait of Russian novelist Feodor Dostoyevsky (1821-1881).  Undated photograph. --- Image by © Bettmann/CORBIS
starushka-i-raskolnikov

Raskolnikov

Publicités