Littérature : « Au revoir là-haut » Pierre Lemaître – « Cris » Laurent Gaudé

9782226249678-jL’Histoire : Ils ont miraculeusement survécu au carnage de la Grande Guerre, aux horreurs des tranchées. Albert, un employé modeste qui a tout perdu, et Edouard, un artiste flamboyant devenu une « gueule cassée », comprennent vite pourtant que leur pays ne veut plus d’eux. Désarmés, condamnés à l’exclusion, mais refusant de céder au découragement et à l’amertume, les deux hommes que le destin a réunis imaginent alors une escroquerie d’une audace inouïe… Fresque d’une rare cruauté, remarquable par son architecture et sa puissance d’évocation, Au revoir là-haut est le grand roman de l’après-guerre de 14, de l’illusion de l’armistice, de l’État qui glorifie ses disparus et se débarrasse de vivants trop encombrants. Dans l’atmosphère crépusculaire des lendemains qui déchantent, peuplée de misérables pantins et de lâches reçus en héros, Pierre Lemaitre compose avec talent la grande tragédie de cette génération perdue.

Il y a des ouvrages qui vous marquent de façon indélébile, de ceux qui vous accompagnent, qui vous hantent longtemps après l’avoir terminé. Incontestablement, « Au revoir là-haut » fait partie de cela. Parlons du style tout d’abord. Une écriture très cinématographique, qui vous donne à voir et à entendre. On est emporté par le souffle du récit qui rappelle les grands classiques. Les personnages ensuite, Albert, Edouard, Henri, Marcel, Pauline, Madeleine.. des plus importants aux plus petits rôles, on est saisi par la vérité, la finesse psychologique, l’audace de ces portraits d’hommes et de femmes. Le contexte de la guerre puis de l’après-conflit est parfaitement rendu. On plonge dans les méandres de la machine à broyer des vies, des destins qu’est la Première guerre mondiale. On rit, on est ému, bouleversé, en colère, incrédule aussi face à l’adversité qu’affrontent ces hommes revenant du front. Rarement, la réalité du conflit n’aura été aussi bien rendu. C’est beau, grinçant, intemporel. Pierre Lemaitre a obtenu en 2013 le prix Goncourt pour « Au revoir là-haut ». Qu’ajouter de plus sinon que c’est un coup de maître, de ce qui confonde les médiocres pour mieux célébrer les vivants. Car de ce bouillonnement épique c’est bien de la vie dont il est question. L’amour, la colère, la folie, les excès (drogues, alcool, prostituées), les lâchetés, les errances, les turpitudes, l’abandon, la faim, la vie à en crever toujours. Un grand absent dans tout cela : Dieu. Tout juste parlerons nous de destin, de la contingence des faits qui font ou défont les uns et les autres. L’absurdité est là, en creux. Edouard est un esthète, un vivant-mort qui deviendra un mort-vivant. C’est de tout cela et de tant d’autres choses que l’on ne peut énumérer sans trahir les surprises du récit, dont je voudrais vous parler. Mais je crois bien que le mieux est encore de vous inciter à lire ce livre immense dans son ambition et dans sa volonté d’embrasser tout un monde aujourd’hui perdu. Pierre Lemaitre ressuscite les morts en nous offrant une histoire, un drame, une tragédie grecque.. c’est envoûtant d’assister ainsi aux premières loges au crépuscule que dis-je au suicide d’un monde, d’une époque. La suite de « Au revoir là-haut » est sorti ces derniers jours pour ce qui sera à terme une trilogie. Un authentique chef d’œuvre de la littérature à la réputation non galvaudée. Rare.
Ma note:♥♥♥♥♥/5.

81ohXiFMibLL’Histoire : Ils se nomment Marius, Boris, Ripoll, Rénier, Barboni ou M’Bossolo. Dans les tranchées où ils se terrent, dans les boyaux d’où ils s’élancent selon le flux et le reflux des assauts, ils partagent l’insoutenable fraternité de la guerre de 1914. Loin devant eux, un gazé agonise. Plus loin encore retentit l’horrible cri de ce soldat fou qu’ils imaginent perdu entre les deux lignes du front : « l’homme-cochon ». A l’arrière, Jules, le permissionnaire, s’éloigne vers la vie normale, mais les voix des compagnons d’armes le poursuivent avec acharnement. Elles s’élèvent comme un chant, comme un mémorial de douleur et de tragique solidarité, prenant en charge collectivement une narration incantatoire, qui nous plonge, nous aussi, dans l’immédiate instantanéité des combats, avec une densité sonore et une véracité saisissantes.

Laurent Gaudé est un auteur que j’apprécie énormément. « Cris » est son tout premier roman écrit en 2001. Un récit à plusieurs voix qui se déroule durant la Première guerre mondiale et où l’on suit les différents protagonistes : lors d’un assaut sur les lignes ennemis où bien au contraire sous les bombardements de ces derniers alors qu’ils doivent résister à une contre-attaque ennemi, ou bien encore les pensées d’un permissionnaire qui n’a qu’une crainte, retourner au front. Au milieu de ce désastre.. les cris, celui d’un homme-cochon qui erre dans le no man’s land entre les deux lignes. Allégorie de la défaite, du caractère insensé et anthropophage de la guerre, du destin qui sans aucun sens apparent condamne les uns et sauve les autres. Prend et reprend. On suit le monologue intérieur de chaque personnage. C’est, comme à chaque fois pour un ouvrage de Laurent Gaudé, magnifiquement écrit. « Cris » est très court, 180 pages. Il se lit vite mais l’empreinte qu’il laisse en nous demeure longtemps après l’avoir refermé.
Ma note:♥♥♥♥♥/5.

Publicités

30 réflexions sur “Littérature : « Au revoir là-haut » Pierre Lemaître – « Cris » Laurent Gaudé

  1. Bonjour Frédéric, ça y est, je reprends peu à peu mes habitudes de lecture matinale, et c’est avec plaisir que j’ai lu tes deux critiques. Tu dis que Pierre Lemaître a une écriture « cinématographique »… pas à la Dan Brown, j’espère. Je n’ai pas du tout aimé son DaVinci Code.
    Les coûts de vétérinaire, c’est terrible. Et encore pire Outre-Atlantique! Mon aîné craignait un peu pour sa minette, qu’il a laissée (avec visites quotidiennes d’une cat-sitter amie) quand il est venu avec sa sœur passer les fêtes avec nous. Elle stresse aussi à tout changement de routine (sang dans les urines 😫). Mais là apparemment ça s’est bien passé, elle ne lui a même pas fait la tête quand il est rentré. Ouf! Tu dois drôlement manquer à ta Malzenn malgré les bons soins d’Eveline…
    Bisous, à bientôt

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou ! Te voici de retour. Tu as dû voir des choses très belles au Japon ! Non Pierre Lemaitre est un écrivain, lui, ce que n’est pas Dan Brown à mon sens. Quand, je parle d’écriture « cinématographique », je veux dire par là que Lemaitre a une idée très claire de ce qu’il nous décris. Quand on voit le film de Dupontel et qu’on lit ensuite le livre de Lemaitre, on se dit que les deux se complètent très bien. Après, il y a aussi des différences entre le livre et le film. Je lis « Couleurs de l’incendie » la suite d’Au revoir là haut et c’est aussi fort. Cet homme a le don pour nous brosser des personnages et des situations éminemment romanesques. Il y a longtemps que je n’avais pas eu un tel coup de cœur pour un auteur ! Je comprends ton aîné, je suis pareil. Malzenn fait une dermatite aux pattes avant dû au stress suite à mon déménagement. Oui je lui manque mais elle serait malheureuse loin de son jardin, de son petit coin de paradis. Ce matin, je lui ai donné un petit bout de pain et elle est allée le cacher dans le jardin. Elle y a ses habitudes. Je la vois presque tous les jours. je continue les balades et je la câline beaucoup. Au début, ce n’était pas facile de la laisser tu sais. Excellent weekend, Bisous bretons, @très vite Joëlle 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. Tu commences l’année par une belle sélection Frédéric.
    Merci beaucoup 😉
    J’espère que tu vas bien, tu as repris le travail ?
    Titi a eu des difficultés dimanche après-midi à rentrer à son appartement avec le temps : pluie, orage et grêle. Il a du s’arrêter sur l’autoroute. On a eu la tempête dans la nuit, quelle frayeur !
    Je te souhaite une bonne semaine.
    Gros bisous.

    Aimé par 1 personne

    1. Ce temps est une catastrophe. J’veux du soleil comme dis la chanson 😉 Je comprends, c’est l’horreur ces tempêtes à répétition. Cela a drôlement soufflé ici aussi. Merci beaucoup Carole. Le livre de Pierre Lemaitre est un des plus beaux que j’ai lu. Je me suis pris la suite aujourd’hui et j’ai hâte de m’y plonger ce soir. L’hiver est à peine là que j’ai déjà hâte au si beau Printemps qui lui ne me déçois jamais niveau météo 😉 ^^ Passe une belle semaine aussi Carole, Gros bisous de Bretagne 😉 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Le beau temps devrait revenir demain chez moi, j’espère.
        J’ai repris le travail en douceur, pas de stress.
        ce soir l’aqua gym était parfaite, quel plaisir de se retrouver dans l’eau.
        Je pense acheter le livre 😉
        Gros bisous.

        Aimé par 1 personne

        1. Cool ! tu sais que j’adore la natation. J’en ai fait pendant quelques années. Je ne dis pas que je ne reprendrais pas un jour. Cela fait un bien fou d’être dans l’eau, ça détend, c’est bon pour le moral et puis c’est un sport très complet. Tu me fais plaisir Carole, c’est un magnifique livre, comme on en lit peu. Je dévore la suite de ce dernier depuis deux jours. Un régal. On en parle beaucoup mais pour une fois c’est mérité. Pierre Lemaitre m’épate car il touche à différents styles. Un très grand écrivain à mon sens. Passe une excellente journée, Gros bisous de Bretagne où je l’espère le soleil pointera le petit bout de son nez aujourd’hui, on croise les doigts 😉 🙂 ps: je suis allé chez le vétérinaire avec Malzenn. Elle se lèche les pattes avant ce qui occasionne des rougeurs, croûtes sur ces deux pattes avant. j’ai eu une crème. J’en ai profité pour faire son vaccin. Fou ce que le vétérinaire est cher. J’hallucine à chaque fois ! Sinon Malzenn, mis à part son problème est en pleine forme. Elle m’a expliquée que mon déménagement l’avait sans doute stressée. Je pense cela aussi. Gros bisous 😉 🙂

          Aimé par 2 people

  3. Très beau billet ! Tu me donnerais envie de lire Au revoir là-haut si ce n’était déjà fait. Je l’ai lu avec le même enthousiasme que lorsque, adolescente, je lisais et relisais Le comte de Monte-Cristo.
    Je n’ai pas lu ce Gaudé, mais en général, j’aime son écriture.

    Aimé par 1 personne

    1. ça me touche ce que tu me dis là. Merci beaucoup ! Le Pierre Lemaitre est génial. Je viens de me prendre la suite aujourd’hui en librairie. Je m’y plonge dès ce soir. j’ai hâte. Le Gaudé, c’est très chouette également, un de ses tous premiers livres. Excellente soirée à toi 🙂

      J'aime

  4. aaahhh super!!! Très tentant ces deux livres!!! Et je pense qu’ils pourraient plaire à Grande Grenouille qui vient d’étudier la première guerre mondiale à l’école et qui a beaucoup apprécié découvrir cette sombre période de l’histoire.
    Tu les conseillerais pour une jeune de 14 ans?
    merci pour les découvertes en tout cas

    Aimé par 1 personne

    1. Très bonne question. Le Laurent Gaudé sans aucun doute. Je pense qu’un jeune de 14 ans pourrait le lire oui. Il est d’ailleurs étudié à l’école il me semble, dans certaines écoles en tout cas. Pour le Pierre Lemaitre, je pense qu’il faut attendre encore un peu. Je pencherais pour le Gaudé au vu de l’âge. Un plaisir de les partager avec toi Frog, Bises bretonnes 😉 🙂

      Aimé par 1 personne

    1. Coucou Gwen ! j’étais justement sur ton blog. Ta dernière note est top ! gros coup de cœur pour ces deux livres que je chronique. « Au revoir là-haut » est un chef d’œuvre, résultat demain je vais aller en librairie m’acheter la suite qui est sorti mercredi dernier. On prend du plaisir à écrire toi et moi. Cela se ressent. J’aime le fait que tu insistes sur ce qui te plais avant de parler de ce qui te déplais. C’est ma façon de voir la vie. Cela va plutôt bien même si ce maudit temps de pluie joue un peu sur mon moral 😉 enfin c’est notre Bretagne 😉 j’espère que tu vas bien aussi. Merci pour Lorient ! Bises, belle semaine à toi 😉 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. J’adore tes chroniques, tu as une très belle plume et je pourrais courir à la librairie pour acheter ces livres que tu présentes si bien!
        Merci encore! Et bien d’accord ce temps commence à être lassant Pfiou ! Tout est gris par chez nous aussi!
        Bises belle semaine Cher ami!

        Aimé par 1 personne

        1. ton message me touche beaucoup. C’est très gentil. Il pleut dehors, il y a du vent, on sort tout juste de la tempête mais dans mon cœur il fait grand soleil ! Merci Gwen. Je vois que je ne suis pas le seul à détester ce temps.. l’hiver ce n’est pas fait pour moi. Je revis réellement au Printemps qui est MA saison. Comme les petits oiseaux, je prends mon mal en patience en hiver 😉 Quelle belle découverte que celle de ton univers, de ton blog, de ta personnalité qui transparais dans tous ces échanges. C’est cool de te connaître. Vraiment. Bises, amitiés Gwen 🙂 😉

          J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s