LITTERATURE ET HISTOIRE

Rentrée littéraire 2021 : « Devenir quelqu’un » de Willy Vlautin (Albin-Michel et sa collection « Terres d’Amérique »)

L’Histoire : A vingt et un ans, Horace Hopper ne connaît du monde et de la vie que le ranch du Nevada où il travaille pour les Reese, un couple âgé devenu une famille de substitution pour lui. Abandonné très tôt par ses parents, il se sent écartelé entre ses origines indiennes et blanches.
Secrètement passionné de boxe, Horace se rêve en champion, sous le nom d’Hector Hidalgo, puisque tout le monde le prend pour un Mexicain… Du jour au lendemain, il largue les amarres et prend la direction du sud, vers sa terre promise. Saura-t-il faire face à la solitude du ring et au cynisme de ceux qu’il croisera en chemin ? Peut-on à ce point croire en sa bonne étoile, au risque de tout perdre ?

Je remercie chaleureusement les Éditions Albin-Michel et sa collection « Terres d’Amérique » pour cette lecture et leur confiance !

Ma note :

Note : 5 sur 5.

Avec « Devenir quelqu’un » Willy Vlautin signe son cinquième roman, tous paru chez Albin-Michel dans la collection « Terre d’Amérique« . Et quel roman ! J’ai lu peu de livres aussi beaux sur la boxe et sur tout ce qui gravite autour de ce sport. L’envers du décor de la boxe. Horace Hopper le note dès son réveil, dans un vieux cahier qui lui sert de journal : « Je veux devenir quelqu’un ». C’est son obsession, le but qu’il s’est fixé dans la vie, sa vie. Horace a vingt et un ans, il mesure un mètre soixante dix et pèse cinquante sept kilos. Il a des origines irlandaises et indien paiute. Il est écartelé entre ces deux cultures blanche et indienne. Il s’est fait tatouer le biceps gauche avec les inscriptions suivantes : « Slayer » (tueur) écrit à l’encre rouge, « Hell Await » (l’Enfer attend » à l’encre noire et un crâne cornu, couleur charbon aux yeux écarlates. Car Horace est passionné de boxe et ne rêve que de devenir champion de ce sport. Il souhaite même devenir Mexicain parce que ceux sont, selon lui, les meilleurs boxeurs, les plus courageux. Son short de boxeur porte l’inscription « Hidalgo » avec une petite mitraillette de chaque côté du nom. Horace a été abandonné par ses parents qui ne s’en sont jamais occupé après leur divorce. Il vit dans un ranch du Nevada avec Mr et Mrs Reese, un couple âgé et sa famille de cœur. Le départ prochain d’Horace angoisse Mr et Mrs Reese. Ils le considèrent comme leur fils. On ressent beaucoup d’amour de la part d’Eldon et de Louise pour Horace. Ce dernier a permis de sauver Mrs Reese de la dépression dont elle souffrait lorsque ses enfants ont quitté le ranch pour vivre leur vie. Pour le dissuader de partir, Eldon propose même à Horace de reprendre le ranch où ils élèvent des moutons, du bétail avec leurs chevaux, et leurs chiens. C’est une grande preuve de confiance et d’amour. Mais dans la tête d’Horace, tout est clair, il sera champion de boxe. Son sang irlandais et indien lui fait honte et il souhaite s’inventer une nouvelle vie. Est-ce un mirage comme ce que l’on vit lorsque dans sa jeune vie tout est encore possible ? Eldon craint qu’il ne connaisse le même sort que lors de son premier combat au tournoi de Golden Gloves du Nevada à Las Vegas. Horace avait été défait. Ce souvenir hante le jeune homme. Horace paniquait quand il était sous pression. Mais il était décidé et Horace partit donc à Tucson en Arizona. Là-bas, il connaît la solitude des grandes métropoles. Il trouve un travail, il s’entraîne dur et s’invente un nom mexicain : il se fait appeler « Hector Hidalgo » et il fait appel à un entraîneur, Ruiz. Il remporte son premier combat et le tournoi mais il a toujours le trac et sa nervosité est palpable. Willy Vlautin dresse les portraits des rencontres que fait Horace ou « Hector Hidalgo ». Beaucoup de tendresse, d’humanité, d’émotions dans ce roman puissamment évocateur du monde de la boxe. Horace a un grand cœur. Il rencontre des paumés de la société américaine, descend dans des hôtels miteux avant les combats. Il gagne mais encaisse beaucoup trop de coups. Willy Vlautin alterne entre des chapitres sur la vie au ranch et d’autres sur le parcours de boxeur d’Horace. Ce dernier fait des combats au Mexique et découvre la misère des quartiers chauds. Il y a aussi beaucoup de tendresse et d’amour entre Eldon et Louise au ranch. Horace leur manque. Ce dernier a du courage et l’inconscience de son âge. Une histoire criante de vérité, sensible et déchirante comme un cri dans la nuit, celui d’un appel à l’aide. On achève « Devenir quelqu’un », la gorge nouée avec le sentiment d’avoir vécu une expérience de lecture inoubliable. Le style d’écriture est remarquable. C’est sombre et dans un même temps c’est la vie telle qu’elle est, avec ses aspérités, sa beauté et ses ravins où l’on s’effondre pour ne plus se relever. « Devenir quelqu’un » de Willy Vlautin est mon coup de cœur absolu de ce début d’année. D’une beauté cinématographique que ne renierait pas un certain Clint Eastwood. Publié chez Albin-Michel dans la très belle collection « Terres d’Amérique ». « Devenir quelqu’un » de Willy Vlautin c’est le roman à ne pas manquer en cette rentrée littéraire.

Édition brochée
21.90 €

3 Février 2021
140mm x 205mm
304 pages
EAN13 : 9782226401984

(37 commentaires)

  1. Tu as raison, les PAL s’allongent démesurément😉 Le roman de Willy Vlautin est mon préféré😍 des livres lus depuis le début de l’année. Un récit très touchant, magnifiquement écrit. On est gâté avec tous ces beaux romans, thrillers etc.. 😊

    J'aime

  2. Le monde de la boxe a inspiré quelques beaux films et livres, surtout américains, et celui-ci a l’air également très intéressant !
    Merci de cette chronique Frédéric ! Tu me fais toujours découvrir des pans de la culture que j’ignore !

    Aimé par 1 personne

  3. Merci beaucoup Marie-Anne ! Je te retourne le compliment tant ton blog m’a fait découvrir des romans et autres films et poètes, poétesses.. c’est un plaisir toujours de te lire. Tu as cette plume délicate et sensible. J’adore!
    Tu as raison, l’univers de la boxe est fascinant et ce roman de Willy Vlautin ne déroge pas à la règle. C’est un grand roman américain, très émouvant, magnifiquement écrit. C’est mon coup de cœur absolu de ce début d’année ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Oui ça se ressent à ton retour !! Je note… mais toi tu ne penses pas à ma cagnotte livresque qui doit me faire l année pas le mois 😂🤣😂 (humour)

    Aimé par 1 personne

  5. Oui oui voilà nous ne sommes que début février et ca va être compliqué 😂 c est le jeu ! Et oui malheureusement (humour) je suis des gens qui me tentent 🤣🤣🤣 c est horrible 😂 mais c est super aussi !

    Aimé par 1 personne

  6. Oui oui oui je connais 😂 je viens de faire une tite étape a l instant. Super raisonnable j ai juste acheté le livre pour offrir que je voulais et rien d autre 😂🤣

    Aimé par 1 personne

  7. Intéressant, je note! Avec pour toile de fond la boxe, en Sicile, je me souviens du très beau Entre ciel et terre de Davide Enia. C’est étonnant mais on retrouve assez régulièrement des livres sur ce sujet en littérature au cinéma… Je te souhaite un très beau weekend et t’embrasse.

    Aimé par 1 personne

  8. C’est un roman magnifiquement écrit et l’histoire est si touchante. Merci pour le conseil lecture car je n’ai pas lu le Davide Enia. C’est drôle, je ne regarde jamais de boxe mais au cinéma et dans les livres j’adore. Il y a toujours une tension dramatique très forte dans la boxe. Vraiment Nadège, c’est un roman qui marque, très sensible avec une belle histoire qui nous emporte. Je te souhaite un beau weekend Nadège. je t’embrasse.
    Ps: On a un peu de soleil ça fait du bien après tous ces jours de pluie en Bretagne.

    J'aime

  9. Merci à toi Colette ! Moi-même je ne suis pas passionné par ce sport. Dans ce roman, plus que la boxe en elle même, c’est le parcours de ce jeune homme qui veut se prouver tant de choses pour être un champion qui prévaut, avec cette très belle relation avec ces parents « de cœur ». On ressent de la tendresse et beaucoup d’émotions. En toute honnêteté, c’est LE roman qui m’a bouleversé en ce début d’année. Merci pour ta fidélité au blog Colette. Je te souhaite un beau weekend, nous avons du soleil en Bretagne 🙂

    J'aime

  10. En relisant ta chronique, c’est exactement ce à quoi j’ai pensé: une histoire très cinématographique. Et bien sûr, ça m’a renvoyée à ce film de Clint Easttwoog, Million de dollars baby. Je ne compte plus le nombre de fois que je l’ai vu. Et à chaque fois j’étais en larmes à la fin
    En tout cas, je note cet auteur. Et le titre. Et un de plus. ! Merci Frédéric. Je pense qu’il va me plaire celui ci aussi.
    Je te souhaite une très très belle soirée. Bisous, à bientôt.

    Aimé par 1 personne

  11. Merci beaucoup Solène ! c’est mon énorme coup de cœur de ce début d’année. Une histoire tout en émotion, magnifiquement écrite. Je vais lire d’autres livres de Willy Vlautin c’est certain ! Je te souhaite également une très belle soirée Solène, bisous bretons enneigés, @très vite 😊

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :