LITTERATURE ET HISTOIRE

Littérature irlandaise : « Par une mer basse et tranquille » de Donal Ryan (Albin-Michel)

Ma Note :

Note : 4.5 sur 5.

Je remercie chaleureusement les Éditions Albin-Michel pour cette lecture et leur confiance !

Donal Ryan est devenu, suite à son tout premier roman « Le Cœur qui tourne » paru chez Albin Michel en 2015, un des auteurs irlandais les plus incontournable. Chacun de ses livres est attendu, impatiemment, par de très nombreux lecteurs. Celui-ci, « Par une mer basse et tranquille » ne déroge pas à cette règle et il vient tout juste de paraître aux Editions Albin Michel. C’est un évènement littéraire parce que des auteurs de la trempe de Donal Ryan on n’en compte, finalement, pas énormément. Parlons de la forme tout d’abord, l’écriture est ciselée, profonde, délicate et sensible. On est, dès les premières pages, emporté par le souffle et le soin apporté au récit. Donal Ryan interroge les méandres des vies, leur sinuosité, la condition d’homme ployant sous le fardeau, le poids, de la destinée, de la fatalité. Trois destins, trois chemins appelés à se croiser de façon impromptu ou, bien au contraire, qui suivent un fil d’Ariane soufflé par Dieu si l’on est croyant. Donal Ryan nous laisse libre de supposer, de penser ce que l’on veut. Il suit un schéma narratif très limpide. Trois hommes, trois parties dans un même roman avec en plus un épilogue qui donne son sens à l’ensemble. L’auteur s’intéresse en premier lieu, à Farouk, médecin syrien contraint de quitter son pays à l’arrivée de Daech. Il a une épouse, Martha, biologiste et une fille, Amina. La crucifixion d’un jeune homme et autres atrocités qui sont la marque de fabrique du système totalitaire de Daech, tous ces éléments lui font prendre conscience que lui et sa famille ne sont plus en sécurité en Syrie. Donal Ryan décrit dans des pages poignantes le départ de Farouk et sa famille, dans un bateau de fortune, afin de rejoindre l’Europe. La souffrance de la guerre, de la violence aveugle de Daech, d’un pays qu’il ne reconnaît plus. Que va t’il advenir de Farouk et de sa famille ? Vont-ils pouvoir rejoindre l’Irlande ? C’est incontestablement, la partie du livre que j’ai préféré. Elle est sublime et d’une rare sensibilité, humanité. En second lieu, nous retrouvons Lampy, il vit en Irlande avec sa mère et son grand père goguenard surnommé Pop. Lampy a vingt trois ans et ignore qui est son père. Il travaille dans une maison de retraite. Son cœur est brisé le jour où Chloé, sa petite amie, part étudier à Dublin. Chloé est d’un milieu beaucoup plus aisé que le sien et Lampy n’a pas de diplôme, autant d’éléments qui poussent Chloé à partir. Cette seconde partie est plus cocasse, avec davantage d’humour, du fait du personnage très attachant du grand père, et toujours ce regard empreint d’humanité. Lampy veut tout plaquer, comment se reconstruire après une rupture ? Enfin, dans une troisième partie, nous rencontrons John qui sentant la mort approcher, souhaite obtenir la rédemption après sa vie passée à faire le mal. John a perdu son frère aîné, très jeune. Ce frère était le préféré de ses parents et John n’était que le pâle reflet de la réussite insolente de son aîné à l’école et en sport. Son père était un grand propriétaire terrien. Le jour de la mort de son frère, son père brûle tous les symboles chrétiens de la maison. Là encore, il est question de bâtir une vie, sans avoir eu l’amour et l’attention suffisante, pour être heureux. Alors, le mal apparaît être une voie comme une autre, un choix par défaut. Que serait-il advenu de John s’il avait été aimé ? Vous l’aurez compris, il s’agit de trois hommes à la croisée de leurs destins, trois parcours singulier mais qui vont converger. Comment ? Je vous en laisse la saveur intacte et nulle volonté de ma part de dévoiler davantage d’éléments du récit. C’est un beau roman, très bien écrit, sensible et humaniste, questionnant le champ des possibles de nos vies. C’est incontestablement un roman à découvrir. « Par une mer basse et tranquille », s’est publié chez Albin Michel et s’est signé par l’écrivain irlandais Donal Ryan.

Édition brochée
21.90 €

31 Mars 2021
140mm x 205mm
256 pages
EAN13 : 9782226444271

(27 commentaires)

  1. Oh , c’est sombre ! Mais comme toujours, l’enthousiasme est là pour nous inciter ! Magnifique… Néanmoins, je sors du dernier Hervé Le Corre et j’ai besoin de légèreté. Mais je note ce romancier que je ne connais pas ! Bonne continuation 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Bonsoir Frédéric, ce livre a l’air tellement touchant et intense en émotions. Trois destins, tous liés dans la douleur sous plusieurs formes… Ça donne envie d’endécouvrir plus et de savoir ce qu’il adviendra d’eux. Merci pour cette chronique ! Bonne soirée 😊

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :