LITTERATURE ET HISTOIRE

Littérature : « Hôtel de Paris » de Adèle Solann (les éditions Du Seuil)

143004_couverture_Hres_0L’Histoire : Les grandes vacances sont arrivées. Christophe accompagne à la gare ses quatre enfants et Justine, avec qui il forme un couple heureux depuis une vingtaine d’années. Dans le pavillon de bord de mer de ses parents, commence pour elle une retraite estivale entre souvenirs enjolivés et infantilisation vexante. Au chômage depuis près de deux ans, Christophe poursuit quant à lui sa recherche d’emploi, sans conviction. Un soir, un ami le traîne à l’Entre-Deux, et, très vite, il prend l’habitude de fréquenter ce cabaret gay où il se sent soudain plus léger. Et si la découverte de cet univers marquait un tournant dans sa vie, tandis que Justine, sans qu’il n’en soupçonne rien, s’abandonne à la dérive des sentiments ? Et si le doute s’emparait d’eux ? Après tout, se connaissent-ils vraiment ?

Je remercie chaleureusement les éditions Du Seuil ainsi que Babelio pour cette lecture et leur confiance.

« Hôtel de Paris«  est le tout premier roman d’Adèle Solann. Un récit à deux voix qui alterne à chaque chapitre. L’histoire d’un couple qui voit son amour se transformer peu à peu alors qu’il vivait en harmonie depuis vingt ans. Il y a tout d’abord Christophe, une quarantaine d’années, papa de quatre jeunes enfants, fruit de son amour pour Justine qui a le même âge que lui. Christophe est au chômage depuis deux ans. Il n’y arrive plus, il est dépassé et il voit le départ en vacances de Justine et les enfants chez ses beaux parents (qui le méprisent ouvertement) comme une bouffée d’oxygène, lui qui se sent de plus en plus à l’étroit dans cette union avec elle. Un ami l’invite à l’Entre-Deux, un cabaret gay où Christophe se rend à contre-coeur. Là-bas, il éprouve une forme de révélation, décidant alors d’y passer de nombreuses soirées en attendant le retour de sa famille. L’emploi qu’il recherchait va se cristalliser sous les traits d’une offre de réceptionniste à l’Hôtel de Paris. Un lieu où aime se retrouver la communauté gay. Christophe doute, il sent les choses bouger en lui, il se sent troublé par l’irruption d’un jeune metteur en scène de théâtre Andreas Witner. Lorsqu’il le voit, il y a une forme d’évidence, une attirance irrépressible pour le corps de cet homme. Par amour, il va mettre en danger son couple avec Justine. Justine justement, parlons en, car elle est tout aussi importante dans ce récit. Justine est médecin anesthésiste à l’hôpital. Elle a réussi dans sa vie. Elle aime son mari mais elle sent cet éloignement. Christophe ne la désire plus. C’est un choc. Elle rencontre Laurent, un amant de passage qu’elle n’aime pas vraiment mais qui comble sa soif d’être aimée et désirée. Dans ce portrait doux amer d’un couple en perdition, il y a beaucoup de tendresse entre Justine et Christophe même si le désir, l’amour fusionnel lui, à disparu. Ils aiment leurs enfants et cela donnent lieu à des scènes très touchantes en famille. Un roman qui aborde des thématiques très actuelles, avec un style d’écriture agréable et un réel talent pour brosser les hauts et les bas d’une relation. Justine voit Christophe s’éloigner peu à peu. Les deux êtres souffrent de ces mots que Christophe ne peut prononcer, lui qui se mure dans le silence et la déprime. J’ai aimé les descriptions des crises qui succèdent aux périodes de rémission où le quotidien réconforte, rassure. Christophe et Justine ont tous les deux leurs raisons de s’éloigner mais ils ne se haïssent pas. Jamais. Car la tendresse demeure même si elle est davantage de l’ordre de l’amitié. « Hôtel de Paris » est publié aux éditions Le Seuil et c’est un joli roman, signé Adèle Solann, décrivant les méandres de l’amour, les affres de la passion puis sa transformation dans un quotidien à réinventer, à réenchanter pour faire durer la flamme du désir dans un couple. Un désir qui est ce continent mystérieux où Christophe et Justine expérimentent, s’interrogent. A découvrir.

