Littérature : « Le petit-fils » de Nickolas Butler (Stock)

9782234087156-001-TL’Histoire : Après trente ans à travailler dans un petit commerce, Lyle vit désormais au rythme des saisons avec sa femme Peg, dans leur ferme du Wisconsin. Il passe ses journées au verger où il savoure la beauté de la nature environnante. Leur fille adoptive, Shiloh, et leur petit-fils bien aimé, Isaac, se sont récemment installés chez eux, pour leur plus grande joie. Une seule ombre au tableau : depuis qu’elle a rejoint les rangs des fidèles de Coulee Lands, Shiloh fait preuve d’une ferveur religieuse inquiétante. Cette église, qui s’apparente à une secte, exige la foi de la maison entière et Lyle, en proie au scepticisme, se refuse à embrasser cette religion. Lorsque le prédicateur de Coulee Lands déclare qu’Isaac a le pouvoir de guérison, menaçant par là-même la vie de l’enfant, Lyle se trouve confronté à un choix qui risque de déchirer sa famille

Nickolas Butler signe avec « Le petit-fils« , publié en ce début d’année chez Stock, un magnifique roman nous interrogeant sur les liens qu’ils soient familiaux, amicaux mais également le lien qui nous uni à la foi avec ces dérives lorsque cette dernière devient toxique. S’appuyant sur les quatre saisons de la nature, l’auteur nous dépeint quatre périodes de la vie de Lyle et Peg qui sont les grands parents très aimants de leur unique petit-fils Isaac. Sa mère s’appelle Shiloh et elle est la fille adoptive de Lyle et Peg. Shiloh est une fille un peu perdue qui n’a pas toujours donné de ses nouvelles à ses parents lorsqu’elle a quitté la maison familiale. Le récit tourne autour de ce couple plein d’amour. Lyle travaille dans un verger, appartenant à Otis et Mabel, où il cueille et transporte des pommes pour les vendre ensuite. Sa femme Peg est une ancienne professeure de mathématique. Lyle a quatre-vingts ans et il s’interroge sur le temps qui s’égrène, sur ce lien si fort qui l’unit à son petit-fils. Tout semble aller pour le mieux mais Shiloh rencontre un jeune homme. Il est charismatique, très intelligent, un orateur brillant et surtout c’est un pasteur qui est en réalité un gourou. Par amour pour leur fille et pour conserver ce lien si fort avec leur petit-fils, Lyle et Peg vont vouloir bien agir en allant à cette église de Coulee Lands. Mais très vite, la nocivité, le danger que représente Steven, pour qui Shiloh est prête à tout par amour, va amener Peg et Lyle à agir pour sauver Isaac. Ce dernier est décrit par Steven comme étant un enfant capable de faire des miracles en soignant les personnes malades. Face à la folie du gourou, Lyle va tout faire pour s’opposer et combattre ce fondamentalisme religieux anfin de sauver son petit-fils. Tiré d’une histoire vraie, ce roman baigne dans un climat d’amour, de tendresse mais il suscite aussi l’effroi et la peur quand il s’agit de la conduite de Steve. La relation entre Lyle et son ami Hoot atteint d’un cancer est très belle également, et donne lieu à des moments de complicité entre les deux hommes qui sont superbement décrits. L’histoire est belle, l’écriture est sensible et délicate nous emportant dans ce récit où la tendresse et l’amour symbolisé par les grands parents cherchent à triompher de la folie et des mensonges de Steven et Shiloh. Nulle envie de vous dévoiler plus en détail l’histoire mais sachez qu’il est difficile de lâcher ce très beau roman une fois débuté la lecture. Nickolas Butler dénonce avec talent la folie et la bassesse de ce gourou qui voit dans ses ouailles autant de moyens de tirer profit de leur crédulité. Un roman à découvrir incontestablement.

Ma note: 5/5

Broché : 350 pages
Éditeur : Stock (8 janvier 2020)
Collection : La cosmopolite

img_7209-960x526