Livres du Dude : « Soie » Baricco – « Faust I » Goethe


Peinture Japon


« (…) Il eut mal d’entendre Hervé Joncour dire doucement « Je n’ai même jamais entendu sa voix » et un instant
plus tard : c’est une souffrance étrange. Doucement : mourir de nostalgie pour quelque chose que tu ne vivras jamais. »

« Soie » Alessandro Baricco

Soie



Faust

Prologue sur le théâtre : (Le poète s’adressant au bouffon)
« Rends-moi donc ces désirs qui fatiguaient ma vie,
ces chagrins déchirants, mais qu’à présent j’envie,
Ma jeunesse !… en un mot sache en moi ranimer
La force de haïr et le pouvoir d’aimer ! « 

(Faust) « Deux âmes, hélas ! se partagent mon sein, et chacune d’elles veut se séparer de l’autre : l’une ardente d’amour, s’attache au monde par le moyen des organes du corps; un mouvement surnaturel entraîne l’autre loin des ténèbres, vers les hautes demeures de nos aïeux ! « 

(Le Choeur) « Hélas ! il a l’amour au corps ! « 

(Marguerite) « Le repos m’a fuie ! …hélas ! la paix de mon cœur malade, je ne la trouve plus, et plus jamais !  »

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Publicités