Ma note: 4/5

Broché : 336 pages
Éditeur : Le Seuil (12 mars 2020)
Collection : Romans français (H.C.)

logo-16-copie

Liens-utiles57a45ba11759c

20200320_105058

(23 commentaires)

  1. Merci beaucoup Cat ! Tu verras c’est un joli premier roman qui se lit très vite. J’ai trouvé qu’il y avait une forme de désenchantement mais aussi et surtout de la tendresse entre ces deux êtres. Nous avons eu un grand soleil aujourd’hui mais je trouve aussi que le fond de l’air était plus frais. Bisous de Bretagne pour le Sud. ps: maman et moi, on a bien retenu la date du 7 mai pour ton livre Cat 😊☀️

    J'aime

  2. Aujourd’hui je ne retiens que les mots positifs et la tendresse en est un.
    Confirmation aujourd’hui le 2 avril est maintenu pour le ebook mais cela sera plutôt mai-juin pour le livre papier car Eyrolles est en pause et le temps que tout redémarre … C’est problématique 😣 un peu triste mais je relativise devant l’ampleur des problèmes actuels… Bisous du Sud

    Aimé par 1 personne

  3. Oui je comprends ta déception Cat. Il y a énormément de livres qui sont retardés, même chose pour les films, les disques, toute la vie culturelle est entre parenthèse et c’est triste. Pensons aux beaux jours qui adviendront et à ce retour à la normale que nous espérons toutes et tous. Bisous bretons pour le Sud 😊

    Aimé par 1 personne

  4. Hello Fred! Comment vas-tu ?
    Bon si je ne suis pas friande des histoires d’amour à l’eau de rose, cet ouvrage semble prendre une direction très intéressante! J’aime l’idée d’aborder les relations amoureuses qui s’étiolent. Pas forcément de happy end mais peut-être pas non plus une « end » tout court. Les relations de couple ne sont pas simples et il s’agit de faire face à des situations plus ou moins complexes. A creuser merci mon ami et bon week-end 😚

    Aimé par 1 personne

  5. A travers ce que tu dis de ce livre, il me semble que c’est pour beaucoup une introspection sur soi-même. Le décor, c’est le couple, les enfants; ils s’aiment, mais le père n’est pas si heureux que ça… Il découvre un certain intérêt pour le milieu gay. J’ai bien compris?
    Si j’ai bien compris, les carcans de notre société est ‘perturbé’. Comme les personnages sont intelligents et s’aiment, chacun se pose des questions… Les rapports humains sont toujours intéressants, quels que soient les sentiments évoqués, les personnes qui sont en scène et la relation entre elles.
    J’ai bien envie de lire ce livre.
    Merci Frédéric. Belle journée.

    Aimé par 1 personne

  6. Merci beaucoup Colette ! Oui c’est tout à fait ça. Un homme qui aime sa femme, ses enfants et puis il y a cette irruption d’un nouveau désir, une forme d’attraction qui l’amène à réfléchir sur son couple. Le personnage féminin est beau. Cette femme prend un amant parce qu’elle ne ressent plus les mêmes émotions avec son mari. Mais, il y a beaucoup de tendresse, de respect malgré tout entre eux et un amour de leurs enfants. Cela rend ce livre attachant. Un premier roman à découvrir. Je te souhaite une belle journée Colette 😊

    J'aime

  7. Coucou Gwen ! écoute ça va bien. Je profite de ce temps de confinement pour écouter beaucoup de musique et diminuer ma PAL, elle descend 😉 Tu as tout dit. Ce qui est bien dans ce roman c’est que ce n’est pas la énième descente aux enfers d’un couple. Pas de problème d’alcool, de drogue, pas de scènes de violence conjugale non plus. Le mari aime ses enfants et sa femme. L’inverse est vrai aussi mais le désir devient moins moteur de leur relation. Ils se respectent. J’ai trouvé sa façon d’apprendre l’homosexualité de son mari, touchante. Pas de Happy End et pas de End tu as deviné, juste une relation qui mute vers de l’amitié.. c’est douloureux mais on ne ressort pas de cette lecture en se disant qu’ils ont échoué à remettre leur couple sur les bons rails. Un joli premier roman reçu avec Babelio et les éditions du Seuil. Belle journée mon amie, gros bisous à la plus chouette des Alsaciennes 😚🤗

    Aimé par 1 personne

  8. Merci beaucoup ma chère Solène ! c’est un joli livre, sensible, bien écrit.
    Là je viens de terminer un livre qui est une merveille et qui sera l’objet de ma prochaine chronique. Si tu ne devais lire qu’un roman de ce début d’année ce serait celui là : Guillaume Sire « Avant la longue flamme rouge ». On en reparlera mais il est magnifique ! Bisous. Bel après midi Solène, @très vite 😊

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :