LITTERATURE ET HISTOIRE

Littérature américaine : «American Rust» de Philipp Meyer (Albin-Michel et sa collection « Terres d’Amérique »)

L’histoire : Une petite ville de Pennsylvanie, jadis haut lieu de la sidérurgie, désormais à l’agonie. Isaac, vingt ans, est désormais seul pour s’occuper de son père invalide, sans pour autant renoncer à son rêve d’étudier à Berkeley. Avec l’aide de son meilleur ami Billy, ancienne star de l’équipe de football locale, il se décide à prendre la route, direction la Californie. Mais un mauvais hasard, et le drame qui s’ensuit, va faire voler en éclats leur fragile avenir.

Je remercie chaleureusement, pour cette lecture, les Éditions Albin-Michel et leur formidable collection Terres d’Amérique

Mon Avis :

Note : 5 sur 5.

David Joy, Taylor Brown, Michael Christie, Willy Vlautin, peuvent être considérés comme quelques uns des nombreux auteurs de cette génération influencés par l’univers, le style d’écriture, la maestria d’un Philipp Meyer dont le livre emblématique « Le Fils » fût publié quatre ans plus tard que le sublime et culte « American Rust » paru en 2010. « American Rust » ou « Un arrière-goût de rouille » qui était le titre français utilisé lors de sa première parution. Aujourd’hui, Albin Michel et sa formidable collection Terres d’Amérique dirigé par Francis Geffard, ont eu l’excellente idée de rééditer dans une traduction révisée signée Sarah Gurcel, ce roman majeur de la littérature américaine contemporaine. Philipp Meyer dépeint dans American Rust un terreau social délite, une société en déliquescence, sa violence envers les plus fragiles, cette cruauté de la société Nord Américaine telle qu’elle se dessinait déjà il y a dix ans. Une Amérique qui allait accoucher, quelques années plus tard, d’un certain Donald Trump. Un roman sombre, d’une rare intensité ponctuée de scènes déchirantes comme autant de cris du cœur du peuple des oubliés, cette Amérique qu’on ne voit pas ou peu dans les médias. « Un arrière-goût de rouille » évoque cette petite ville de Pennsylvanie dévastée par la crise de la sidérurgie, des délocalisations laissant, derrière elle, chômage, désespoir, alcool, drogue, violence. Ces grandes usines vidées et abandonnées telles des vaisseaux fantômes, épaves d’un temps révolu, avant les délocalisations, où Pennsylvanie rimait avec prospérité. C’est dans ce cadre là que se déroule ce drame. L’histoire se dessine telle une tragédie dans l’Amérique contemporaine en plus d’être une description d’une rare acuité sur l’état de déliquescence du système américain, la fin du rêve en quelque sorte et ce cruel retour sur terre des citoyens les plus modestes autrefois membre de la classe moyenne et qui à présent luttent pour leur survie. L’histoire nous dépeint donc le sort réservé, par le poids du destin et de la fatalité qui s’abattent sur Isaac et Billy Poe. Ils rêvent de Californie et sont paumés dans une vie qui ne les a pas épargné. Isaac s’occupe seul de son père invalide. Il rêve de l’université de Berkeley. Dans son esprit, émigrer vers la Californie est sa seule chance de briser les lourdes chaînes du destin. Pour Billy Poe, le sort n’a pas été plus clément. Grace, sa mère l’aime beaucoup mais elle ne peut combler les failles laissées par un père absent, se contentant de courir toutes les femmes de la région. Pour Isaac et Lee sa sœur parti vivre loin de cette ville, il faut vivre avec cette idée que leur mère s’est bel et bien suicidée. Un roman social, engagé qui nous amène à changer notre regard sur ces gamins paumés. Poe était une star de l’équipe locale mais le sort, là encore ne fût pas clément avec lui. La Californie représente cet eldorado, ce petit coin de paradis où nos deux amis pourraient ouvrir un nouveau chapitre de leur vie. Malheureusement, un soir, sur leur chemin, un drame qui va bouleverser leurs vies. Harris le chef policier de cette petite ville connaît très bien Isaac et Billy Poe, mais cette fois-ci, il s’agit de quelque chose de beaucoup plus grave. La loyauté, la rédemption, le sentiment de culpabilité, sont autant de thèmes forts de ce roman. C’est un roman magnifiquement écrit, une histoire qui serre le cœur, un drame en plusieurs actes. Le constat de Philipp Meyer sur la société américaine est toujours valable dix après sa parution. Je vous recommande ce sublime roman d’un immense auteur Nord Américain : Philipp Meyer. « American Rust » est paru en novembre, c’est une réédition qui devrait marquer les esprits des lecteurs et des lectrices.

