Littérature : « Cauchemar » de Paul Cleave (Sonatine)

CauchemarL’Histoire : Acacia Pine, États-Unis. Une petite fille, Alyssa Stone a mystérieusement disparu. Noah, un des flics du village fait irruption chez le principal suspect. Envahi par la colère, il le séquestre et le torture jusqu’à ce que l’homme lui révèle le lieu où Alyssa est captive. Noah file alors vers une vieille maison abandonnée, la ferme des Kelly, où il la retrouve enchaînée dans la cave, encore en vie. Fin de l’histoire ? Non, début de l’histoire. Dévoiler davantage la suite des événements serait criminel. Sachez seulement que ceux-ci se passent douze ans plus tard. Le jour où Alyssa est à nouveau portée disparue. Et que le cauchemar recommence.

-Je remercie les éditions SONATINE ainsi que NetGalley pour leur confiance.

Carine-Fannius-rejoint-Sonatine-112413003

Rarement un livre n’aura porté aussi bien son nom, « Cauchemar« , comme étendard de ce qui est inscrit dans son ADN : la peur, la souffrance, l’impossible résilience, l’engrenage implacable qui une fois lancé s’en va percuter tel un train à pleine vitesse les mensonges ensevelis depuis tellement longtemps. Paul Cleave réussi à tenir le lecteur sous tension, avec un thriller parfaitement rythmé, et une histoire palpitante qui va vous tenir en haleine jusqu’à l’ultime et dernière page. L’écrivain néo-zélandais ne nous emmène pas cette fois-ci dans sa ville natale de Christchurch, mais bien plutôt à Acacia Pines, aux États-Unis, où nous retrouvons Noah un flic de cette ville persuadé que l’homme qu’il détient est l’auteur de l’enlèvement d’une petite fille du nom d’Alyssa Stone. Cette dernière a disparue mystérieusement. Noah est fou de rage et il décide d’outrepasser ses pouvoirs en cognant le suspect puis en lui tirant une balle dans le genou. L’homme donne un nom de lieu où Alyssa est captive : une vieille maison abandonnée, la ferme des Kelly, où il la retrouve enchaînée dans la cave. Alyssa est vivante mais suite à ce coup de sang le shérif local décide de limoger Noah. Le suspect torturé n’était autre que le fils de ce shérif. Voilà pour la mise en place du récit. Noah divorce et quitte la ville. Définitivement ? Non, car douze ans plus tard son ex-femme l’appelle, le cauchemar a recommencé : Alyssa a de nouveau disparue. On suit les circonvolutions de l’esprit d’Harper avec délectation tant Paul Cleave a l’art de brouiller les pistes. Ce qui au départ semble être un récit de facture classique cache en réalité un feu d’artifice à la puissance détonante. Nulle envie de vous en dire plus pour éviter de dévoiler les subtilités de l’intrigue. Ce que je peux vous promettre, c’est que vous ne lâcherez pas ce livre avant d’en avoir connu la fin. Addictif, percutant, inventif, « Cauchemar » convoque tous les éléments qui font les grands thrillers, avec ce style d’écriture au cordeau de Paul Cleave. Vous voulez lire un excellent thriller, « Cauchemar » possède ce que beaucoup d’autres n’ont pas : un style, une signature, un récit torturé, enlevé qui va vous emmenez très loin jusqu’au frontière de l’inacceptable, jusqu’aux portes de l’enfer. Un Paul Cleave au sommet de son art.

Ma note: 5/5

Broché : 448 pages
Éditeur : Sonatine (7 novembre 2019)

AVT_Paul-Cleave_2942