Poésies et peintures du Dude : Hugo V. – Aivazovsky I. – Baudelaire C.

J’ai choisi pour cette note le thème de la mer, cet élément qui m’est si cher. Qui mieux que Victor Hugo (1802-1885) ou encore Charles Baudelaire pour nous parler en vers de cette dernière. J’ai voulu également profiter de l’occasion pour vous faire découvrir un peintre arménien méconnu Ivan Aivazovsky (1817-1900), qui est l’un des plus talentueux et prolifique artiste de la mer du XIXème siècle.


Un jour je vis, debout au bord des flots mouvants

Un jour je vis, debout au bord des flots mouvants,
Passer, gonflant ses voiles,
Un rapide navire enveloppé de vents,
De vagues et d’étoiles ;

Et j’entendis, penché sur l’abîme des cieux,
Que l’autre abîme touche,
Me parler à l’oreille une voix dont mes yeux
Ne voyaient pas la bouche :

« Poète, tu fais bien ! Poète au triste front,
Tu rêves près des ondes,
Et tu tires des mers bien des choses qui sont
Sous les vagues profondes !

La mer, c’est le Seigneur, que, misère ou bonheur,
Tout destin montre et nomme ;
Le vent, c’est le Seigneur ; l’astre, c’est le Seigneur ;
Le navire, c’est l’homme. »

 


L’homme et la mer

Homme libre, toujours tu chériras la mer !
La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa lame,
Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer.

Tu te plais à plonger au sein de ton image ;
Tu l’embrasses des yeux et des bras, et ton cœur
Se distrait quelquefois de sa propre rumeur
Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.

Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets :
Homme, nul n’a sondé le fond de tes abîmes ;
Ô mer, nul ne connaît tes richesses intimes,
Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !

Et cependant voilà des siècles innombrables
Que vous vous combattez sans pitié ni remord,
Tellement vous aimez le carnage et la mort,

Ô lutteurs éternels, ô frères implacables !



Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Publicités