LITTERATURE ET HISTOIRE

Littérature : « Le Vallon des Lucioles » de Isla Morley (aux éditions du Seuil)

L’Histoire : 1937, Kentucky. Clay Havens et Ulys Massey, deux jeunes photographe et journaliste, sont envoyés dans le cadre du New Deal réaliser un reportage sur un coin reculé des Appalaches. Dès leur arrivée, les habitants du village les mettent en garde sur une étrange famille qui vit au cœur de la forêt. Il n’en faut pas plus pour qu’ils partent à leur rencontre, dans l’espoir de trouver un sujet passionnant. Ce qu’ils découvrent va transformer à jamais la vie de Clay et stupéfier le pays entier. À travers l’objectif de son appareil, se dévoile une jeune femme splendide, Jubilee Buford, dont la peau teintée d’un bleu prononcé le fascine et le bouleverse.

Ma note :

Note : 4.5 sur 5.

Je remercie chaleureusement les Éditions Du Seuil ainsi que Babelio pour cette lecture et leur confiance !

« Le Vallon des Lucioles » est le tout premier roman à paraître en France, aux éditions Du Seuil, de l’auteure Isla Morley. Elle vit aujourd’hui aux Etats-Unis. Si je devais oser une comparaison littéraire avec un autre livre, je vous citerais volontiers le formidable « Là où chantent les écrevisses » de Delia Owens paru, toujours aux éditions Du Seuil, l’an dernier. Isla Morley signe un roman envoûtant dans la lignée de Delia Owens mais avec, bien évidemment, ses propres qualités d’écriture. C’est un roman qui prend de l’ampleur au fur et à mesure que le récit se déploie. Une histoire, je dirais un hymne à la sensibilité , à la différence et une belle critique du racisme. C’est à la fois lumineux et mélancolique, même dramatique. A l’image de sa couverture et de son titre si poétique, on se glisse tout de suite dans la peau des deux êtres solaires qui seront au cœur d’une histoire d’amour inoubliable. « Le Vallon des Lucioles » nous projette à deux époques différentes : en mai 1937 et en septembre 1972. En septembre 1972 justement, Clayton Havens soigne des animaux blessés. C’est un vieil homme qui n’aime pas être importuné, dans sa propriété à l’écart de la petite ville où il vit. Mais voici qu’un jeune homme se présente en voiture et souhaite questionner Clayton Havens sur une femme qui s’appelait Jubilee Buford. Havens est en colère, qui est-il pour fouiller ainsi le passé ? Mais c’est plus fort que lui, ses souvenirs le ramènent en mai 1937 dans le Kentucky. Clay Havens et son ami Ulys Massey sont alors deux jeunes photographe et journaliste qui sont envoyés pour vanter le New Deal et réaliser un reportage sur un endroit reculé des Appalaches. Ils arrivent ainsi dans la petite ville de Chance, ravagée par la crise économique. Chose curieuse, tous leur déconseillent d’aller au vallon des lucioles où vivent les « ratons bleus » comme certains les appellent méchamment. Clayton et Massey, décident, malgré tout, de s’y rendre en empruntant un chemin qui les mènent en pleine forêt. Soudain, ils s’arrêtent stupéfaits : une jeune fille est là près d’un point d’eau, elle est magnifique et elle a la peau bleu. Elle s’appelle Jubilee Buford. Dès qu’elle aperçoit les deux étrangers, elle s’enfuit et les sème emmenant, sans le vouloir, Havens, dans un endroit dangereux, où il est piqué par un serpent. Gravement touché à la jambe, il se réveille le lendemain chez Del et Gladden Buford, les parents de Jubilee. Il y a aussi sa petite sœur Willow May et le frère aîné de Jubilee, Levi. Levi et Jubilee sont les seuls à avoir la peau bleu. Ils sont l’objet du courroux et du rejet du révérend Tuttle et maire de Chance ainsi que d’une bonne partie de la ville. Ronny, fils aîné du révérend Tuttle est particulièrement haineux et raciste. Il saccage régulièrement les cultures de Buford sans que le shérif local ne lève le petit doigt. En 1899, une épidémie fait succomber un tiers de la population de Chance. On fait courir la rumeur que c’était la faute des bleus, ancêtres des Buford. Depuis, ils vivent reclus au vallon des lucioles, cet endroit sauvage et mystérieux. Les chapitres alternent entre le regard de Jubilee et celui de Havens. Dès leurs premiers regards échangés, Jubilee et Clayton sont irrésistiblement attirés l’un envers l’autre. Leur apprivoisement mutuel est très romantique, beau. Mais Massey veut faire un article et prendre des photos de Jubilee pour faire la une des magazines et journaux. Au loin, les rumeurs abondent. On aurait vu Levi et Sarah ensemble. Sarah est la fille du révérend Tuttle et la sœur de Ronny. La haine de ce dernier et sa jalousie grandissent. Jusqu’au drame.. Un récit enivrant sur l’émancipation, la résilience, l’amour, le rejet de l’autre, la haine aveugle, les préjugés sur la couleur de peau. Difficile de ne pas succomber à cette histoire, véritable page turner qui va vous tenir en haleine jusqu’au dénouement final. Qui est ce jeune homme visitant Clayton en 1972 ? Jubilee et Havens pourront-ils s’aimer librement ? La folie et la haine des hommes sont sans limite. Mais il y a aussi l’amour qui renverse les montagnes. Profondément émouvant, parlant de tolérance avec une grande justesse, je vous recommande « Le Vallon des lucioles » de Isla Morley, aux éditions Du Seuil, à paraitre le 4 mars dans toutes les bonnes librairies. Un roman qui agit tel un baume sur les cœurs endoloris.

Littérature étrangère
Romans
Date de parution 04/03/2021
21.50 € TTC
480 pages
EAN 9782021455397

(38 commentaires)

  1. Coucou Cat, oui une jolie histoire d’amour (mais pas que..) qui fait du bien au cœur. Ah la bibliothèque à l’appartement, je suis obligé de me séparer, parfois ,de certains livres pour faire un peu de place car tout est pleins😉. Je crois que je vais être obligé d’investir dans un nouveau meuble ! 😅 Merci à toi Cat, Bisous bretons pour le Sud et un beau weekend avec du soleil 😊

    J'aime

  2. « Un roman qui agit tel un baume sur les cœurs endoloris. » je retiens cette très jolie formule qui clot merveilleusement ton article. Ce vallon ressemble tout de même à bien des égards à un tombeau, comme bien de ces villes reculées de l’Amerique. Des endroits fascinants ou on aime se perdre en films ou en littérature.
    Merci du conseil Frédéric.

    Aimé par 1 personne

  3. Merci pour ce bel article Frédéric ! Ce résumé est bien mystérieux, ça fait très envie ! Très joli titre et belle couverture qui plus est ! En plus, si c’est similaire à Là où chantent les écrevisses, c’est d’autant plus alléchant ! Je vais vite commander ce livre pour ma médiathèque ! Passe une bonne soirée Frédéric, et à très bientôt ! 😊☀️

    Aimé par 1 personne

  4. Merci beaucoup Emilie ! ah oui vraiment c’est un énorme coup de cœur dans la lignée de « Là où chantent les écrevisses ». Je pense que tu aimeras. Tu me diras. C’est aussi réussi. Une très bonne idée que celle de le commander pour ta médiathèque. Je te souhaite une belle journée Emilie 😊☀️☀️

    Aimé par 1 personne

  5. Bonjour à toutes et à tous! Juste pour info: je viens de faire paraitre, en janvier, un roman intitulé « Bleu », dont le point de départ est le même fait divers… Le traitement en est assez différent. J’ai situé l’action en France (le fait divers n’a été pour moi qu’un point d’inspiration), dans un village au tout début du vingtième siècle. Plusieurs chroniqueuses et chroniqueurs ont déjà critiqué les deux romans (sur Babelio notamment). Si vous voulez en savoir plus…
    Touts les informations sur ce site: https://www.editions-vendeursdemots.com/
    Bonne journée

    Aimé par 1 personne

  6. Bonjour Frédéric ! Je viens de terminer ce très beau roman, qui fut très agréable à lire. Beaucoup de poésie dans cette histoire d’amour impossible, beaucoup de grâce dans ce lieu isolé où la nature domine. J’ai vraiment apprécié les moments suspendus entre les deux protagonistes (le passage avec les renards est superbe), et toutes les réflexions autour de la photographie, qui peut être à le fois captation de l’âme humaine et mensonge, qui peut faire naître le scandale ou faire subsister les souvenirs. Oui, il y a des défauts dans ce livre – beaucoup de bons sentiments, un peu trop de manichéisme -, mais ça se dévore avec délectation et ça fait du bien à nos petits coeurs. Merci beaucoup pour ce conseil Frédéric, les abonnés de ma médiathèque vont, je l’espère, se régaler avec ce joli roman !
    Je te souhaite une très bonne soirée et à très bientôt Frédéric ! 😊

    Aimé par 1 personne

  7. Bonjour Emilie ! Je suis très heureux de voir que tu as beaucoup apprécié ce roman. Il nous emporte ce livre et il fait du bien à l’âme. Je te rejoins totalement, il faut se laisser porter par cette histoire d’amour impossible sur fond d’acceptation de la différence de couleur de peau. C’est une belle métaphore sur ce que nous vivons avec le mouvement « black live matter », comment aller au delà des préjugés et aimer l’autre tel qu’il est. J’aime beaucoup ce que tu dis sur la photographie. Un élément très important de ce roman. Je suis certain que ce livre plaira à un large public de ta médiathèque car nous avons besoin de ces livres qui font du bien à nos petits cœurs. Merci beaucoup pour ton message. Je te souhaite une très belle soirée et te dis @très vite Emilie ! 😊🌞

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :