Débat et défi n°3 de L’Arbre à livres : l’avis du Dude

J’inverserai le problème, qui est aujourd’hui prêt à investir dans un scénario original, prenant ainsi le risque de ne pas rencontrer le public ? Le cinéma français manque de producteurs capables d’investir sur des projets audacieux, alors oui il est vrai que face au risque financier que peut représenter un film qui sort de l’ordinaire, les producteurs et les chaînes de télévisions préfèrent miser sur des remakes ou sur des adaptations au cinéma de livres qui ont déjà fonctionné, « Un secret », « Et si c’était vrai »….Le problème ne se situe pas au niveau des scénaristes : il y en a des bons et des mauvais, mais il réside plutôt dans le fait que le cinéma est devenu avant tout une industrie, ce qui signifie que pour beaucoup (pas tous heureusement) la seule chose qui importe c’est combien d’argent va me rapporter un scénario original ou une adaptation de livre. Prenez un Marc Lévy ou une Amélie Nothomb, maintenant mettez vous dans la peau d’un producteur ou d’une productrice qui souhaite faire de l’argent, qu’allez vous faire ? prendre un risque en misant sur un scénario original, ou alors vous dire tout tranquillement : « Marc Lévy vend 1 million de livres à chaque fois, je suis donc sûr de rentrer dans mes frais ». Encore une fois ce n’est pas un problème d’idées mais de prise de risque. Maintenant le public est aussi libre de dire non, il a son rôle à jouer. Aller au cinéma c’est aussi se dire de temps en temps, voilà je vais privilégier ce film plutôt que celui-ci parce que je souhaite qu’il y est encore de la diversité au cinéma, et pas seulement des blockbhusters ultra calibrés. Le modèle américain c’est

imposé dans l’industrie du cinéma, qu’on le veuille ou non. Maintenant ce « pillage » d’oeuvres littéraires pour les adapter au cinéma n’est pas nouveau : Richard Hugues et son « Cyclone à la Jamaïque », Pär Lagerkvist et son « Barabbas » par Fleischer…et nous sommes là dans les années 60. Le cinéma à toujours su profiter de la créativité des écrivains, maintenant le danger pour ces derniers est de prendre le risque contre de l’argent de voir leur oeuvre dénaturée : combien de chef-d’oeuvres de la littérature ont été ainsi massacrés par des cinéastes trop préoccupés par l’appât du seul gain.

La science fiction et la fantasy ont à se titre payé un lourd tribut : pour un « blade runner » de Ridley Scott, adaptation de P.K Dick combien de massacres : « Paycheck », « Dune »…et même dans une moindre mesure « Minority report » qui trahit l’histoire originelle de K Dick. « Je suis une légende » avec Will Smith sera t’il une exception à la règle ? Combien de jeunes ignorent les noms de ces formidables inventeurs d’hitoires, pensant que le scénario était l’oeuvre du réalisateur. La BD elle-même n’est pas épargnée avec des adaptations en films plus  que douteuses: « Astérix », « Lucky Luke »… L’Astérix de Chabat est le parfait exemple du film qui trahit l’esprit originel d’une oeuvre : où est passé l’humour présent dans la Bd ? son Astérix et cléôpatre ramènent les rôles de Obélix et Astérix au rang de faire-valoir.

En Fantasy, le seigneur des anneaux constitue une formidable trilogie de films mais rien ne remplacera jamais la lecture de l’oeuvre originale de Tolkien. La semaine prochaine sort « La croisée des mondes » adaptée de l’oeuvre de Pullman, la polémique au Etats-Unis a tournée autour de la « censure » par le studio New Line d’une partie du message de Pullman, à savoir une critique des fondamentalismes religieux quelqu’ils soient; New Line a t’il délibérément fait le choix de sacrifier ce qui faisait le charme de cette trilogie, pour éviter de rebuter une partie du public américain qui est encore profondément chrétien ? Si l’on ne peut que s’extasier devant la beauté des premiers Disney, on va dire jusqu’à la mort de sir Walt Disney, on ne peut à l’inverse qu’être dubitatif devant le mauvais traitement infligé à l’essence même des textes. Les exemples sont nombreux : le « Pinocchio » de Collodi, le « Peter Pan » de James M Barrie, le « Blanche Neige » des frères Grimm, « Alice aux pays des merveilles » de Lewis Carroll n’ont pas grand chose à voir avec leur pâle imitation Disney, la morale de cette dernière a remplacée celle des oeuvres originales beaucoup plus profondes.

Pour conclure je dirai que le cinéma peut-être un formidable moyen de mettre en image de grands livres mais rien ne remplacera jamais la lecture de ces derniers, le plaisir de découvrir et de ce faire ces propres images, « son propre film » en quelque sorte. Le danger réside principalement dans le choix d’adapter telle ou telle oeuvre sous le seul angle de l’argent roi, le non respect de l’oeuvre, le travestissement du message de ce dernier. C’est là qu’intervient le public qui lui est au bout de la chaîne de l’industrie du cinéma : le public a le choix de dire non lorsque l’aspect cynique d’une adaptation lui saute aux yeux, il peut à l’inverse choisir d’aller voir un film pour défendre une certaine idée du cinéma. Un dernier mot enfin, je me réjouis à l’idée que des millions d’enfants découvrent les plaisirs de la lecture grâce au cinéma, combien d’entre eux ont acheté Harry Potter après avoir vu le film au cinéma ? Moi même tout petit (10-11 ans) c’est par ce biais que j’ai découvert le « Dracula » de Bram Stocker. Maintenant un bon livre ne fait pas forcément un bon film et inversement. Le cinéma et la littérature peuvent coexister à condition de ne pas sacrifier l’Art sur l’autel de l’argent roi. Cette collaboration n’est pas près d’être remis en cause, il n’y a qu’à regarder le nombre de futurs adaptations prévues pour 2008, à tel point qu’aujourd’hui, lorsque l’on lit un livre qui nous plaît, la première chose que l’on se dit c’est : « cette histoire ferait un excellent film… »



Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s