(51 commentaires)

  1. Merci à toi chère Cat, très bonne question, en fait j’achète des bibliothèques qui me permettent d’utiliser le moindre espace vide à l’appartement. C’est vrai que je suis souvent obligé de faire des tris dans mes livres. J’en donne, j’en vends quelques uns sur Rakuten. En un peu plus de trois ans avec Babelio et les partenariats que j’ai, ma collection à sacrément augmenté ! Je te souhaite une belle journée Cat, Bisous bretons pour le Sud 😊🌞

    J’aime

  2. Ouh la la, allez hop dans ma PAL !! Je ne connaissais cet auteur que de nom. J’ai délaissé la littérature américaine (c’est mal !) pendant un moment, pour mieux y revenir et encore plus avec tes chroniques qui donnent envie. Merci 😊
    Je viens d’attaquer « Mécanique de la chute » de Seth Greenland mais la prochaine lecture sera « American Rust » 😉
    Bises lyonnaises à mon ami breton 😃

    Aimé par 3 personnes

  3. Merci beaucoup ! non ce n’est pas mal ^^😅😉 Tu sais que j’ai eu une période où j’en lisais moins mais depuis trois ans, je me régale avec cette collection Terres d’Amérique chez Albin Michel ! Je suis heureux de t’avoir donné l’envie de lire ce roman.
    Je viens d’aller voir sur Babelio le Seth Greenland « Mécanique de la chute » 700 pages📚 mais ça a l’air passionnant. Tu as bon goût 😉
    Bises bretonnes à mon amie lyonnaise 😀🌞

    Aimé par 1 personne

  4. ta critique est très convaincante !!! et dire que je n’ai toujours pas lu « Le fils » (et aucune excuse je l’ai acheté mais je ne dirai pas quand!!!!)
    la série est sur canal + en ce moment, il faut que je la regarde en différé via mycanal !!!
    motivation un peu en berne ces jours-ci et le froid, le brouillard, cela n’aide pas 🙂

    Aimé par 2 personnes

  5. Je l’ai lu il y a quelques années, lorsqu’on parlait beaucoup du Fils. J’avais aimé mais peu de souvenirs. Ce qui fait que je regarde avec plaisir (je n’ai pas fini) la série qui en a été tirée, et qui n’est pas mal du tout.

    Aimé par 2 personnes

  6. Bonsoir Frédéric, comment vas tu ? 😊
    Je ne connaissais pas cet auteur mais ces textes semblent emprunts d’émotions fortes. Des villages industriels ou miniers abandonnés, il y en a beaucoup dans certains états américains. Et pourtant beaucoup de familles se sont construites sur ces terres, avant de devoir tout recréer ailleurs. Ce roman semble très intéressant, merci pour cette découverte 😊
    Passes une belle soirée ! ❄️

    Aimé par 2 personnes

  7. Coucou Ludivine, je suis en pleins préparatifs de Noël 🎄 🎅, je fais les paquets cadeaux. J’adore ces moments de l’Avent !
    C’est très juste. L’auteur décrit une bien triste réalité. C’est très bien écrit en plus. Toujours un plaisir d’échanger avec toi Ludivine. Je te souhaite une belle journée 😊☃️❄

    Aimé par 1 personne

  8. Coucou mon cher Frédéric 😀. J’espère que tu vas bien. Moi, ça va bien.
    Concernant ce roman dont tu nous parles « American Rust » et étant donné que j’aime les ouvrages historiques, je pense que j’apprécierai très certainement de lire ce livre.
    Actuellement, je regarde pas mal de films et je lis un peu moins mais je note ce roman pour plus tard…
    Bientôt Noël qui approche à grands pas, c’est sûr que ce sera différent des Noël d’autrefois quand le satané Covid n’existait pas… Mais bon, il faudra bien faire avec…
    Je te souhaite de très belles fêtes de Noël en famille 🥳🎁🎄. Gros bisous à toi et à très bientôt mon cher Frédéric 😀

    Aimé par 1 personne

  9. Coucou Frédéric, bon préparatifs alors 😊 C’est plein de magie cette période de fin d’année, c’est beau et ça fait du bien ! 🎄✨ mais je dois t’avouer qu’en travaillant dans le commerce, je ne suis pas mécontente quand les fêtes sont passées, c’est fatiguant. Mais c’est une bonne fatigue ! 🤭
    Merci a toi pour ces partages Frédéric, et pour cette belle chronique encore une fois 😊 Belle journée, et bon week end ✨❄️

    Aimé par 1 personne

  10. Coucou ma chère Cécile, j’ai vu que tu avais publié de nouveaux textes sur ton beau blog. J’irais découvrir ça avec un immense plaisir ! 😊
    Pareil, l’hiver j’aime bien regarder des films ou des séries au chaud. Totalement d’accord avec toi, le Covid a changé nos vies mais l’esprit de Noël 🎄 🎅 demeurera malgré ces écueils. Il le faut même si ce n’est pas toujours évident. Je te souhaite de très belles fêtes de Noël 🥳❄🎄☃️ Profite bien en famille. Gros bisous et à très vite chère Cécile ! 😊👋

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :